Avec les fortes chaleurs, des récoltes de miel inégales dans la Marne

Publié le

La chaleur a aussi des conséquences sur la production de miel. Les hautes températures font mourir certaines plantes, mais d' autres végétaux se développent mieux dans ces conditions. Tous les apiculteurs ne sont pas logés à la même enseigne. Illustration dans la Marne.

Pas une goutte de miel, alors que les ruches sont installées depuis un mois. À Écueil, dans la Marne, l'apiculteur Ahmed Graine subit la sécheresse. Avec le manque d'eau, il y a très peu de nectar dans le sarrasin. Il est donc difficile pour les abeilles de butiner et de produire dans ces conditions.

"Avec une chaleur pareille, quelques abeilles vont chercher du nectar. Les autres sont dans la ruche et ventilent pour refroidir la ruche, parce qu'on atteint des degrés incroyables à l'intérieur. Quand elles ventilent, elles restent dans la ruche et elles ne vont pas chercher le nectar", détaille-t-il.

L'apiculteur a perdu 30 % de sa récole habituelle cette année. Une situation qui n'est pas partagée par tous. Pour d'autres, ces températures caniculaires ne sont pas un problème, bien au contraire.

La luzerne profite du temps chaud

Romain Hatier a installé ses ruches à Tours-sur-Marne à moins de trois kilomètres d'un champ de luzerne. "C'est une plante qui ne pâtit pas de la chaleur et même de la sécheresse grâce à ses racines qui vont chercher de l'eau très en profondeur. Au contraire, un temps chaud va favoriser la montée de nectar", précise-t-il.

Là où des apiculteurs font leurs dernières récoltes à la fin du printemps ou au début de l'été, grâce à ces champs de luzerne, je peux faire des récoltes jusqu'à mi-septembre.

Romain Hatier, apiculteur

C'est donc une aubaine pour les abeilles, mais aussi pour l’apiculteur qui voit sa production de miel augmenter au fil de l’été. 2022 sera une bonne année pour cet apiculteur qui a choisi le miel de luzerne, "dans les cinq meilleures années depuis que je fais de l'apiculture", affirme-t-il. Ce n’est pas le cas pour beaucoup d’autres. 2021 avait déjà été une année noire pour l’apiculture française.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité