Longwy : tests Covid-19 au lycée "Nous allons dans les établissements scolaires où le virus a circulé ou circule encore"

Comme le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer l'avait annoncé, des opérations de dépistage du Covid-19 ont débuté dans les établissements scolaires. Exemple au lycée Alfred Mézières de Longwy dans le Pays-Haut où élèves et enseignants volontaires ont pu se faire tester. 

En ce mercredi 20 janvier 2021, élèves et enseignants volontaires du lycée Alfred Mézières de Longwy en Meurthe-et-Moselle ont  passé des tests antigéniques de dépistage au Covid-19. Un établissement qui compte 1.650 élèves et pour cette première journée de tests, disons que cela a commencé doucement puisque seulement une cinquantaine de personnes ont pu se faire dépister en matinée. Au total, 250 élèves se sont pré-inscrits pour se faire tester. C'est tout l'intérêt de ces nouveaux tests rapides comme l'explique Christine Grangé infirmière: " Le test antigénique permet d'avoir un résultat en 15 minutes donc immédiatement la personne sait si elle est positive ou négative alors que le test PCR se fait en laboratoire et vous avez le résultat en 6 à 8 heures. L'objectif est de tester en amont les personnes asymptomatiques c'est-à-dire qui ne présentent aucun symptôme mais qui peuvent être porteuses du virus". Parmi les lycéens qui ont souhaité se faire tester, Camille, élève de première générale pour qui c'est presque devenu une habitude: "Le test s'est bien passé. C'était la quatrième fois que je passais un test donc j'avais l'habitude. En quelques secondes c'était fini. Le résultat est négatif. Je vais pouvoir voir mes grands-parents". 

Montée en puissance du dépistage en milieu scolaire 

L'opération de dépistage dans ce lycée longovicien était supervisée par l'inspecteur d'académie de Meurthe-et-Moselle Philippe Tiquet. "Nous allons dans les établissements scolaires où le virus a circulé ou circule encore de façon active. Mais il faut également que nous soyons en capacité de nous rendre relativement rapidement dans des établissements où se déclenche un cluster c'est à dire quand le nombre de cas commence à flamber si je puis dire et là il faut réagir vite". Dans un premier temps, le gouvernement a annoncé vouloir tester un million de personnes par mois en milieu scolaire -élèves, enseignants ou personnel administratif- mais Jean-Michel Blanquer a indiqué sur France Info mardi 19 janvier qu'on se dirigeait plutôt vers un million et demi de tests dès le mois de février.   

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation