EN IMAGES - Strasbourg : à la découverte des salons de l'empereur, trésors méconnus de la gare

D’ici 2023, la gare de Strasbourg connaîtra une nouvelle métamorphose. Surfaces commerciales agrandies, terrasses et café sous la verrière et surtout restaurant haut de gamme. Ce dernier trônera au 1er étage dans l'actuel salon des voyageurs. Un salon, un trésor patrimonial du 19e siècle.

Le salon de l'empereur, photographié au siècle dernier.
Le salon de l'empereur, photographié au siècle dernier. © Archives

Jusqu'à présent seuls les voyageurs privilégiés de la SNCF munis d'un billet du jour y avaient accès. Bientôt, avec les travaux d'aménagement de la gare, ce seront les fins palais et les portefeuilles épais qui auront ce privilège.

Le salon des voyageurs de la gare de Strasbourg deviendra d'ici 2023 un restaurant haut de gamme. Si vous n'êtes ni l'un ni l'autre, nous vous proposons de découvrir ce trésor architectural. Par procuration mais c'est mieux que rien. 
 

Les salons de l'empereur

C'est un trésor patrimonial bien caché. Sous la verrière, au premier étage. L'actuel salon des voyageurs n'est autre que le salon de l'empereur. Ou plus exactement une enfilade de plusieurs petits salons. Loin du tumulte de la foule aux pas pressés : des pièces feutrées, tapissées, marquetées. Magnifiques. De quoi se plonger royalement dans son smartphone et surtout dans l'histoire de la gare toute entière.
 

Le salon de l'empereur photographié en 2021.
Le salon de l'empereur photographié en 2021. © Charlotte Rothéa, France Télévisions


C'est ici, quai n°1, que les majestés prussiennes venaient se relaxer après un long voyage en train. De 1888 à 1914, l’empereur Guillaume II et l’impératrice Augusta y ont ainsi posé leur auguste fessier, une bonne vingtaine de fois, au cours de leurs traditionnelles tournées. Strasbourg, alors capitale du Reichsland, est une étape incontournable.
 

L’empereur est accueilli par la maire Rudolf Schwander à l’entrée du pont Kuss, le 28 août 1908.
L’empereur est accueilli par la maire Rudolf Schwander à l’entrée du pont Kuss, le 28 août 1908. © Archives


Les plans des salons et leur décor ont été réalisés par l'architecte de la gare, Johann Eduard Jacobsthal, vers 1883. La gare jouit d'un confort exceptionnel pour l'époque. Chauffage central, habilement dissimulé derrière la cheminée du salon, et surtout électricité. La gare est ainsi le premier bâtiment électrifié de Strasbourg.
 

Gravure de la gare de Strasbourg datant de 1883, réalisée par Johann Eduard Jacobsthal
Gravure de la gare de Strasbourg datant de 1883, réalisée par Johann Eduard Jacobsthal © Archives
La gare de Strasbourg en 1905.
La gare de Strasbourg en 1905. © Archives SNCF


Tout a été dessiné et conçu à Berlin. C'est d'ailleurs en Allemagne que l'on retrouve les plans d'origine de la gare, comme en atteste la revue Centralblatt der Bauverwaltung du 25 août 1883. La disposition initiale de ces salons y est visible : trois grandes pièces. Côté quai, le salon d’accueil de l'empereur, et côté place, le salon de l’impératrice et celui de l’empereur. 
 

Planche d'illustrations de la Deutsche Bauzeitung de 1883.
Planche d'illustrations de la Deutsche Bauzeitung de 1883. © Auteur inconnu

Une pièce destinée aux domestiques côté quai et un cabinet d’aisance étaient accessibles par ces salons en traversant une antichambre. Le salon d’accueil des grands voyageurs occupe l’antichambre et des deux petites pièces de service. Quant au salon de l’empereur, il est aujourd’hui divisé en deux pièces. 
 

 

Rénovations successives

Longtemps occupée par des bureaux, la suite impériale est rénovée par la SNCF pour mettre en valeur et moderniser ce décor exceptionnel en 2007 : pour l'arrivée du TGV-Est et la construction de la verrière. Depuis, elle accueille encore quelques grands de ce monde (des hommes politiques lors de leurs déplacements en train dans la capitale alsacienne) et surtout beaucoup de grands voyageurs.  
 

Autre vue du salon de l'empereur du siècle dernier.
Autre vue du salon de l'empereur du siècle dernier. © Archives SNCF


Le mobilier est d'origine, "exclusivement conçu pour la famille impériale", raconte Elisabeth Paillard, chargée de l'inventaire patrimonial à la région Grand Est. Seules les tapisseries ont été refaites à l'identique.
 

Le plafond du salon de l'empereur, en 2021.
Le plafond du salon de l'empereur, en 2021. © Charlotte Rothéa, France Télévisions


Le plafond de staff, les moulures, l'ébénisterie, la cheminée et l'horloge témoignent d'un goût raffiné et d'un savoir-faire ancestral. "Cette horloge murale est exceptionnelle. Ils ont poussé le sens du détail jusqu'à son sommet. On y voit l'emblème des chemins de fer de l'Empire, une roue ailée, que l'on retrouve un peu partout dans la gare."

Plus d'horloge, ni de vitraux pour les grands voyageurs. Ces derniers seront bientôt priés d'attendre dans un espace moins grandiose, dans une zone anciennement dédiée à la vente de billets. "Dans la zone nord, oui ce sera différent mais tout aussi confortable. Juste plus moderne", explique Christelle Delplanque, chargée de communication à la SNCF.
 

L'horloge du salon de l'Empereur, photographiée en 2021.
L'horloge du salon de l'Empereur, photographiée en 2021. © Charlotte Rothéa, France Télévisions


En 2022, le salon de l'Empereur deviendra table gastronomique. "L'appel à candidatures a été lancé pour installer ici un restaurant premium tout en conservant le décor", précise Christelle Delplanque. 

Si vous n'êtes pas grand voyageur, grand portefeuille ni même grand gastronome, il vous faudra attendre les Journées du patrimoine pour découvrir cet endroit classé aux monuments historiques. Attendre... ou rester sur votre faim.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoires de gares culture patrimoine insolite