Strasbourg : licenciée pour l'achat d'une patate douce pendant sa pause, elle trouve un accord avec Leclerc

Fouzia Dermoun avait été licenciée en mars 2021 pour avoir fait quelques achats pendant sa pause, sans respecter scrupuleusement le règlement intérieur, dans le supermarché strasbourgeois où elle travaillait. Un accord a été trouvé avec l’enseigne Leclerc. Elle ne saisira pas les prudhommes.

Fouzia Dermoun a été licenciée pour avoir acheté une patate douce et une baguette pendant son service dans un supermarché de Strasbourg.
Fouzia Dermoun a été licenciée pour avoir acheté une patate douce et une baguette pendant son service dans un supermarché de Strasbourg. © Thierry Sitter/France Télévisions

Elle se dit prête à tourner la page de cette affaire qui avait fait grand bruit et suscité beaucoup d’émoi sur les réseaux sociaux. Fouzia Dermoun, salariée dans un supermarché Leclerc du quartier du Stockfeld à Strasbourg (Bas-Rhin), s’était vu signifier fin mars 2021 son licenciement pour faute grave. La raison : elle avait fait deux modestes achats - une baguette et une patate douce - sur son temps de pause, sans respecter scrupuleusement le règlement intérieur.

Elle avait alors publiquement révélé les faits, auprès de notre rédaction notamment. Elle nous avait confié à l’époque être « tombée des nues » quand elle avait appris son licenciement pour ce motif. Elle précisait qu’elle avait décidé d’entamer une procédure devant les prud'hommes. 

Une démarche qu’elle ne mènera finalement pas à son terme, en raison d’un accord qu’elle a conclu avec l’enseigne et dont elle ne précise pas les termes en raison d’une clause de confidentialité signée entre les deux parties. L'enseigne Leclerc précise de son côté qu'"à la suite du licenciement de cette hôtesse de caisse, un échange constructif a été établi entre la salariée et la direction. Les discussions ont en effet permis de trouver un accord à l’amiable".

« Fière d’avoir osé parler »

Avec le recul, Fouzia Dermoun ne regrette pas et assume la médiatisation qu’elle a donnée à son affaire. « Si c’était à refaire, je recommencerais, et je conseillerais à d’autres d’employer la même démarche », confie-t-elle. Elle se dit fière de s’être exposée, d’avoir publiquement révélé son licenciement. "Cela m’a permis de me remettre debout face à cette injustice et de mettre la pression, ajoute-t-elle. La mauvaise publicité, il n’y a que cela qui leur fait peur."

Revoir le témoignage de Fouzia Dermoun recueilli en avril 2021:

Fouzia Dermoun ne réintègrera pas le supermarché du Stockfeld. Elle a retrouvé un emploi comme intérimaire, et travaille désormais dans d’autres commerces.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie polémique société