"Nous voudrions que ses lunettes et ses livres lui parviennent", implore la mère de Cécile Kohler, détenue en Iran depuis dix mois

Publié le

Une nouvelle mobilisation pour la libération de Cécile Kohler, cette enseignante et syndicaliste détenue en Iran depuis dix mois, a eu lieu samedi 11 mars à Soultz (Haut-Rhin), sa ville d'origine. Des concerts de soutien sont également organisés tout au long du week-end.

"Cécile est une fille de Soultz". Marcello Rotolo, le maire de la ville, a tenu à rappeler, samedi 11 mars, que Cécile Kohler est née et a grandi dans cette commune du Haut-Rhin. "Elle s'est toujours investie pour les autres, dès son plus jeune âge, pour sa famille, ses collègues, ses élèves et pour les Soultziens. Elle a toujours été passionnée par les lettres et par l'Histoire, et en a même fait son métier. Elle adore vivre et voyager, profiter des autres et des paysages. Et c'est pourquoi nous attendons qu'elle revienne libre"

L'enseignante et syndicaliste de 38 ans, agrégée de Lettres Modernes, a été arrêtée le 7 mai 2022 sur la route de l'aéroport de Téhéran, avec son compagnon Jacques Paris. Ils avaient passé une semaine de vacances en Iran et devaient repartir ce jour-là.

"Cécile rêvait depuis quelques années d'aller en Iran pour découvrir la beauté de ce pays", a rappelé Mireille Kohler, sa mère, à notre équipe de reportage. "Avec son compagnon, ils ont profité des vacances de printemps pour y passer une semaine. Mais le 7 mai, la veille de leur retour en France, ils ont été arrêtés par les autorités iraniennes de façon totalement arbitraire."

Cécile rêvait depuis quelques années d'aller en Iran pour découvrir la beauté de ce pays.

Mireille Kohler, mère de Cécile

Depuis, aucune information n'a été donnée aux proches. La première preuve de vie reçue par les parents, c'est une vidéo d'aveux forcés mis en scène par le régime de Téhéran au mois d'octobre 2022.

La famille décide enfin de briser le silence. Le 22 novembre, elle crée un comité de soutien, "Liberté pour Cécile". Le 23 novembre, l'ambassadeur de France en Iran a enfin le droit de voir Cécile, pour un court entretient de 10 minutes.

Et enfin, Cécile a le droit d'appeler sa famille. Un appel en visio de trois minutes le 18 décembre, puis de 15 minutes le 22 février.

Tout le week-end, des artistes se sont rendus disponibles pour monter des spectacles à Soultz autour de l'oncle de Cécile, Dominique Zinderstein et sa compagnie Le vent en Poupe. Des artistes de toute l'Alsace vont chanter, danser et jouer. Les fonds seront reversés au comité de soutien, et aideront à payer les droits d'avocat en Iran notamment.

L'oncle de Cécile est très ému de cette solidarité : artistes, mais aussi bénévoles ont permis que s'organise cet événement, ainsi que le public. "L'idée, c'est qu'on touche du monde et qu'on dise aux gens 'n'oublions pas Cécile'. Et la musique, le rassemblement, la convivialité et l'amitié sont de beaux vecteurs."

Des détails sur sa détention

"Nous savons qu'elle a été placée à l'isolement pendant trois mois", indique Mireille Kohler. Elle raconte le peu de choses qu'elle a appris sur la détention de sa fille. "Nous savons que les codétenues qui sont avec elle changent constamment. Elle n'a pas de nouvelles de son compagnon Jacques Paris."

"Elle a le droit de sortir de sa cellule trois fois par semaine pendant 30 minutes, ce qui est le minimum vital. Elle et son compagnon n'ont pas été jugés, donc nous ne connaissons pas le motif de leur incarcération."

Nous voulons que ses droits soient enfin respectés.

Père de Cécile

"Elle est partie avec ses lentilles, elle en a perdu une, donc pendant six mois, elle n'a pas dû voir grand-chose", raconte Mireille Kohler, qui s'est chargée de lui envoyer ses lunettes et des livres. Actuellement, les parents de Cécile ne savent pas si ces effets personnels lui ont été remis.

Le père de Cécile a lancé un appel. "Nous exigeons avant tout sa libération immédiate ainsi que celle de tous les otages détenus arbitrairement en Iran. Nous voulons que ses droits soient enfin respectés : nous demandons que Cécile ait le droit de voir ses avocats, qu'elle puisse avoir droit à des visites consulaires régulières, ainsi que le droit de voir son compagnon et de communiquer avec ses proches."

Les proches et collègues de Cécile Kohler espèrent que d'une façon ou d'une autre, des bribes de cette mobilisation lui arriveront aux oreilles. Ils ont aussi pour cela créé un site internet pour tenter de créer un lien avec elle et tous ceux qui la soutiennent. Chacun peut aussi laisser un message de soutien s'il le souhaite.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité