Comment cette piste cyclable s'illumine la nuit pour aider les usagers à circuler en sécurité

La Ville de Colmar expérimente depuis l'automne 2023 un tronçon de piste cyclable sécurisé grâce une peinture qui a la propriété de briller dans le noir, et cela, pendant dix heures. Il s'agit d'une innovation développée par une entreprise bordelaise.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Lorsque la nuit tombe, la piste cyclable qui passe sous le pont de la Mittelharth reste visible. Pourtant, il n'y a pas d'éclairage public à cet endroit. C'est en fait la peinture fluorescente qui matérialise le parcours, et qui guide les cyclistes. 

"Ce tronçon était connu pour son accidentologie, avec de nombreuses chutes à vélo. C'est pour cela que nous l'avons choisi pour notre expérimentation" explique Philippe Scheibling, chef du service Voies publiques et Réseaux à la Ville de Colmar. "C'est une lumière douce, qui ne génère pas de pollution lumineuse, mais qui permet un simple guidage à des endroits plongés dans la pénombre" ajoute-t-il

Les peintures luminescentes captent la lumière du jour pour les restituer la nuit. Le système n'est pas nouveau, mais c'est la première fois qu'une innovation permet de restituer une phosphorescence pendant dix heures, précise Jean-François Létard, ancien chercheur au CNRS et directeur de la société bordelaise spécialisée dans l'intelligence des couleurs, c'est-à-dire des couleurs qui vont se modifier en fonction de la température, de la lumière ou de la pression."Il n'est pas question de nous substituer à de l'éclairage public, dit-il. Mais notre produit est utile pour les mobilités douces, pistes cyclables ou cheminement piéton, là où justement, il n'y a pas d'éclairage public"

Une peinture qui s'inspire des algues et des poissons fluoresecents

Cette peinture ne peut pas être utilisée partout. "La luminescence nécessite l'obscurité, observe Philippe Scheibling. Même la pleine lune peut suffire à annihiler l'effet, des phares de voiture encore plus. Je pense que ce système est plus utile en milieu rural, en ville, il est peut-être moins nécessaire."

La société qui développe le produit affiche pourtant des commandes planétaires. En France, mais aussi en Asie ou en Afrique. Un succès, malgré le prix : "5 000 euros du kilomètre, c'est dix fois plus cher qu'une peinture classique, reconnait Jean-François Létard. Mais c'est peu comparé à l'installation d'un éclairage public".

La peinture s'inspire des algues et des poissons sous-marins, bioluminescents. Elle est fabriquée à partir de pigments minéraux qui ont cette capacité. "Nous avons mis quatre ans à développer ce produit avant de le commercialiser", dit-il.

À Colmar, pour l'instant, seul un petit tronçon d'à peine 300 mètres de piste cyclable est enduit de cette peinture. Une enquête de satisfaction est lancée auprès des usagers, pour tenter de savoir si l'expérience est concluante.