• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Route 67

Du lundi au vendredi à 19h15
Logo de l'émission Route 67

Une journée à l'Institut médico-légal de Strasbourg

La médecine légale, une branche un peu particulière de la médecine, a plusieurs facettes : la thanatologie bien sûr mais aussi les analyses toxicologiques, la biologie moléculaire et plus étonnant encore l'analyse d'ADN ancien.

Par Loïc Laubriat

La thanatologie représente 10% de l'activité de l'Institut médico-légale de Strasbourg. Celui-ci pratique en moyenne 200 expertises chaque année dont la moitié concernant des suicides, 20% des décès de causes naturelles et le reste pour des affaires criminelles. L'autopsie permet de définir les causes de la mort. Elle consiste à ouvrir trois cavités :  la boîte crânienne,  le thorax et l'abdomen pour extraire les organes afin de les peser et de les examiner. 

L'Institut fait également en moyenne 1500 expertises par an. Il s'agit d'analyses de sang, d'urine, de cheveux de personnes décédées ou encore bien vivantes. Ces analyses permettent, par exemple, de connaître les causes de la mort, les raisons qui ont poussées des personnes à faire certaines actions, par exemple savoir pourquoi un conducteur a perdu le contrôle de son véhicule... Les résultats sont placés sous scellés et transmis aux autorités judiciaire pour l'enquête.

Une autre facette moins connue de l'Institut est la recherche génétique avec l'analyse d'ADN très ancien. Cette recherche permet de mieux comprendre l'histoire et les modes de vie de populations anciennes. 

L'Institut médico-légal de Strasbourg

 

"Aider cette belle jeunesse"