Affaire Frumin (Appel) : 20 ans de réclusion

Publié le Mis à jour le
Écrit par LG

Le chef de bande présumé a vu sa peine initiale réduite de 10 ans.

video title

video title

Reims-51 : Affaire Frumin (Rappel des faits)

Procès en appel de l'un des meurtriers présumés du jeune homme. En 2007 Alexis Frumin a été torturé puis étranglé par 4 adolescents à Reims. Le chef présumé de la bande a été condamné à 30 ans de réclusion en première instance. Il est le seul à faire appel de sa condamnation.

Ce lundi débutait dans les Ardennes le procès en appel de l'un des meurtriers présumés d'Alexis Frumin. Il a vu sa peine réduite à 20 ans de réclusion criminelle, sans excuse de minorité (il avait 16 ans lors des faits).

L'avocat général, lui, demandait la même peine qu'en première instance pour l'un des meurtriers présumés du jeune homme, soit 30 ans.

En 2007, le jeune homme a été torturé puis étranglé à Reims. L'enquête conduit à 2 majeurs et 2 mineurs. Le chef présumé de la bande a été condamné à 30 ans de réclusion en première instance, en avril 2011, à Reims. Sur les quatre hommes de la bande, il est le seul à faire appel de sa condamnation.

Rappel des faits

Alors que Reims fêtait l’arrivée du TGV Est avec des dizaines de milliers d’habitants dans les rues. Alors qu’un concert est donné sur le parvis de la Gare, à quelques centaines de mètres à peine, Alexis Frumin est étranglé avec une ceinture puis jeté dans un bras de la Vesle. Son corps est découvert une semaine plus tard.

La dernière fois que la victime a été aperçue, il était avec un groupe. Rapidement, quatre hommes sont placés en garde à vue, deux majeurs, deux mineurs.

Dans le même temps les enquêteurs reconstituent la journée fatale de la victime. Elle débute au fond d’une cour où il est torturé, rasé, brûlé, frappé. Et enfin, lavé afin qu’il accompagne le groupe en ville, le soir où il sera tué.

« On en a mis un à la Vesle »

En garde à vue, Nicolas Muller, proche du mouvement Skinhead justifie la mort de la victime "parce qu'elle avait le teint basané et semblait efféminé".

Les accusés encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

Résumé du lundi 12 mars 2012

Cinq ans après les faits, un an après le premier procès, la famille d’Alexis Frumin se retrouve une nouvelle fois face au bourreau présumé de son fils.

L’homme qui comparait depuis ce lundi est le seul d’une bande de quatre à avoir fait appel du premier verdict rendu dans la Marne.

Celui que la Cour d’Assise des mineurs rejuge à partir de ce lundi a toujours été considéré comme le meneur présumé, l’instigateur des actes de torture et de barbarie. Une image, que ses nouveaux avocats veulent casser.

L’enjeu de cet appel est donc bien là. L’excuse de minorité, lorsqu’elle est reconnue permet à l’accusé mineur d’atténuer sa peine. La Cour d’Assise de la Marne l’avait rejetée et l’accusé avait écopé d’une longue peine.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité