Covid-19 : dans le Bas-Rhin, quatre centres de vaccination ferment avant fin août, mais l’offre vaccinale se poursuit

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sabine Pfeiffer
Le premier des quatre centres à fermer est celui de Wissembourg
Le premier des quatre centres à fermer est celui de Wissembourg © Lionel Werly

Avant le 29 août, les centres de vaccination de Wissembourg, Reichshoffen, Haguenau et Truchtersheim auront cessé leur activité. Certains sont transférés, d’autres ferment. Mais il reste suffisamment d'autres lieux prêts à accueillir les personnes souhaitant encore se faire vacciner.

Pour la rentrée, les centres de vaccination du Bas-Rhin se réorganisent. Durant deux semaines, de nouveaux créneaux sont proposés aux personnes qui n’ont pas encore reçu leur première dose. Mais en parallèle, quatre centres cesseront leur activité d’ici le 28 août au soir. Pour passer le relai à d’autres lieux, ou parce que, localement, la demande a fortement chuté. C’est l’occasion de revenir sur la brève - et souvent belle - histoire de ces lieux de solidarité et de mobilisation collective.   

Wissembourg : la fin d'une belle expérience de vie

Ouvert dès le 29 mars dans le gymnase municipal, le centre de vaccination de Wissembourg baissera le rideau ce mercredi 25 août à 18h. Les nouveaux candidats à la vaccination devront dorénavant se rendre à Haguenau, ou s’adresser à leur médecin de famille.

Mais Sandra Fischer-Junck, maire de la ville et infirmière libérale dans le civil, assume sereinement cette fermeture : "Avec 40.000 vaccinations pour une communauté de communes de 17.000 habitants, nous avons largement fait notre part. On a bien assuré."

Fin janvier 2021, les premières injections ont été réalisées au centre hospitalier, bientôt débordé. Dès fin mars, la Ville a donc pris le relai. Pour monter et faire fonctionner ce centre de vaccination éphémère, elle a mis à disposition son gymnase, mais également bon nombre de ses agents territoriaux. "Des agents de l’urbanisme, de l’environnement ou de la culture, qui n’étaient pas du tout du domaine de la santé", sourit Madame la maire. "Mais ils ont réalisé qu’ils étaient capables de faire tout autre chose."

Avec 40.000 vaccinations pour un territoire de 17.000 habitants, nous avons largement fait notre part.

Sandra Fischer-Junck, maire de Wissembourg

Des dizaines d’agents d’autres villages de la communauté de communes du Pays de Wissembourg, ainsi que 120 bénévoles, dont certains venus de loin, ont également répondu présents. Renforcé par 63 infirmières, 20 médecins et une quinzaine d’élus, le centre accueillait jusqu’à 540 personnes par jour au plus fort de son activité.

"Je suis très fière de tout le monde, c’était une belle expérience de vie" estime Sandra Fischer-Junck. Elle raconte que beaucoup de personnes vaccinées, étonnées par la bonne ambiance et l’excellente organisation, revenaient "avec des gâteaux et du chocolat."

Pourtant, dès fin juin, la fermeture du centre a été actée. Car les demandes de vaccinations avaient fortement diminué, et certains jours, il devenait difficile de trouver preneur pour ne pas gaspiller des doses. "On avait répondu à un besoin de santé publique" explique Madame la maire. "Et puis, il fallait récupérer nos agents dans nos services" pour soulager leurs collègues, et reprendre un fonctionnement plus normalisé.

Ce mercredi 25 août, le centre de vaccination de Wissembourg assure donc sa dernière journée. "Nous avons prévu… 580 injections" précise Sandra Fischer-Junck. "On finit en apothéose."

Haguenau : la Ville passe le relai à la clinique Saint-François

Dans la cité de Barberousse, le centre de vaccination aménagé depuis le 17 mai dernier à l’espace sportif Sébastien Loeb, 8 rue du Tournoi, fermera samedi 28 août à 18h30. Mais pas d’inquiétude, les personnes en recherche d’un lieu de vaccination seront toutes accueillies deux kilomètres plus loin, au 33 rue des Aviateurs.

"C’était une magnifique aventure humaine. On sera tous très tristes de nous quitter, ce samedi soir, en fermant notre centre." Mireille Illat, adjointe aux solidarités actives de la Ville, ne cache pas son émotion. Ni son soulagement admiratif, devant cette continuité inespérée, ce "passage de relai entre le secteur de santé public, la Ville et le secteur de santé privé."

En effet, Haguenau va pouvoir bénéficier de son troisième centre de vaccination successif. Le premier à ouvrir le bal, au début du printemps, était lié au centre hospitalier. Rapidement, pour soulager l'hôpital, la Ville "a pris le relai pour l’été" dès le 17 mai. Et mis à disposition l’espace sportif Sébastien Loeb, "la plus grande salle de sport de Haguenau." Là, professionnels de santé et bénévoles se sont engagés à fond pour accueillir les personnes venues recevoir leur première ou leur seconde dose.

C'était une magnifique aventure humaine. On sera tous très tristes de nous quitter, ce samedi soir.

Mireille Illat, adjointe aux solidarités actives

Mais avec la rentrée scolaire, "les écoles privées d’équipements sportifs doivent à nouveau pratiquer une activité physique" rappelle Mireille Illat. Et les clubs habitués du lieu pouvoir y retrouver leurs habitudes. Pourtant, l'adjointe l’assure, sans solution de repli, la Ville n’aurait pas fermé le centre Sébastien Loeb. Mais c'est là qu'est intervenue la clinique privée Saint-François, qui effectuait déjà un petit nombre de vaccinations. "Elle a fait part de son souhait d’y aller plus franchement. De 1.000 vaccinations par semaines, elle pourra rapidement passer à 3.000." Une belle opportunité pour la Ville. "Donc, il n’y aura pas de baisses significatives de vaccins" assure l’élue. "On n’aurait pas fermé si on n’avait pas eu cette chance."  

Le nouveau centre, aménagé dans les locaux du service d’hospitalisation à domicile de la clinique Saint-François, est "plus vaste et offre de nombreuses places de stationnement." Et comme lors du premier transfert, l’équipe impliquée fait profiter la suivante de son expérience. "Il y a un véritable passage de relai" se réjouit Mirelle Illat. "Nous les aiderons pour leurs débuts, et avons aussi transmis à la clinique la liste des bénévoles. Tous ont déjà été contactés." Et ceux qui veulent continuer à s’engager "sont déjà inscrits sur les nouveaux plannings."

La semaine prochaine, l’espace Sébastien Loeb sera remis dans son état d’origine, pour pouvoir ré-accueillir les sportifs de tous âges dès la rentrée. Et les personnes souhaitant toujours se faire vacciner à Haguenau, devront juste penser à un petit détail : les rendez-vous se prendront dorénavant, non plus sur doctolib, mais sur keldoc.   

Reichshoffen : mission accomplie

Le centre de vaccination installé depuis le 7 avril dans le complexe sportif du tennis club de Reichshoffen mettra la clé sous la porte ce vendredi 27 août à 17h. Mais les candidats au vaccin n’auront aucun mal à trouver des créneaux à Haguenau ou à Bischwiller.

"La raison première est que le fonctionnement a fortement baissé. Mais on a vacciné plus de personnes que celles habitant sur le territoire. Notre centre a accompli sa mission"  explique Delphine Scheibel, travailleuse sociale et l’une des chevilles ouvrières de l’organisation du centre. Ces derniers temps, il restait "tous les jours" des doses supplémentaires qui risquaient d’être jetées. Même le site d’inscription de dernière minute ne remplissait plus son rôle. Les annonces présidentielles de juillet ont un peu relancé la demande, mais pas suffisamment pour justifier une prolongation.

En début de semaine prochaine, les agents techniques des communes voisines viendront prêter main-forte pour le rangement des locaux. Et dès le premier week-end de septembre, le tennis club pourra réintégrer les lieux pour sa traditionnelle journée portes-ouvertes.

Truchtersheim : il faut rendre le lieu aux associations

Depuis le 7 avril, le centre de vaccination de Truchtersheim occupe l’espace Terminus et sa grande salle de spectacle. Il s’arrêtera de fonctionner samedi 28 août à 18h, à la demande de la municipalité, en accord avec l’Agence régionale de santé (ARS) et la préfecture. Mais les personnes désireuses de se faire vacciner trouveront d’autres centres pas trop éloignés : à Brumath, Wasselonne, Strasbourg et Saverne.

Comme beaucoup d'autres, le centre de Truchtersheim a été le fruit d’une collaboration enthousiaste entre tous les acteurs, personnel médical et paramédical, tissu associatif et élus locaux. Ici, les bénévoles ont été si nombreux qu’ils ont pu se relayer toutes les deux heures, et non par demi-journées, comme ailleurs. Tout en assurant, dès le 30 avril, l’ouverture du centre six jours sur sept, jours fériés compris.

Ici aussi, une baisse de fréquentation s’est fait sentir dès la mi-juin. Mais la raison principale de la fermeture est le souhait de la municipalité de restituer ces locaux, très prisés, aux nombreuses associations. "On a 75 associations à caser. Il y a donc un besoin urgent de permettre à toutes ces personnes, ainsi qu’à de nombreux scolaires, de retourner à leurs activités" explique Justin Vogel, maire de Truchtersheim. Par ailleurs, "au départ, la préfecture et l’ARS nous avaient demandé de monter un centre relai durant quelques mois, en attendant que le centre de Saverne double sa capacité d’accueil, ce qui est fait."

On a 75 associations à caser. Il y a donc un besoin urgent de permettre à toutes ces personnes de retourner à leurs activités.

Justin Vogel, maire de Truchtersheim

Cette décision de fermeture, Jean-Luc Toussaint, vice-président de la communauté de communes, très impliqué dans l’organisation du centre de vaccination depuis ces débuts, dit la comprendre. Mais il la regrette. "On s’arrête en cours de route", estime-t-il. Lui-même aurait "souhaité prolonger jusqu’aux vacances de la Toussaint, car il y a encore du boulot à faire", notamment "en vue de la troisième dose, annoncée pour les plus de 65 ans." Et il reste persuadé que malgré l’immense énergie dépensée ces derniers mois, de nombreux bénévoles auraient été prêts à continuer encore quelques semaines, "quitte à réduire la voilure."  

A Truchtersheim, deux journées de rangement sont prévues. Et pour le premier septembre, le maire promet de "rouvrir la salle à l’ensemble du tissu associatif."

Les autres centres bas-rhinois resteront ouverts

Dès septembre, deux centres de vaccination, Lingolsheim et Bischwiller, fonctionneront au ralenti, en maintenant une offre quelques jours par semaine. Mais les autres resteront ouverts comme précédemment, du moins jusqu’en octobre. Et le vaccinodrome du SDIS 67 à Strasbourg restera, lui, ouvert au minimum jusqu’en novembre.

En outre, les centres de vaccination se mobilisent pour permettre à une majorité de Bas-Rhinois non encore vaccinés de recevoir leur seconde piqûre au plus tard fin septembre. Ils proposent plus de 60.000 créneaux de primo-injections entre le 23 août et le 6 septembre prochain.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.