Jardinage, bouturage, marcottage et division : c'est le moment de multiplier vos plantes, arbustes à fleurs et à fruits

En ce début de novembre confiné, Éric Charton, jardinier, vous propose de multiplier vos plantations. Voici trois techniques simples à tester dans votre jardin : le bouturage, le marcottage et la division de touffes. 
Haies et arbustes à fruits peuvent être multipliés.
Haies et arbustes à fruits peuvent être multipliés. © Sophie Gueffier
Il existe plusieurs techniques pour reproduire les végétaux qui vous plaisent. Et, en ce début de mois de novembre, c'est le bon moment pour s'en occuper. La difficulté ne réside pas tant dans les techniques, qui s'avèrent relativement simples mais, mais dans le bon usage en fonction des variétés de plantes à reproduire. Éric Charton, jardinier du club relais jardin et compostage de l'Eurométropole de Strasbourg vous explique tout cela par le commencement. 

Au commencement donc coexistent deux formes de reproduction des végétaux :La multiplication dsexuée n'est pas le sujet de l'article du jour. Elle se fait grâce à la récupération des graines à semer au moment opportun puis par la pollinisation. Si toutefois, vous avez laissé quelques pieds de haricots, de petits pois ou de laitues sécher dans votre potager et s'il reste encore gousses et graines toutes sèches, vous pouvez toujours les conserver pour le printemps. Un détail utile à savoir cependant, si vous avez récupéré les graines de certaines plantes annuelles, il est possible que vous n'obteniez pas à la floraison exactement la même plante que celle d'origine. Cela peut provoquer de jolies surprises. Fermons-là la parenthèse.


A la sainte Catherine, tout bois prend racine

La multiplication des végétaux qui nous intéresse en ce mois de novembre, période on ne peut plus favorable à l'exercice, se fait de trois manières différentes: 


1. Le bouturage

L'automne s'est installé et a ralenti la vie végétale. C'est le moment de tailler vos arbustes buissonnants, à fleurs et fruitiers. Si une grande partie de vos branches peut partir en déchets verts ou se retrouver en tous petits morceaux dans vos propres aires de compostages, vous pouvez aussi utiliser une partie des branchages taillés pour multiplier vos plants.


La méthode : repérer les bois de l'année, c'est-à-dire les plus jeunes, les moins durs. Choisissez de belles tiges vives. Ne conserver que la partie centrale de la branche, vous pouvez couper directement le haut de la tige. Retirer les feuilles qui resteraient encore sur la tige et planter la moitié de la branche directement en pleine terre sans la retourner. Si vous avez un doute sur le sens du branchage il suffit de disposer les yeux de la tige vers le haut. Un jeu d'enfant.

Pour finir, n'hésitez pas à planter un petit piquet à côté de votre bouture pour l'identifier et la repérer facilement. Vous pouvez aussi choisir de planter toutes vos boutures dans un même espace "pépinière", pour ne pas les laisser seules, ou autre possibilité vous pouvez choisir de faire vos boutures en pots que vous enterrez dans le sol; au printemps vous sortirez les jeunes plantes de leurs post pour les replanter en pleine terre. Surtout ne faites pas vos boutures en pots sans les placer en terre, car elles risqueraient l'assèchement et ne résisteraient pas. Votre sol sert de garantie humidité.

Enfin toutes ces boutures que vous préparez à l'automne 2020, il faudra penser à les rabattre à l'automne 2021 afin de créer des touffes. Vous avez compris, ces boutures passent l'hiver dehors, puisqu'elles sont plantées directement dans votre jardin. Ne faites pas la double erreur de les mettre en pot et de les rentrer pour les protéger du froid, ce serait la Bérézina végétale. 
Les trois étapes du bouturage de la sauge.
Les trois étapes du bouturage de la sauge. © Eric Charton / FTV

Méfiez-vous des saules ! Foi d'Éric, sachez que c'est un des branchages qui se bouture le mieux. Ainsi si vous prenez des tiges de saules pour vous servir de tuteurs pour d'autres plantations, vous risquez de voir votre saule s'épanouir et votre plante à tuteurer végéter. Les petits arbustes fruitiers se bouturent également très facilement. Le cassis a même la particularité de se bouturer si bien que même si vous le plantez la tête en bas, il saura prendre racine.

Quelles plantes bouturer ? Le saule et le cassis, on vient de le dire, mais aussi le troène, le laurier cerise, le weigelia, le forsythia et toutes les plantes horticoles à fleurs. Tous les petits arbustes fruitiers : le framboisier, le groseillier, le caseiller mais aucun arbre à fruits à pépins ou à noyaux. Si vous avez repéré chez un ami ou un voisin un arbuste qui vous plait, c'est le moment de lui téléphoner (pour respecter les mesures sanitaires liées au covid) et de lui demander l'autorisation d'aller couper une ou deux branches de ce bel hortensia qui vous fait pâlir d'envie. Bon, il faut l'avouer tout de même, bouturer l'hortensia peut se révéler plus aléatoire que le saule, mais ça vaut le coup de tenter. 


2. Le marcottage

La méthode : elle ressemble beaucoup à celle du bouturage à ce détail près qu'on ne sépare pas la branche du pied mère. En clair, on ne coupe rien. Il s'agit là de choisir une branche basse de notre arbuste et d'en enterrer l'extrémité sous un monticule de terre. Si le bouturage est un jeu d'enfant, que dire du marcottage ? A l'automne qui suit, il ne reste plus qu'à couper délicatement le nouveau pied du pied mère. Et hop !

Quelles plantes marcotter ? Les ronces sans épines comme les mûriers par exemple; le thym; les noisetiers; et les fraisiers qui se marcottent très bien tout seuls, merci.

Attention à ne pas confondre la tige marcottée et le rejet. Le rejet également appelé drageon est une racine qui émet un bourgeon qui devient une tige, comme le fait le lilas ou le framboisier par exemple. 


3. La division du pied (ou de la touffe)

La méthode : cette dernière technique exige d'avoir une bêche bien affûtée. Elle consiste à déterrer le pied de votre planter à multiplier et à le fendre d'un coup sec et déterminé. Chaque partie du pied va devenir un nouveau plant don pour être replanté. 

Quelles plantes diviser ? La rhubarbe est le grand classique. La mélisse, la citronnelle, la menthe et les plantes de rocailles. Et la lavande. Pour cette dernière, il faut penser à la diviser de moitié faute de quoi le pied se fatigue, la plante alors se dégarnit dans son centre et elle perd de sa beauté. L'astuce d'Éric, si votre lavande se dégarnit c'est de faire une bouture avec tige de l'extrémité et de la planter directement dans le centre dégarni du  pied. Des implants en quelque sorte. Pour entretenir votre lavande n'hésitez pas non plus à la tailler sévèrement. 
Division de pied
Division de pied © Éric Charton / FTV

Pour réaliser toutes ces techniques, le mois de novembre est idéal. Le sol est encore assez chaud et s'il le soleil s'y met un peu, les premières racines devraient apparaître d'ici 8 à 10 jours après la plantation. Une dernière astuce proposée par Éric c'est de bouturer du serpolet sur des zones que vous n'arrivez pas à engazonner. Par tallage des petits branchages à bouturer, il peut repeupler cette zone tout en acceptant un léger piétinage. Imaginez le plaisir à aller sautiller (avec légèreté et modération) dessus au printemps pieds nus. Une jolie façon de se gratouiller les petons tout en les gratifiant d'une rafraichissante odeur de thym. On s'y croit déjà.

Retrouvez ci-dessous tous nos conseils jardinage, saison par saison. Faites défiler les articles en cliquant sur les flèches ou cliquez sur la saison de votre choix dans la chronologie.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jardinage loisirs sorties et loisirs