• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Bulligny : une vingtaine d’agneaux morts après une attaque d'un loup... ou d'un autre animal

Une vingtaine d'agneaux ont été tués, mais par qui ? / © image Patrick Morlet
Une vingtaine d'agneaux ont été tués, mais par qui ? / © image Patrick Morlet

Triste découverte pour un éleveur de Bulligny en Meurthe-et-Moselle. Il a retrouvé une vingtaine d’agneaux morts dans son parc le vendredi 12 avril 2019. Pour Patrick Morlet, il n’y a pas de doute possible, c’est un loup qui est responsable du carnage. L'expertise devrait le dire.
 

Par Francine Dubail

Les dépouilles étaient encore chaudes lorsque l’éleveur a fait la macabre découverte le matin du 12 avril 2019. Patrick Morlet installé sur la commune de Bulligny près de Toul en Meurthe-et-Moselle découvre une vingtaine d’agneaux tués. Pour l'éleveur, c'est un loup qui est responsable. Le prédateur  - quel qu'il soit - s’est introduit dans le parc renfermant une centaine de bêtes, un parc sécurisé par des fils électriques.

On a beau protéger les parcs, le loup est plus malin que nous 
Patrick Morlet - éleveur à Bulligny.


Un représentant de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage s'est rendu sur place afin de dresser un constat. "Les morsures pourraient être celles d'un loup", aurait-il indiqué à l'éleveur. Toutefois, une expertise devrait confirmer ou infirmer cette hypothèse.

Voilà ce que peut faire un loup
Patrick Morlet 

Pour alerter les habitants du secteur sur les dégats que, selon lui, peuvent faire les loups, Patrick Morlet expose sur le bord de la route quelques agneaux morts.
Patrick Morlet expose les agneaux, selon lui, victimes du loup / © Bruno Courtaux
Patrick Morlet expose les agneaux, selon lui, victimes du loup / © Bruno Courtaux
 

Trois attaques 

Début mars, l'éleveur avait déjà été victime d'une attaque dans un autre parc situé à Allamps à 5 kilomètres, là, ce sont trois agneaux et trois chèvres qui avaient été retrouvés morts. Là encore, les bêtes étaient en théorie à l'abri dans un enclos électrifié au lieu-dit Les Sécherons.

Ce loup tue pour le plaisir, il faut l'abattre, je n'élève pas des animaux pour les voir finir comme ça! 

En 2015, Patrick Morlet affirme avoir déjà subi une attaque dans un autre enclos à Mont-l'Etroit. Aujourd'hui, l'éleveur est excédé par cette nouvelle perte financière qu'il chiffre à près de 3.000 euros, car les indemnités ne couvrent pas la totalité du préjudice, il demande aux autorités d'effectuer des tirs.

En 2017, 300 moutons ont été égorgés dans le secteur où la présence du loup est effectivement attestée par le réseau loup-lynx de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Comme le montre la carte ci-dessous qui permet de voir l'évolution de la présence des loups.
 
Présence du loup en 2018 en France. / © Réseau loup-lynx. ONCFS
Présence du loup en 2018 en France. / © Réseau loup-lynx. ONCFS
 

Et si ce n’était pas un loup ?

De nombreux commentaires sous notre post Facebook mettent en doute la version de l'éleveur. Une majorité d'internautes sont sceptiques et ne croient pas à la thèse du loup.


Il est vrai que certaines races de chiens peuvent ressembler à s’y méprendre au loup. Le chien-loup tchécoslovaque, par exemple est un croisement entre un berger allemand et une louve européenne de la branche sibérienne ou tchèque, des élevages existent d’ailleurs en Lorraine. La thèse de chiens-loups errants est donc une piste au moins aussi sérieuse que celle du loup.

Et l'enjeu est de taille pour l'éleveur. La circulaire du 27 juillet 2011 relative à l’indemnisation des dommages causés par le loup aux troupeaux domestiques explique que si la responsabilité du loup est écartée, l'éleveur ne sera pas indemnisé. Une expertise technique pourrait déterminer qui est la bête.

Pour lire les nombreux commentaires majoritairement pro-loup que suscite cette histoire, retrouvez ci-dessous notre post Facebook.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus