Municipales 2020 : Robert Herrmann, candidat à Strasbourg ?

En juin, Robert Herrmann annonçait son retrait prochain de la vie politique. Aujourd'hui, il n'en est plus si sûr. / © Maxppp/Jean-Marc Loos
En juin, Robert Herrmann annonçait son retrait prochain de la vie politique. Aujourd'hui, il n'en est plus si sûr. / © Maxppp/Jean-Marc Loos

En juin dernier, Robert Herrmann, le président de l'Eurométropole, annonçait son retrait de la vie politique après 30 années de vie municipale. Selon lui, les conditions pour mener une liste aux municipales n'étaient pas réunies. Aujourd'hui, les choses ont visiblement bougé : il réfléchit.

Par Astrid Servent

C'était la surprise au mois de juin 2019 : Robert Herrmann, figure incontournable de la vie municipale strasbourgeoise, annonçait qu'il arrêtait la politique. Difficile de l'imaginer partant pêcher autre chose que des voix, et pourtant, on y croyait. Et puis, ce mercredi 9 octobre 2019 dans notre journal régional, le président de l'Eurométropole laisse entrevoir la possibilité de faire partie des candidats briguant le siège du prochain maire de Strasbourg. Il y a comme un petit goût de reviens-y. 
 

Depuis le mois de juin, le président de l'Eurométropole dit avoir bénéficié de nombreux témoignages, de nombreux messages de gens sympathiques lui demandant de renoncer à son engagement. Il rappelle, qu'à l'époque, la décision n'avait pas été facile à prendre. Loin de lui, l'idée de faire un coup médiatique.


Tempête sous un crâne? Ou pas

Pour l'heure, il n'est pas encore revenu sur sa décision, mais il cogite : " Je réfléchis à ce qu’est cette ville qui la mienne, dans laquelle je suis né, à cette agglomération que j’ai portée pendant six ans, et aux enjeux qui sont ceux qu’elle connaît aujourd’hui."
 

Je regarde l’intérêt de la collectivité, pas forcément le mien.
- Robert Herrmann, président de l'Eurométropole -


Il explique combien le sujet est discuté avec lui-même, sa famille, ses amis et comprend qu'une réponse rapide est nécessaire : inutile de laisser traîner le suspens.


Et si oui, sous quelle étiquette?

Sa réponse fuse : "J’ai de toute façon indiqué que les conditions n’étaient pas réunies au sein du parti socialiste. Par conséquent, si je devais renoncer à l’engagement que j’avais pris, ce serait pour une liste sans étiquette, largement ouverte, permettant l’expression de talents et de qualités de gens qui ont envie de servir cette ville."

Si je devais renoncer à l'engagement (de m'arrêter) que j'avais pris, ce serait pour une liste sans étiquette
- Robert Herrmann, président de l'Eurométropole -


Une certitude : il ne sera pas candidat pour LaREM. Il estime que ce serait de "la magouille politique la plus totale". Ca n’est pas son état d’esprit : "J’essaie de faire quelque chose qui permettrait de tenir les engagements de cette ville, son niveau, ses responsabilités et de faire en sorte qu’elle puisse continuer de se développer". A part cela, il n'est pas officiellement candidat.
 

Alors... quand?

Il louvoie aimablement : "Momentanément, je préfère me consacrer aux habitants plutôt que, tous les matins, me demander comment je vais constituer ma liste et comment je vais trouver le financement pour celle-ci. Cela viendra en son temps". Et le temps a bientôt sonné...

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus