Rund Um

Du lundi au vendredi à 12h15 et 18h50
Logo de l'émission Rund Um

Ischgl, dans le Tyrol, le nouveau paradis blanc des Alsaciens en quête de ski et...d'après-ski

Ces Alsaciens, venus à Ischgl à plus de quinze, apprécient la modernité des infrastructures de la station. / © France Télévisions
Ces Alsaciens, venus à Ischgl à plus de quinze, apprécient la modernité des infrastructures de la station. / © France Télévisions

Avec son domaine skiable doté d'équipements ultramodernes et sa fameuse ambiance après-ski, Ischgl attire de plus en plus d'Alsaciens. Ce qui n'était encore qu'un petit village d'éleveurs il y a cinquante ans est désormais une station de ski mondialement connue. Immersion dans cet "Ibiza des Alpes".

Par Noémie Gaschy

Il n'y a qu'à se perdre dans les rues d'Ischgl pour comprendre. La station du Tyrol, dans l'ouest de l'Autriche, est le paradis des Alsaciens. Rares en effet, parmi ceux croisés dans le village et surpris à échanger dans la langue de Molière, viennent d'ailleurs que l'Alsace : "Strasbourg", "Sundhouse", "Sierentz", "Stotzheim", "Ostwald", pour ne citer que quelques-unes de leurs communes. Il y avait Rimini l'été, voilà désormais Ischgl l'hiver.

Des groupes entiers, de tous les âges, y organisent des escapades. En général des bons skieurs, venus chercher des infrastrucutres dernier cri sur le domaine skiable : les tire-fesses ont quasiment disparu de la circulation, les derniers télésièges sont à bulle pour protéger du froid et avec des sièges chauffants, alors que certains téléphériques sont à deux étages. "Ils investissent chaque année pour que tout soit toujours neuf et en parfait état", assure Mélinda, originaire du Centre-Alsace et fidèle de la station depuis près de vingt ans. 
  

Une station très récente

Une modernité qui s'explique par le modèle économique très particulier de la station. Ischgl ne s'est mis aux sports d'hiver qu'au milieu des années 1960 alors qu'ailleurs en Autriche, le ski était déjà sport national depuis longtemps. Les habitants, 70 éleveurs à peine, ont injecté toutes leurs économies pour faire construire le tout premier téléphérique. Aujourd'hui encore, ils sont réunis dans une association, la Silvretta Seilbahn AG, et décident ensemble des choix à adopter pour la station. Les bénéfices sont systématiquement réinvestis chaque année pour que le domaine skiable reste à la pointe. 

Mais le supplément d'âme d'Ischgl, c'est son ambiance de fête après la journée sportive : le fameux après-ski. Les premiers bars du village sont aux pieds des pistes. Les skieurs s'arrêtent, juste après la dernière descente, pour se rafraîchir autour d'une bière ou d'un schnaps local. Casque sur la tête et chaussures de ski aux pieds, ils prolongent la folie au rythme du schlager allemand, parfois jusque tard dans la nuit. 
 

Entre luxe et convivialité

D'autres préfèrent s'esquiver pour aller manger dans l'un des nombreux restaurants réputés de la station. "L’Alsacien aime aussi beaucoup la bonne chair, explique Andreas Steibl, directeur de l'office de tourisme. Ischgl compte le plus grand nombre de restaurants gastronomiques après Vienne : huit dont quatre ont "4 Toques" au Gault et Millau. Il faut mettre le prix mais si la qualité est là, nos hôtes alsaciens sont tout à fait prêts à dépenser de l’argent".

Des établissements, tous gérés par des familles originaires d'Ischgl, celles regroupées dans la Silvretta Seilbahn AG : "personne d'autre qu'un autochtone ne peut acheter ici", précise le directeur de l'office de tourisme. "On ne veut pas de gros immeuble". Et la philosophie plaît : Michel et Claude, deux Alsaciens qui séjournent à Ischgl chaque hiver depuis trente ans pour le premier, trente-sept pour le second, entrent dans les restaurants et les bars par les cuisines et sont accueillants par une bise des propriétaires. "On est chez nous ici", sourient-ils. 

Convivialité et haute qualité, Ischgl a su trouver son créneau pour séduire un certain type de touristes (très peu de familles), dont 70% sont des fidèles. En 2022, des thermes sortiront de terre et devraient permettre à la station de devenir plus attractive l'été, avec toujours la même philosophie.