Cet article date de plus de 4 ans

Confiner les volailles pour limiter la propagation de la grippe aviaire

Le journal officiel a publié ce jeudi un arrêté réévaluant le risque de grippe aviaire de "négligeable" à "élevé". Conséquence directe pour les éleveurs alsaciens des villages concernés par ce risque: ils doivent confiner leurs animaux et mettre des grillages au-dessus de leurs volières.  
© Maxpp
A la suite de la découverte de nouveaux cas d'influenza aviaire hautement pathogène H5N8 dans plusieurs pays d’Europe et sur la base d’un avis de l’ANSES, le ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt a décidé de relever le niveau de risque vis-­à-­vis de la maladie de "négligeable" à "modéré" sur l’ensemble du territoire national.

Les cas détectés récemment chez nos voisins européens touchant plus particulièrement les oiseaux migrateurs, le ministère a également relevé le niveau de risque dans les zones humides qui concentrent la faune sauvage et constituent des arrêts sur la route des oiseaux migrateurs. Dans ces zones dites « zones écologiques à risque particulier», le risque vis-­à-­vis de l’influenza aviaire est désormais qualifié d’"élevé".

© Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt

Cette élévation des niveaux de risque conduit à mettre en place sur l’ensemble du territoire des mesures de biosécurité renforcées, définies par l'arrêté du 16 mars 2016, afin d’éviter toute incursion éventuelle de ce nouveau virus sur le territoire national.


durée de la vidéo: 00 min 22
Grippe aviaire: la carte des villages d'Alsace qui doivent confiner leurs volailles ©France 3 Alsace



Ces mesures de biosécurité renforcées, avec confinement obligatoire ou pose de filets permettant d'empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages, s’appliquent dans les zones où le niveau de risque est élevé :

- à tous les élevages de volailles non-commerciaux (basses-cours)

-­ aux élevages commerciaux de volailles, sauf dérogation telle que précisée dans l'arrêté

Par ailleurs, cet arrêté impose des contraintes spécifiques pour l'utilisation des appelants pour la chasse au gibier d'eau, les lâchers de gibier à plumes ou de pigeons. En particulier, dans les zones écologiques à risque particulier, les lâchers de gibier à plumes et les déplacements d’appelants sont interdits. Les rassemblements d’oiseaux (foires, salons) font également l’objet de restrictions ; en particulier, les compétitions de pigeons voyageurs sont interdites.

Le Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt souligne l'importance pour la filière avicole de ces mesures obligatoires de prévention qui sont destinées à nous prémunir de l’introduction en France de ce nouveau virus de l’influenza aviaire. La vigilance de chacun est appelée pour signaler toute mortalité sur des oiseaux sauvages.

Des mesures de biosécurité et notamment de confinement sont mises en place dans des zones comme les bandes côtières, ou des estuaires comme ceux de la Gironde et de la Seine, pour les élevages commerciaux de volailles, sauf dérogation, selon cette source.
Si cet épisode n'a aucun lien avec l'épizootie rencontrée dans le Sud-Ouest début 2016 et si la vigilance est de mise dans l'ensemble des élevages de volaille, il intervient néanmoins deux mois à peine après la fin du confinement des oies et des canards mis en place dans 17 départements. La levée de cette mesure mi-septembre semblait signifier la fin imminente de la crise qui avait durement touché les professionnels du foie gras.

La liste des villages alsaciens concernés par le confinement en cliquant ici


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grippe aviaire agriculture économie