Jeux olympiques de Paris 2024 : le judoka Axel Clerget n'y participera pas, "c'est un rêve qui s'envole"

Plus sur le thème :

Le vendredi 23 février, on a appris que le judoka Axel Clerget, né à Saint-Dizier (Haute-Marne), ne faisait pas partie de la liste des sportifs sélectionnés pour concourir aux Jeux olympiques (JO) de 2024. Après avoir gardé le silence pendant deux semaines, il s'est confié sur son compte Twitter (renommé X).

Pour celui qui espérait terminer sa carrière de judoka aux Jeux olympiques (JO) de Paris 2024, c'est une cruelle désillusion. Le vendredi 23 février, Axel Clerget a appris qu'il n'y participerait pas.

Le silence a suivi cette annonce relayée par Puissance Télévision. France 3 Champagne-Ardenne n'a pas pu joindre le judoka médaillé d'or, ni son agent.

Puis, deux semaines après, le sportif a fini par communiquer via son compte Twitter (renommé X suite à son rachat par Elon Musk). Nous reproduisons ici son message, publié le mercredi 06 mars. "Je ne participerai pas aux Jeux olympiques de Paris 2024."

"Frustration et colère"

"Ces mots sont durs à écrire. C'est un rêve qui s'envole : celui de participer aux JO à la maison. Cela nourrit tellement de frustration et de colère. J'avais décidé de continuer après Tokyo uniquement pour cet objectif."

"Aujourd'hui, je me sens vide; la déception est grande. Alors que l'engouement pour les Jeux est en train de naître en France, je ne participerai pas à la fête en tant que compétiteur."

"Beaucoup de sacrifices"

"J'ai fait beaucoup de sacrifices pour me donner la possibilité de vivre ce défi pleinement. Cette course olympique, de 2021 [année des JO de Tokyo décalés d'un an à cause du covid; ndlr] à 2024, aura été faite d'efforts différents."

"D'abord, lutter et revenir de chaque blessure (sur cette olympiade : une opération, deux fractures, une rupture partielle ligamentaire, une commotion). Ensuite, enchaîner onze compétitions en treize mois, chacune pouvant potentiellement être ma dernière. J'ai combattu sous pression. Un scénario peu adapté à mon schéma de performance, mes régimes, et mon âge."

"J'ai tout donné"

"J'aurais aimé que cela se passe différent, mais j'ai tout donné. Très peu pensaient que c'était d'être encore compétitif à 37 ans. Mais moi, j'en étais persuadé et j'espère sincèrement avoir fait changer certaines mentalités. Avec de la rigueur, de l'intelligence, de l'investissement et beaucoup de travail, tout est possible."

Je n'aurais donc connu [des JO] que Tokyo et son atmosphère si particulière sans public

Axel Clerget, judoka médaillé

"Après 19 ans sur le circuit international, j'ai connu cinq courses olympiques, de 2008 à 2024. Déjà en 2012 puis 2016, j'ai été qualifié mais pas sélectionné : en judo, il n'y a qu'un représentant français par catégorie aux Jeux. Je n'aurais donc connu que Tokyo et son atmosphère si particulière sans public [annulation de la présence du public en 2021 à cause du covid; ndlr]."

"On pourrait croire que l'on s'habitue avec l'expérience, mais non. Celle-ci a un goût amer. Tout est décuplé voire multiplié par 100 avec les Jeux à la maison. Même si ma carrière n'est sûrement pas terminée, il n'y aura plus de JO : et c'est bien le Graal pour nous." 

"Je saurai me relever"

"Je ne vais pas vous mentir, c'est une période difficile, mais comme chaque étape, je saurai me relever. C'est mon histoire, c'est ma carrière."

"Je souhaite remercier très sincèrement tout mon staff qui me soutient de façon incroyable et avec un investissement exemplaire." Il de nombreux prénoms en veillant à n'oublier personne.

"Un énorme merci à mes sponsors de m'accompagner et de me permettre de continuer cette aventure folle. Merci à mes amis et à vous de me soutenir chaque jour avec vos messages si touchants. Ne sous-estimez pas l'énergie que vous communiquez."

"Le temps, la famille, les amis et les bonnes décisions aideront... À bientôt, Axel." Avant de conclure, en anglais, par une référence (ironique ?) aux Jeux olympiques de Los Angeles en 2028.  

Outre les Olympiades, l'année 2024 compte le championnat d'Europe de judo, qui se tiendra en Croatie au mois d'avril. Le mondial aura lieu quant à lui aux Émirats, le mois suivant. Ce n'est donc pas une fin en soi.

Axel Clerget a suivi, en parallèle de sa carrière sportive, une formation de kinésithérapeute. Il est aussi l'heureux papa d'un petit garçon qui, peut-être comme les parents et la fratrie d'Axel Clerget (tout ce beau monde vient de Haute-Marne), fera beaucoup de judo. L'avenir est peut-être là. 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité