EN IMAGES : 10 amis se lancent dans la rénovation de l'un des plus grands corps de ferme d'Alsace

Tout commence par une annonce de mise en vente : 250.000 euros pour une bâtisse du 18e siècle de 1.200 m² située à Saessolsheim. Coup de coeur immédiat pour Félix Mathis, jeune ingénieur qui décide de l'acquérir et de réunir ses amis dans une SAS destinée à la rénovation de ce lieu hors normes. 

Vue aérienne de l'ensemble (écurie, grange et habitation) le jour de l'acquisition en août 2019
Vue aérienne de l'ensemble (écurie, grange et habitation) le jour de l'acquisition en août 2019 © SAS Imodis

L'histoire démarre en 2018, un dimanche. Félix Mathis, ingénieur en génie civil, tombe littéralement sous le charme d'un corps de ferme à Saessolsheim (Bas-Rhin). Un lieu de 40 ares, inoccupé depuis des années.

Le tout se compose d'une étable, d'une grange et d'une maison d'habitation datant du 18e siècle. Une surface de plancher de 1.200 m² dont 960 habitables, mise en vente pour 250.000 euros. Il se rend sur place pour visiter les lieux et termine sa découverte par la cave voutée, maçonnée en moellons de grès des Vosges qui va le faire succomber, définitivement.

Dès lors, il comprend qu'il faut faire vite pour ne pas passer à côté "d'un vrai coup de coeur.  Je me dis qu'une telle opportunité, compte tenu de la rareté du lieu, ne se présentera qu’une fois dans ma vie (...) Il a fallu trouver une solution dans la journée" pour en faire l’acquisition.

Il contacte certains de ses amis, tous travaillent dans le bâtiment, pour leur parler de ce corps de ferme agricole et c'est ensemble qu'ils décident de se lancer dans ce pari fou : rénover le lieu pour le revaloriser en un tiers-lieu consacré à la tradition architecturale alsacienne pouvant aussi accueillir des événements culturels et des producteurs locaux.

Une vitrine du patrimoine alsacien

Pour y parvenir le groupe d'amis, tous âgés de 25 à 30 ans, crée une société par actions simplifiée (SAS) et démarre le chantier colossal en 2020. "Il va falloir assurer une restauration quasi à l’identique des bâtiments existants tout en s’assurant du respect des normes en vigueur pour les bâtiments recevant du public, car ce lieu accueillera du public. Ainsi, "certains bâtiments seront démontés puis remontés et consolidés, les planchers seront renforcés, les couvertures complètement révisées et isolées" nous explique Félix Mathis devenu le président co-fondateur de la SAS. L’enjeu principal des travaux étant de conserver le charme de l’époque.

La cave du bâtiment. Il s'agira de retirer l’enduit qui recouvre la maçonnerie pour rendre les pierres apparentes.
La cave du bâtiment. Il s'agira de retirer l’enduit qui recouvre la maçonnerie pour rendre les pierres apparentes. © SAS Imodis
Une partie de la structure du bâtiment d'habitation
Une partie de la structure du bâtiment d'habitation © SAS Imodis
Démontage de l’ensemble de la charpente. 100 % du bois sera réemployé dans le cadre des travaux entrepris sur la charpente du corps de ferme
Démontage de l’ensemble de la charpente. 100 % du bois sera réemployé dans le cadre des travaux entrepris sur la charpente du corps de ferme © SAS Imodis

Tous passionnés d'architecture et sensibles au patrimoine alsacien, les amis passent leurs week-ends sur le chantier pour sauver ce bâtiment.  "Le patrimoine alsacien reflète un mode de vie passé durant lequel l’habitat était conçu dans le but d’être non seulement beau mais également fonctionnel et même modulable. C’est ce qui m’impressionne le plus. Nos ancêtres prenaient le temps d’adapter chaque construction à son environnement et pour les besoins des futurs utilisateurs. Ils faisaient également preuve d’une ingéniosité remarquable". C'est tout cet esprit que le groupe veut redonner au lieu.

Un chantier sur plusieurs années

Un projet qui n'en est qu'à son commencement. Les travaux engagés pour l'instant sont des travaux de préparation à la transformation. Le groupe a fait appel au cabinet strasbourgeois Frög architecture pour chiffrer et dessiner les plans. Ce sont les amis eux-mêmes qui réaliseront la plus grosse partie des travaux. Coût estimé : deux millions d'euros pour lesquels ils cherchent encore des subventions auprès des collectivités locales.

"C'est une pièce unique. Il n'y en a pas d'autre comme ça en Alsace" selon Félix Mathis qui a obtenu le soutien de l'Association pour la Sauvergarde de la Maison Alsacienne (ASMA).  Jean-Christophe Brua, architecte conseil spécialisé dans le patrimoine pour l'association la qualifie de «belle endormie » comme étant « un des plus imposants corps de ferme du Kochersberg, peut-être même d'Alsace ».

Un chantier qui rejoint la soixantaine d'autres projets alsaciens en cours de rénovation et qui est bien vu, également, par les élus de Saessolsheim. Pour Dominique Muller, maire du village "le projet s'inscrit dans la conservation du patrimoine bâti du village. Il est aussi novateur et permettra par la suite à dynamiser le village sur le plan touristique et économique". La fin du chantier est prévue pour le printemps 2023.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
architecture culture patrimoine