Strasbourg : une cérémonie pour célébrer les 30 ans de la chute du mur de Berlin

Le bout de mur de Berlin présent sur le parvis de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH). / © Jean-Marc Loos, MaxPPP
Le bout de mur de Berlin présent sur le parvis de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH). / © Jean-Marc Loos, MaxPPP

La Ville de Strasbourg s'associe au Conseil de l'Europe et à la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) pour célébrer le trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin. La cérémonie a lieu au siège de la CEDH, sur l'allée des Droits de l'Homme à Strasbourg le samedi 9 novembre à 14 heures.

Par Vincent Ballester

En 1989, le Mur chutait. Pour célébrer cet anniversaire, la Ville de Strasbourg, le Conseil de l'Europe, et la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) organisent une série d'évènements ce samedi 9 novembre 2019.
 
  • 14 heures : Début des festivités sur le parvis de la CEDH, qui se trouve allée des Droits de l'Homme, à Strasbourg (voir carte en bas d'article).
  
  • 16 heures : Au même endroit, une table ronde est organisée avec des témoignages sur la chute du Mur et la vie en ex-Allemagne de l'Est.
 

Un évènement fondamental pour l'Allemagne

En Alsace, une partie de la population se souvient de cet évènement fondamental pour nos voisines et voisins d'outre-Rhin (voir tweet ci-dessous). Sur le groupe Facebook "Les amis de l'Alsace et des Alsaciens", on retrouve quelques témoignages.
 
Martine Knopf se souvient très bien de la chute du mur de Berlin : "Nous l'avons suivie à la télé. La joie du peuple allemand de se libérer du mur de la honte... et de la peur : car il y en a qui y ont laissé leur vie." Adelaide Gameiro est dans le même cas : "Nous avons suivi les événements à la télévision tantôt incrédules, tantôt émerveillés ! Ce fut une grande joie pour nous de voir que la honte de l’Europe était enfin effacée. Nous pensions que le monde allait réellement changer et que l’on ne verrait plus de telles aberrations..." Mais elle complète : "Malheureusement, l’ingéniosité de l’esprit malintentionné de certains humains nous ont donné tort et d’autres murs ont été construits partout dans le monde et notamment dans un pays qui à mon sens n’avait pas le droit moral de la faire sans offenser ses morts et son peuple."
 

Des Français(e)s sur place racontent avoir vu ce mur de visu, comme Jean-Marie Schweitzer : "J'étais en Allemagne de l'Est en mai 1989, chez une cousine de mon beau-père. J'ai vu le mur passant près de la ville, mais interdit de m'approcher à moins de 100 mètres." Pareil pour Suzy Wenner, qui a raté de peu l'évènement : "J'ai eu la chance d'être à Berlin deux semaines avant la chute du mur. Nous avions passé quelques heures à l'Est : heures très oppressantes et hors du temps, un sentiment de mal-être. Quel décalage entre les deux... J'étais heureuse de pouvoir retourner de l'autre côté." Elle ajoute : "Quelle joie ce 9 novembre; et une grosse pensée pour tous ces gens rencontrés ce jour-là. Nous avions pu discuter avec des étudiants, et en cadeau, ils avaient demandé des fruits exotiques... qui pour eux étaient des bananes et des oranges !"

Raymond Weigel, en 2009, s'est rendu au pied du Mur (ou de ce qu'il en reste) pour fêter le vingtième anniversaire de sa chute. Il avait photographié avec soin ce pan de mur transformé en mémorial (voir publication Facebook ci-dessous). Où la couleur a succédé aux barbelés.
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus