• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Lions d'Asie, loutres naines et loups à crinière vous attendent au zoo de Mulhouse

© M. Foos
© M. Foos

Trois espèces de carnivores, des plus petits aux plus imposants et pour certains menacés dans leurs habitats naturels, font leurs premiers pas au parc zoologique et botanique de Mulhouse.

Par M.C.

Depuis le 14 février, deux lions d'Asie, Shapur, le mâle et Shiva, la femelle, frère et soeur âgés de 2 ans, remplacent les trois femelles, Sita et ses filles Isha et Kharia, parties en avril 2016 pour le Zooparc de Trégomeur

Considérée comme « en danger » par l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), le lion d'Asie vit en Inde dans la province de Gir, dernier sanctuaire de cette espèce en voie de disparition. Il ne reste plus que 300 individus à l'état sauvage et ses effectifs sont donc très inférieurs à ceux du lion africain.

© France 3 Alsace
© France 3 Alsace

Des petits nouveaux dans l’enclos asiatique

Le 12 novembre 2017, Pei-pei, le mâle de deux ans et demi arrivé le 10 juin 2016 d’Amnéville, et Mei-mei, la femelle de trois ans arrivée le 21 mai 2016 de Copenhague, ont donné naissance à leur première portée. Deux mâles et une femelle sont venus compléter le groupe des loutres naines (Aonyx cinereus) du Parc.

La loutre naine, aussi appelée loutre cendrée, est la plus petite loutre existante avec ses 35 à 45 cm de long pour entre 2,5 et 4 kg. On la trouve dans le sud-est asiatique, dans les zones humides, les marais, les mangroves, les côtes mais aussi dans les rizières. Joueuse et très sociable, cette espèce est active principalement le jour et est une excellente nageuse. Au Parc, elles sont visibles dans l'enclos asiatique, en cohabitation avec les pandas roux et les muntjacs.

Dans la nature, l’espèce est menacée par la destruction des zones humides, la pollution et peut être localement persécutée, spécialement dans les zones de concurrence avec les pêcheurs et pisciculteurs. L’espèce est classée « vulnérable » par l’IUCN.

Naissances chez les loups à crinière

Petits et grands seront curieux de partir à la rencontre des loups à crinière (Chrysocyon brachyurus) qui n’ont du loup que le nom ! Satan, huit ans, arrivé à Mulhouse le 30 septembre 2010 du zoo d’Hamerton (Angleterre) et Sera, deux ans, arrivée le 11 avril 2017 d’Agrate (Italie) ont donné naissance à leur première portée le 6 décembre 2017. Deux femelles et un mâle découvrent leur enclos après plus de deux mois passés au chaud dans leur tanière.

Le loup à crinière ne ressemble pas à un loup mais plutôt à un renard aux longues pattes. Bien que dans la nature, les couples partagent le même territoire, ils ne se croisent vraiment qu’à la période des amours qui a lieu entre octobre et février sous nos latitudes (en Amérique du Sud, elle a lieu d’août à octobre). Les loups à crinière sont classés « quasi menacés » par l’IUCN. Leur principale menace est l’agriculture responsable de la destruction de leur habitat naturel au Brésil et en Argentine. L’espèce est donc en déclin et le nombre d’individus sauvages diminue chaque année.

Des visites animées

Pendant les vacances et tout au long de l’année, les visiteurs peuvent assister au repas des animaux, un temps d’échange, d’observation et de découverte auprès des soigneurs animaliers.
Programme des nourrissages quotidiens jusqu'au 1er avril :
• 11h00 : Otaries à crinière (sauf le vendredi), avec
démonstration de medical training
• 11h15 : Pélicans frisés
• 14h30 : Pandas roux, muntjacs et loutres naines
• 14h45 : Loups du Canada (seulement le dimanche)
• 15h00 : Ours polaires
• 15h15 : Manchots du Cap
• 15h30 : Otaries à crinière, avec démonstration de
medical training
• 15h45 : Pélicans frisés
• 16h30 : Lémuriens (de mai à août)

A lire aussi

Sur le même sujet

Tournesol géant

Les + Lus