Coronavirus : malgré l’épidémie, Charleville-Mézières et Saint-Dizier organisent un marché de Noël

Plusieurs villes ont annulé leur traditionnel marché de Noël. Strasbourg, Reims,  Chalons-en-Champagne ou encore Sedan ont renoncé à mettre en place les chalets devant lesquels petits et grands venaient flâner. L’épidémie de Covid 19 a eu raison de ces évènements festifs, mais pas partout.
 
A Charleville-Mézières, dans les Ardennes, on s’affaire sur la Place Ducale. Il faut que tout soit prêt pour le 12 décembre, car c’est à cette date qu’ouvrira le marché de Noël 2020. Jusqu’au 2 janvier 2021, les Carolomacériens pourront donc venir découvrir ce marché réorganisé sur le thème des légendes ardennaises.

Dès le 16 décembre, le Père Noël sera présent, mais Covid 19 oblige, pour les photos, il faudra bien respecter les gestes barrières. Un marché artisanal est prévu. Des producteurs de salaisons, de fromages participeront à l’évènement, mais pour le foie gras, les huîtres et autres cidres et vins, pas question de déguster sur place. Tous les jours, des restaurateurs locaux proposeront, pour leur part, des plats à emporter.

Dans la ville natale d’Arthur Rimbaud, pas question de se passer du moment de magie de Noël, mais le contexte exceptionnel a conduit les organisateurs à prévoir un strict respect des mesures sanitaires. "L’an dernier, notre marché avait remporté un gros succès", raconte Guillaume Maréchal, conseiller municipal, chargé des grands évènements. "Depuis quelques années, on avait fait en sorte de le redynamiser. De plus en plus de Belges nous contactaient, pour mettre en place des bus. On venait même de Reims pour notre marché. On avait de très bons retours. Mais dès octobre, on a dû faire évoluer cette manifestation. On a décidé d’annuler les concerts, les spectacles qui allaient engendrer des regroupements. Pas question également de pouvoir consommer du vin chaud. Mi-novembre, on a supprimé la patinoire. On s’attendait à une très belle année, d’ailleurs, on reçoit encore des demandes d’installation de chalet, mais on en a réduit le nombre. Il devrait y en avoir environ 25 plus une dizaine pour les artisans. Notre objectif est de faire travailler les commerçants qui n’ont pas pu le faire, mais aussi d’enchanter le public de manière différente avec un grand espace de décorations, des surprises, sans oublier le Dragon de Mézières qui sera de la fête ".

Les Bragards attendent le samedi 5 décembre avec impatience

 

"On veut mettre des étoiles dans les yeux des gens".

Rachel Blanc, première adjointe au maire de Saint-Dizier


Depuis mardi 1er décembre l’Abies Alba pectiné est installé Place Aristide Briand, à Saint-Dizier, en Haute-Marne. Les services techniques de la ville, ont mis en place les illuminations de ce sapin d’un demi-siècle, aux aiguilles en forme de peigne. Il a été coupé, le dernier jour de novembre dans la forêt de Dommartin- le- Saint- Père, non loin de la cité bragarde. Il trône au côté des 13 chalets qui ont été autorisés à ouvrir sur l’esplanade de l’hôtel de Ville. Il a fallu les espacer de quatre mètres carrés, chacun. Le protocole sanitaire ne permet pas qu’on déguste gaufres, pommes d’amour ou vin chaud dans ce lieu où ne pourront pas circuler plus de 100 à 120 personnes. Par ailleurs, un sens de circulation est prévu. Il s'agit d'éviter les regroupements. 

Rachel Blanc est première adjointe au maire de Saint-Dizier, Quentin Brière. Elle est chargée des grands projets, de l’urbanisme et des commerces. " On s’est posé la question du maintien du marché de Noël, dès août-septembre", dit-elle. " Le maire nous a dit oui, faites-moi un programme. On a travaillé avec les commerçants et la Sous-Préfecture. Très vite, on s’est mis en ordre de marche, en éliminant petit à petit des éléments du projet. Quand le protocole s’est renforcé, on s’est adapté. On a décidé de quitter l’emplacement de l’an dernier, où il n’y avait pas assez d’espace, pour s’installer devant l’Hôtel de Ville, Place Aristide Briand. On ne veut pas d’un marché prétentieux. Celui-ci est modeste, mais on voulait créer une ambiance, et y trouver aussi miel, écharpes de laine ou thé par exemple. Ce second confinement a généré de l’angoisse, alors on veut mettre des étoiles dans les yeux des gens. Au centre-ville, l’association des vitrines nous a permis de placer des automates dans les commerces vides. Mais on a décidé l’annulation du " feu d’artifice à vos fenêtres ". Au 14 juillet, on s’était rendu compte que beaucoup de gens étaient dans la rue, et pour Noël, c’était trop  risqué ".

Ce qui est certain, c’est que le Père Noël sera bien présent à Saint-Dizier. Il arrivera le 19 décembre, à 14h30, pour y distribuer pains d’épices et clémentines.

A Troyes, pas de marché mais on parie sur l’esprit de Noël, partout dans la ville 

François Baroin, le maire de Troyes, dans l’Aube a lancé les illuminations de Noël, mardi 1er décembre. Pour mettre en lumières 70 rues et 14 places, la ville a déroulé dix kilomètres de guirlandes LED. Des sapins naturels et artificiels, jusqu’à 12 mètres de haut ont été installés un peu partout, dans la cité tricasse. Pas question de déguster sur place, pour respecter les directives gouvernementales, mais des chalets gourmands proposeront de la vente à emporter. Côté idées cadeaux, Troyes parie cette année, sur l’espace Cœur Métiers d’Art. Situé dans le centre commercial de la rue de la République, tout près de l’Hôtel de Ville, le lieu permet à une vingtaine d’artisans et créateurs de présenter leurs produits. Pendant ces fêtes de fin d’année, les Aubois pourront donc y découvrir tapisseries, bijoux, objets de bois, céramiques et créations textiles, notamment. S’ils n’y trouvent pas d’idées cadeaux, ils pourront toujours y constater que l’artisanat local a gardé son dynamisme.
Dans tout  le Grand Est, les municipalités ont beaucoup mis l’accent sur les lumières et les décorations pour faire vivre ce Noël 2020, pas tout à fait comme les autres.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société noël événements sorties et loisirs marchés de noël