Appel à soutien pour trois (H)Activistes du mouvement Anonymous

#OPGPII, c'est le nom de code de l'opération de soutien à trois présumés "hacktivistes" du mouvement Anonymous qui seront jugés ce lundi 9 novembre au tribunal de Nancy.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ils sont accusés pour des attaques informatiques ciblant les sites internet du Conseil Régional de Lorraine, du Conseil Général de la Meuse et de l'Agence Nationale de Gestion des Déchets Radioactifs (ANDRA), mais aussi du Ministère de la Défense, en décembre 2014 et janvier 2015.
Ils avaient revendiqués ces faits sur les réseaux sociaux dans le cadre d'une action de contestation et d'opposition aux "grands projets inutiles et imposés".

Il leur est reproché un accès, un maintien frauduleux, une entrave ou altercation dans un système de traitement informatisé de données à caractère personnel mis en œuvre par l'Etat, commis en bande organisée. Ils sont également accusés d'association de malfaiteurs en vue de la préparation de ces délits. Ercun, Boby et seamymsg encourent jusqu’à dix ans de prison et/ou 150.000 euros d’amende.

Leur procès prévu le 9 juin dernier avait été repoussé à ce lundi 9 novembre. Deux hommes avaient été interpellés et placés en garde à vue le 8 avril, puis présentés le vendredi 10 avril au Parquet de Nancy.

Un appel à soutien est organisé ce lundi 9 novembre à 9h devant le tribunal de Nancy, ainsi que devant tous les tribunaux de France.

Mise à jour 09/11/2015 - 18:40
Le procureur a demandé "une peine de principe, symbolique", à l'encontre des prévenus : de 4 à 6 mois de prison avec sursis pour Loïc Schneider, 20 ans, David Druart, 41 ans, et de 8 à 10 mois avec sursis pour Cédric Sibille, 36 ans, qui ne s'est pas présenté au tribunal.