Schiltigheim : mort d'un enfant dans un incendie, l'auteur condamné à 25 ans de prison

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Chanel avec AFP
Une centaine de pompiers avaient été mobilisés au 47 rue Principale, à Schiltigheim pour maîtriser l'incendie le 3 septembre 2019.
Une centaine de pompiers avaient été mobilisés au 47 rue Principale, à Schiltigheim pour maîtriser l'incendie le 3 septembre 2019. © Claire Peyrot - France Télévisions

L'auteur de l'incendie qui avait ravagé un immeuble à Schiltigheim en septembre 2019, et entraîné la mort d'un enfant de 11 ans, a été condamné ce jeudi 25 novembre à 25 ans de réclusion criminelle aux assises du Bas-Rhin.

Le procès de homme qui avait volontairement provoqué l'incendie d'un immeuble à Schiltigheim le 3 septembre 2019, entraînant la mort de Maël Deghaud, un enfant de 11 ans, s'est achevé ce jeudi 25 novembre aux assises du Bas-Rhin à Strasbourg.

Tony Mosquera a été condamné à 25 ans de réclusion criminelle, dont deux tiers de sûreté, ainsi que 10 ans de suivi socio-judiciaire pour destruction volontaire d'immeuble par le feu ayant entraîné la mort d'une personne et en ayant blessé 12 autres, et d'un véhicule. Il encourait la réclusion criminelle à perpétuité.

Cette peine correspond à ce que le parquet avait demandé. "Les parties civiles ont été entendues. C'est un soulagement", a commenté Maître Louise Durin, avocate de la famille de la victime.   

Dès le début de l'enquête, lors de sa garde à vue quelques heures après le drame, l'homme âgé de 24 ans, avait avoué être l'auteur de l'incendie, mettant volontairement le feu à une camionnette, puis à l'immeuble du 47 rue principale, sans donner d'autre explication que son état d'ivresse. L'incendie, qui avait mobilisé une centaine de pompiers, avait complètement détruit 9 des 43 logements.

"A aucun moment, il ne se doutait qu'il allait causer la mort d'un jeune garçon et tous les autres préjudices", avait fait valoir son avocate Me Caroline Bolla, qui avait plaidé une peine de 20 ans de réclusion."On espérait moins sur le verdict mais on savait que la récidive allait lui coller à la peau", a-t-elle déclaré à l'issue du procès. "Très clairement c'est ça qui a joué. Sa première réaction à chaud c'est de ne pas faire appel, mais on va refaire le point avec lui la semaine prochaine."

A l'ouverture de son procès, Tony Mosquera présentait un casier judiciaire déjà lourd de 13 condamnations, dont quatre prononcées "pour des faits de dégradations par moyens dangereux", ce qui lui vaut d'être jugé en état de récidive aux assises. Il a notamment tenté d'incendier une école maternelle alors qu'il avait 12 ans. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.