grand est
Choisir une région

Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 18h50
Logo de l'émission Rund Um

Face au succès fou de la patate douce, les maraîchers alsaciens en produisent toujours davantage

Plantée après les gelées du mois de mai, la récolte de la patate douce a démarré en septembre et se poursuit durant le mois d'octobre / © T.Sitter/France Télévisions
Plantée après les gelées du mois de mai, la récolte de la patate douce a démarré en septembre et se poursuit durant le mois d'octobre / © T.Sitter/France Télévisions

Il y a encore quatre, cinq ans la patate douce se trouvait dans le rayons des légumes exotiques mais face à l'engouement des consommateurs pour ce tubercule bizarre, de plus en plus de maraîchers alsaciens se mettent à le produire. Récit d'une success-story.

Par Judith Jung

"Oh là là, oui ! C'est le légume à la mode" me lance le responsable du site de la Sapam, grossiste basé à Strasbourg quand je l'appelle pour lui dire que je souhaite réaliser un article autour du succès de la patate douce. "Il y a quatre, cinq ans, elle faisait partie du rayon des légumes exotiques mais aujourd'hui elle trône au milieu des produits alsaciens. Nous en vendons une tonne par semaine" poursuit Noel Roth.
 

Originaire d'Amérique, la patate douce a su séduire les consommateurs au fil des années et s'est imposée dans nos assiettes. A Handschuheim (Bas-Rhin) Jean-Michel Obrecht a été l'un des premiers à se lancer, il y a une dizaine d'année. Féru de fruits et légumes méconnus, le maraîcher a démarré avec la patate douce à chair orange (la plus connue et consommée) qui vient du Canada.

Une multitude de variétés

"Il existe plus de 400 variétés de patates douces" nous dit-il dans son champ lors de la récolte, début octobre. Lui, plante quatre variétés : la canadienne donc, une chinoise à chair violette, une patate blanche originaire des pays chauds et la patate "Murisaki" qui est rouge à l'extérieur et blanche à l'intérieur.
 
Les différentes variétés de patates douces de la ferme Obrecht / © J.Jung/France Télévisions
Les différentes variétés de patates douces de la ferme Obrecht / © J.Jung/France Télévisions

Des patates qui n'ont rien à voir avec nos pommes de terre. Elles ne sont pas de la même famille, n'ont pas le même goût ni la même consistance. Dans ses champs Jean-Michel Obrecht et ses salariés la récoltent à la main mais aussi avec mécaniquement. Le légume demande tout de même un peu d'attention. Si sa culture est très aisée, il s'agit de faire doucement lors de la récolte pour ne pas l'abîmer. 
 

Développement des producteurs

A l'aise dans un sol léger, la patate douce se plaît en Alsace. Peu gourmande en eau, elle se développe sans problèmes dans notre région. Face à la demande grandissante de plus en plus de maraîchers ont donc décidé de se diversifier. "Dans notre petit magasin, nos clients en demandaient. Nos patates douces venaient d'Egypte ou des Etats-Unis. Nous avons voulu tester" nous raconte Virginie Krieger dont c'est la première récolte cette année. La famille a planté près de 50 tonnes de ces tubercules dont une grosse partie sera vendue par la Sapam, le reste à la ferme.

Seul bémol : son stockage. La patate douce n'aime pas le froid, il faut donc la conserver dans un endroit tempéré (12°C) afin qu'elle ne pourrisse pas. La famille Krieger a opté pour son hangar dans lequel elle conditionne les asperges au printemps. Un lieu chauffé qui convient aux patates douces.

 

Elles seront consommées durant tout l'hiver en soupes, purées, roties ou dans des recettes plus surprenantes comme un risotto aux patates douces avec noix de coco et citron vert. La patate peut aussi être servie en dessert avec une crème fouettée, elle fera son effet. Et même les feuilles se consomment. Dernière information, la patate douce gagne en sucrosité au fil des semaines. En fonction de vos goûts, il faudra donc la consommer plus ou moins rapidement après sa récolte.