Strasbourg : le fanzine alternatif Point Bar, une BD de dessinateurs amateurs en sélection à Angoulême

Pascal Richert, alias Pascal Graffica, cofondateur du groupuscule bédéiste Point Bar, n'en revient toujours pas. Son fanzine vient d'être sélectionné pour le prix de la BD alternative au festival d'Angoulême. En plus sa couverture est en noir et blanc. Monochrome peut-être. Terne sûrement pas.

Pascal Graffica, Point Bar BD
Pascal Graffica, Point Bar BD © Point Bar BD
Avec Point Bar BD on sait où on va mettre les pieds. Au comptoir. En rigolant un bon coup devant des bulles. "Point Barre, Point bar, voilà quoi c'est gentil, c'est un jeu de mot. D'autant que le fanzine est élaboré en grosse partie au bar. Tous les jeudis à la Krutenau. Nous sommes des piliers de bar, le jeudi seulement", explique Pascal Graffica. CQFD.
 

Des amateurs de bulles


Pascal Graffica fait partie des piliers de Point Bar. Une association de dessinateurs amateurs. Amateurs et frustrés. " On a créé ça il y a 10, 12 ans. L'idée c'était de diffuser nos propres dessins. On avait envie d'être lus. D'être vus. Du coup, on a élaboré notre propre fanzine imprimé à Bischheim et entièrement conçus par nous-mêmes."  

Un fanzine trimestriel de 44 pages qui en est à son 43e numéro. C'est pas rien. "Vous imaginez à 5 ou 6, on fait l'équivalent d'un gros album. A nous tout seuls. C'est pas mal je trouve, faut le faire quoi."
Et mine de (crayon), c'est du boulot.  Choisir un thème, éplucher l'actu, dessiner, prendre une bière, sélectionner les dessins, faire la maquette, reprendre une bière, penser à un édito, prendre une bière..." Y a rarement de dessins retoqués mais ça arrive. On peut demander quelques modifications. Et d'ailleurs, avis à la population, toutes les contributions sont les bienvenues. Il faut juste qu'on soit lisible. On peut dessiner comme des manches mais faut être lisible."  Point Bar(re). 
 
Dans ces conditions, difficile de choper la grosse bulle. Et c'est tant mieux me direz-vous. Car le fanzine n'est imprimé qu'à une cinquantaine d'exemplaires. "Ben oui, parce qu'il faut le vendre .. c'est pas évident évident. On peut l'acheter via notre page Facebook ou lors des salons." Dans les librairies ? " Non ils vont nous prendre une commission. Et sur 4 euros, c'est pas rentable." Ouais là ça rigole plus.
 

Bande de Décomplexés


Bon, on ne vous fait pas de dessin. Point Bar BD, c'est une sacrée bande de décomplexés. Limite cracras parfois. "Nous on aime l'humour potache, du type Fluide glacial."
 
La preuve, le personnage emblématique de Pascal Graffica c'est Herbert le Dromadaire "Parce que ça rime bien ensemble. Moi, je représente les hommes en animaux. Grâce à ça, je peux faire passer plus de choses. Et c'est plus rigolo." Guiliguili.
Plus rigolo en tous cas que des dessins de coupe. Car oui, dans la vraie vie, celle où on rigole un chouille moins, Pascal ce grand gamin de 55 ans est ...dessinateur en bâtiment. 

Toujours est-il que, et ce n'est pas une blague, le fanzine Point Bar BD vient d'être sélectionné au Festival d'Angoulême pour concourir dans la catégorie BD alternative. Alternatif c'est le mot oui. " Notre force, c'est notre richesse. Chacun amène sa contribution, son style. Nous, on est pas stétéotypés comme ceux qui sortent des arts déco ou des écoles. Y a beaucoup de diversité."

 

Le festival d'Angoulême à portée de stylo


Pour notre bande de foutraques, c'est une grande première. Etre sélectionné pour le Festival d'Angoulême. L'équivalent des Oscars pour la BD. " Je vous avoue qu'on était très surpris par la nouvelle." Chaque année,  la catégorie BD alternative récompense une bande dessinée non-professionnelle sous forme de fanzine ou recueil collectif de plusieurs auteurs. Mais c'est du sérieux. La concurrence est rude. "On a 37 concurrents venus du monde entier et y a du niveau. En plus, on est le seul fanzine à avoir une couverture en noir et blanc. Ça marque pas mal." 
 
Pas de quoi pour autant être stressé. "Bah non, on est pas stressés. Je pense pas qu'on soit finalistes alors. Mais bon on a déjà été sélectionnés parmi une centaine de dossiers. C'est une manière de mettre un petit pied dans la porte." Pas dans la porte du TGV en tous cas : "Non on ira pas à Angoulême. Y a trop de monde." 

Réponse le 29 janvier prochain. En attendant, Point Bar BD planche sur son nouveau numéro consacré aux contes de fées. Et si on y croyait nous un peu, du coup ? 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival bd d'angoulême culture livres bande dessinée vie associative société