• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Les frelons asiatiques se réveillent, faut-il les piéger ?

Illustration d'un frelon asiatique / © Frédéric Dugit / MaxPPP
Illustration d'un frelon asiatique / © Frédéric Dugit / MaxPPP

Avec l'arrivée imminente du printemps, les nids de frelons asiatiques se réveillent. Pour un nid encore en activité en novembre, il faut en compter 5 en réveil cette année. Alors faut-il piéger les frelons asiatiques ? Toutes les études ne sont pas d'accord sur ce point.

Par Céline Lang

L'implantation du frelon asiatique progresse en France depuis 2006 d'une centaine de kilomètres par an. Dans la Marne, il est présent depuis 2015. D'après la fédération des groupements et syndicats apicoles de la Marne, seuls les départements des Ardennes, des Vosges et du Haut-Rhin n'ont pas encore signalé sa présence. L'insecte d'origine asiatique colonise donc le territoire à vitesse grand V et pose de gros problèmes à notre éco-système, puisqu'il est particulièrement friand des abeilles et d'autres insectes et araignées. 

Les apiculteurs doivent donc se montrer vigilants face à ce prédateur capable de détruire des ruches d'abeilles domestiques en une saison. Pour l'homme, sa piqûre n'est pas plus dangereuse que celle d'un frelon européen, mais les personnes allergiques, cardiaques ou au système immunitaire défaillant doivent rester prudentes. 
 
Larves et frelons asiatiques dans leur nid. / © Christophe Barreau / MaxPPP
Larves et frelons asiatiques dans leur nid. / © Christophe Barreau / MaxPPP

Certains d'entre vous essayent donc de poser des pièges pour endiguer la progression de ce frelon introduit accidentellement en France. A l'aide d'une bouteille en plastique, de bière brune, de vin et de sirop, le piège est vite fabriqué. Mais attention : il n'est pas assez sélectif. D'après le syndicat apicole sarthois, interrogé par nos confrères de France Bleu Maine

Avec ces pièges bouteille, on capture le frelon asiatique mais aussi des mouches et des papillons qui sont utiles pour l'éco-système.


Il faudrait donc mieux se tourner vers des pièges avec une entrée plus petite, impossible à franchir pour les papillons, ou avec une sortie pour les plus petis insectes. Mais là encore, l'efficacité du piègeage pour lutter contre la propagation du frelon asiatique ne semble pas tout à fait démontrée. D'après plusieurs études citées par Rue89 dès 2015, les pièges, y compris sélectifs, serviraient plus à capturer d'autres insectes que le frelon asiatique : "En 2009, à Bordeaux, une étude menée sur des pièges classiques – une bouteille renversée avec un liquide sucré au fond – a montré que

seuls 0,55% des prises étaient des frelons asiatiques, et qu’en revanche chaque piège capturait 1 089 insectes en moyenne par semaine.


En rajoutant une sortie pour les petits insectes, la sélectivité s’améliorait nettement, avec 6 insectes par piège et par semaine, mais seulement 1% de frelons" écrit la journaliste Cécile Cazenave. Par ailleurs, les pièges captureraient certaine frelonnes tout en laissant aux autres le champ libre pour construire de nouveaux nids, alors que sans piège, le combat entre les frelonnes assurent des taux de mortalité bien plus importants. 

Difficile donc de se positionner pour ou contre le piégeage. Si vous êtes confronté à un nid ou à la présence de ces insectes, la meilleure solution reste encore de le signaler au syndicat apicole de votre département, et en cas de nid, de faire venir une entreprise spécialisée pour le détruire rapidement. Car, comme nous le disions, un nid encore en activité en novembre, c'est 5 nids qui finissent par se réveiller au printemps. 
 

La carte des frelons asiatiques en Champagne-Ardenne :

Source : Apimarne
 

 

Sur le même sujet

Stanislas

Les + Lus

Les + Partagés