Strasbourg : une gendarme de 31 ans se suicide avec son arme de service

Publié le
Écrit par Claire Peyrot

Une femme gendarme de 31 ans s'est donné la mort avec son arme de service, dans son logement de fonction, dans une caserne de Strasbourg. Son corps a été découvert par ses collègues à son domicile mardi 15 septembre.

Une gendarme de 31 ans s'est donné la mort avec son arme de service, à son domicile d'une caserne de la rue de Molsheim de Strasbourg. Son corps sans vie a été découvert par ses collègues eux-mêmes, venus vérifier pourquoi la militaire ne s'était pas rendue au travail le matin du mardi 15 septembre.

Cette militaire, originaire de Bretagne, avait pris ses fonction à Strasbourg, à la cellule renseignement du groupement de gendarmerie départementale du Bas-Rhin, le 1er août dernier. Une nouvelle affectation à sa demande après sept années à la brigade de Sainte-Marie-aux-Mines.

Un geste inexpliqué

Selon la cellule de communication de la gendarmerie du Bas-Rhin, rien ne laissait penser que la militaire pouvait en arriver à un tel acte. Qualifiée de "souriante, travailleuse et consciencieuse", elle avait participé la veille du drame à une soirée où rien dans son attitude n'avait pu laisser penser à cette issue dramatique. Elle n'avait pas non plus fait appel à la cellule de soutien psychologique de la gendarmerie, mobilisée depuis la découverte du drame pour soutenir ses collègues. La gendarmerie du Bas-Rhin compte environ 1.100 militaires.

Une enquête a été ouverte, elle est confiée à la brigade de recherche de la gendarmerie de Strasbourg.

Deuxième suicide cette année dans la gendarmerie en Alsace

C'est le deuxième suicide au sein de la gendarmerie en Alsace depuis le début de l'année 2020. Fin août, un gendarme adjoint volontaire de 19 ans avait mis fin à ses jours dans les locaux de la brigade territoriale de Colmar. Un drame similaire a frappé la police nationale le 30 juillet, lorsqu'un policier de 26 ans a retourné son arme de service contre lui à Strasbourg.