Affaire Anthony Smith : l'inspecteur du travail obligé de quitter la Marne

Ce vendredi 14 août 2020, l’inspecteur du travail Anthony Smith, suspendu le 15 avril 2020 dans la Marne suite à des remarques sur la protection sanitaire des salariés, a été notifié par voie d’huissier d’une sanction de déplacement d’office. 
Anthony Smith, inspecteur du travail dans la Marne a été suspendu de ses fonctions.
Anthony Smith, inspecteur du travail dans la Marne a été suspendu de ses fonctions. © Document remis
Anthony Smith, l’inspecteur du travail marnais suspendu en avril dernier suite à des remarques sur la protection sanitaire des salariés, n'est désormais plus suspendu, mais ne pourra plus exercer dans la Marne. C’est du moins ce qu’indique la notification d’huissier qu’il a reçu ce vendredi 14 août 2020. Une sanction du ministère du travail qui fait suite à une première suspension pour des : "Faits fautifs" et parfois "hors de sa compétence territoriale." 

L’inspecteur du travail avait d’après ses soutiens : "Exigé dans le cadre de ses fonctions la mise à disposition d’équipements de protection (notamment des masques) de protection contre la Covid-19 pour des salariées d’une association d’aide à domicile de Reims." Sa suspension avait fait grand bruit sur les réseaux sociaux à l’époque et avait déclenché de nombreux mouvements de soutien. 
Près de 150.000 personnes et plus de 1.300 collègues inspecteurs avaient alors signé une pétition contre la décision du ministère du travail. Le 21 juillet dernier Anthony Smith avait été entendu par une commission disciplinaire à Paris qui n'avait pris aucune sanction contre lui, laissant la décision finale au ministère qui a tranche ce 13 août.

D’après l’avocat d’Anthony Smith, l’inspecteur du travail va attaquer l’arrêté : "C’est ce que nous avions dit depuis le début, s’il y a une sanction, nous l’attaquerons devant le tribunal administratif." Dès que la décision du ministère du travail a été connue par ses soutiens, ces derniers ont réagit sur les réseaux sociaux comme ces collègues de Bobigny.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société