grand est
Choisir une région

Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 18h50 sur France 3 Alsace
Logo de l'émission Rund Um

Dabo : depuis 8 ans, les Amis du Spitzberg restaurent cette maison forestière de plus de 600 m2

Le Spitzberg, situé à Dabo - à la frontière de l'Alsace et de la Lorraine - était à l'abandon depuis des années quand les Amis du Spitzberg ont décidé de la rénover / © J.Jung/France Télévisions
Le Spitzberg, situé à Dabo - à la frontière de l'Alsace et de la Lorraine - était à l'abandon depuis des années quand les Amis du Spitzberg ont décidé de la rénover / © J.Jung/France Télévisions

C'est l'histoire d'un pari fou : restaurer une maison totalement en ruine de plus de 600 m2 que l'ONF voulait raser. Un pari en passe d'être réussit grâce à l'acharnement d'une bande d'Alsaciens.

Par Judith Jung

Portrait d’un groupe de copains alsaciens qui s’est lancé un pari fou : restaurer l'ancienne maison forestière du Spitzberg à Dabo (Moselle). Alors que la maison de 600 m2 prenait l’eau, qu’il fallait y refaire toute l’électricité et revoir toutes les arrivées d’eau, ils ont décidé de s’occuper de ce patrimoine à l’abandon. 

Située au cœur de la forêt de Dabo, la maison forestière du Spitzberg en grès des Vosges, a été construite en 1900 pour servir de relais de chasse à l’Empereur Guillaume II. Devenue propriété de l'ONF à partir de 1918, la bâtisse est utilisée comme maison forestière puis par les chasseurs jusqu’en 2003. En 2013 elle sert de décor principal au film "Les nuits d'été" et puis plus rien jusqu'au jour où Vincent Michel découvre la maison lors d'une balade. L'ONF, elle, voulait raser la bâtisse.

Quand Vincent Michel passe devant la maison, il découvre une ruine dont il tombe pourtant amoureux. Très vite, il se dit qu'il faut faire quelque chose pour sauver ce lieu appartenant à l'Etat et dont l'ONF est gestionnaire. Ni une ni deux, il décide d'embarquer ses copains et une petite partie de sa famille dans l'aventure. Il veut restaurer ce bâtiment patrimonial, coûte que coûte. C'est ainsi que l'association des Amis du Spitzberg est née.

Une association de copainsqui  travaillent dans la maroquinerie, l'imprimerie ou les assurances et qui se transforment volontiers en maçons, bucherons ou carreleurs le temps de leurs week-ends. C'est simple, depuis 2013-2014 les Amis du Spitzberg passent une bonne partie de leur temps libre au coeur de la forêt de Dabo.

La maison du Spitzberg, un immense chantier

Après avoir fait le tour de la maison, le constat est simple : il faut tout refaire. Electricité, arrivées d'eau, toiture... L'état de délabrement est énorme mais les amis ne baissent pas les bras, cette maison reprendra vie. Une fois la concession de la maison obtenue, ils ont trouvé une assurance qui voulait bien les suivre dans cette aventure et voilà le chantier démarré.

Pour chauffer la maison, les Amis du Spitzberg utilisent le bois des alentours / © J.Jung/France Télévisions
Pour chauffer la maison, les Amis du Spitzberg utilisent le bois des alentours / © J.Jung/France Télévisions

N'étant pas des professionnels du bâtiment, les Amis du Spitzberg ont commencé par réaliser les travaux qu'ils pouvaient en apprenant sur le tas. En 2019, ils décident de postuler à la Mission Bern pour obtenir un soutien financier. Ils ne seront pas retenus parmi les 4.000 projets. Pas grave, ils retentent leur chance en 2020 et là, cela fonctionne. Ils obtiennent une aide de 174.000 euros pour sauver ce patrimoine. 

D'autres subventions sont proposées par le Grand Est (38.177 euros) et la Fondation du patrimoine (20.000 euros) sans oublier 21.000 euros de dons de particuliers (pour le moment). Des gros travaux peuvent donc commencer avec l'aide d'entreprises locales. Murs, planchers, fenêtres, toit... tout doit être refait. Des travaux pour lesquels ils leur faut, systématiquement, l'accord des Architectes des Bâtiments de France.

Véranda avec vue - elle sera restaurée avec l'accord des Bâtiments de France par des artisans locaux / © J.Jung/France Télévisions
Véranda avec vue - elle sera restaurée avec l'accord des Bâtiments de France par des artisans locaux / © J.Jung/France Télévisions

Si le chantier avance, il est loin d'être terminé. Pour finaliser le budget, ils doivent encore trouver 20.000 euros. Gros point noir : la toiture. Les réparations et remplacements continus des anciennes tuiles ne suffisent pas, des dizaines de tuiles ont déjà été remplacées en vain d'autant plus que l'Eternit amianté rend les interventions dangereuses. Mais le nouveau chantier, prévu dans les prochains jours par une entreprise expérimentée, devrait enfin régler le problème. 

Une belle aventure humaine aussi pour ces copains qui se sont redécouverts à travers ce chantier, démarré il y a huit ans. Des amoureux du patrimoine qui réfléchissent à présent à l'utilisation future de ce lieu.