INFOGRAPHIES. Réchauffement climatique : quelles températures en 2050 à Reims, Troyes, Charleville-Mézières ou Saint-Dizier ?

Quel sera le climat en 2050 en Champagne-Ardenne ? Découvrez les projections de Météo France pour les principales villes de l'Aube, de la Marne, des Ardennes et de Haute-Marne avec nos infographies interactives.

Le mois de septembre 2023 a été le plus chaud jamais enregistré dans le monde en 174 ans de relevés. En septembre, la température mondiale était 1,44°C au-dessus de la moyenne du XX e siècle, selon l'agence américaine de référence.

Et l'année 2023 prend plus que jamais le chemin d'être tristement distinguée comme étant la plus chaude jamais enregistrée dans le monde, selon un rapport publié vendredi 13 octobre par l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA). 

2023, année la plus chaude de l'histoire

"Il existe une probabilité de plus de 99% que 2023 se classera comme l'année la plus chaude jamais enregistrée", a déclaré l'organisme. L'observatoire européen Copernicus avait également estimé début septembre que 2023 serait probablement l'année la plus chaude de l'Histoire.

Avec une météo de 2023 déjà en surchauffe, quelle sera la réalité du climat dans un quart de siècle ? Pour répondre à cette question, Météo France a mené un travail de projections climatiques à horizon 2050. Ces données très complètes sont disponibles sur le portail Drias-Climat.

Nous vous proposons de découvrir ci-dessous les résultats pour les principales villes de Champagne-Ardenne. Les indicateurs ont été calculés en prenant en compte un scénario médian d'émission de gaz à effet de serre au milieu du XXI e siècle (RCP4.5). 

Reims (Marne) 

À Reims, la température estivale moyenne devrait augmenter de presque deux degrés celsius en 2050 en comparaison avec la période 1976-2005, selon les projections de Météo France (19,9 °C contre 18,0 °C). 

Le nombre de jours de gel devrait drastiquement baisser, passant de 52 jours à 35 jours. Et celui des jours en vague de chaleur passerait de 3 à 8 à horizon 2050.

Troyes (Aube) 

À Troyes, la hausse des températures estivales moyenne s'inscrirait également autour des deux degrés (20,6 °C contre 18,5 °C). Le nombre de jours très chauds passerait lui de 0,8 sur la période de référence à 3,8 en 2050. On compterait à cet horizon 7 nuits à plus de 20 degrés chaque année, contre une seule sur la période de référence.

Charleville-Mézières (Ardennes) 

À Charleville-Mézières, le nombre de jours de gel subirait une baisse importante en 2050. Dans ses prévisions, Météo France estime qu'on n'en compterait plus que 38 contre 57 sur la période de référence.

Du côté des températures, la moyenne estivale serait toujours en forte hausse, avec +1,9 degré (18,8 °C contre 16,9 °C).

Saint-Dizier (Haute-Marne)

En Haute-Marne, à Saint-Dizier, Météo France calcule une hausse de la température moyenne estivale de 2 degrés celsius (20,2 °C contre 18,2 °C). Le nombre de jours très chauds, c'est-à-dire avec une température qui dépasse les 35 degrés, serait multiplié par plus de 4, passant de 0,7 à 3,2 jours. Les jours de gels diminueraient de manière importante, passant de 57 jours annuels à 40 à horizon 2050.