Salon Résonance(s) de Strasbourg : cinq bonnes raisons d'aller au rendez-vous des artisans d'art, du 8 au 11 novembre

Salon Résonance(s) au parc des expositions-Wacken, à Strasbourg, du 8 au 11 novembre inclu / © Elisa Baehl, Frémaa
Salon Résonance(s) au parc des expositions-Wacken, à Strasbourg, du 8 au 11 novembre inclu / © Elisa Baehl, Frémaa

Faire quelques pas au salon Résonance(s) de Strasbourg suffit pour comprendre que l'on entre dans un lieu d'exception. Près de deux cents artisans d'arts y exposent pendant quatre jours, des oeuvres uniques ou de petites séries. Toutes sont des objets d'art contemporains, réalisés récemment.

Par Catherine Munsch

Créatrices de chapeaux, céramistes, relieuses, graveurs, bijoutiers, plumassiers, fileuses de verre, sculpteurs sur bois et métal, éditeurs, ébénistes, créateurs de lunettes... cent quatre-vingt dix artisans d'art exposent leurs oeuvres sur 6000 mètres carrés, au salon Résonance(s) de Strasbourg, entre le vendredi 8 novembre et le lundi 11 novembre.
 
Salon Résonance(s) au parc des expositions-Wacken, à Strasbourg / © Elisa Baehl / Frémaa
Salon Résonance(s) au parc des expositions-Wacken, à Strasbourg / © Elisa Baehl / Frémaa

 
Cinq bonnes raisons de ne pas rater ce salon, en tant que visiteur :

  • C’est un salon d’un niveau artistique de qualité exceptionnelle, 8 euros l'entrée, où vous allez en prendre plein les yeux. Même si les goûts et les couleurs sont des questions d'appréciations très individuelles, ce salon fait la quasi unanimité en matière d’esthétique et d'émotions. 
  • L’occasion rare de découvrir des savoir-faire de toutes les régions de France et d’autres pays d’Europe
  • Une opportunité à saisir pour rencontrer et échanger directement avec des artisans d'art d'excellence
  • Découvrir l’envers du décor et le secret des savoir-faire, grâce à des conférences, films et documentaires, tournés dans les ateliers de ces artisans d'art
  • Participer à des ateliers découvertes et pédagogiques 
 
190 artisans d'art exposent sur 6000 mètres carrés, pendant quatre jours / © Elisa Baehl / Frémaa
190 artisans d'art exposent sur 6000 mètres carrés, pendant quatre jours / © Elisa Baehl / Frémaa
 
Le joaillier d'art dans son atelier / © Alice Roelly / Bijouterie Roelly
Le joaillier d'art dans son atelier / © Alice Roelly / Bijouterie Roelly


Et pour les artisans d'art, quelle utilité ce salon ?

Parmi les artistes présents, Jean-Louis Roelly, joaillier d’art à Sélestat (présent sur son stand dimanche et lundi) nous donne son sentiment :
  • Ce salon nous pousse à être créatif, à venir toujours avec des nouveautés. Il nous incite à inventer et à nous dépasser. Exposer me permet de montrer au public que joaillier est vraiment un métier d'art, que ce que nous créons à l'atelier, n'a rien à voir avec les bijoux vendus dans les galeries marchandes des super ou hypermarchés, par exemple.
  • C'est l'occasion de montrer que des créations uniques peuvent être tout à fait abordables. Tous les bijoux n'ont pas besoin d'être réalisés avec des pierres précieuses. Chaque pierre est rare quand elle est magnifiée par un artisan, qui maîtrise l'art de la taille et du sertissage.
  • Une belle opportunité de promouvoir nos métiers auprès des jeunes. Il y a un énorme avenir dans les métiers de l'artisanat. Actuellement j'ai deux jeunes en formation, et je viens d'embaucher un jeune homme qui était venu sur mon stand un jour de salon. Il est ensuite venu à l'atelier pour une journée découverte, et récemment je viens de l'embaucher.
  • Se faire connaître au-delà des limites de l’Alsace et même en Alsace. Ça fait 36 ans que j’ai l’atelier, mais il y a toujours encore des locaux qui nous découvrent pendant ce salon. Il est indispensable de sortir de son atelier et d'aller à la rencontre du public. 
  • C'est un levier économique indéniable, souvent l'occasion d'un premier contact, suivi d'une visite à l'atelier et parfois d'une commande. L'occasion de développer de nouveaux marchés et de mettre en place de nouveaux projets. 

20 000 visiteurs sont venus en quatre jours au salon Résonnance (s) en 2018.
 

Sur le même sujet

Les + Lus