Foire de Châlons : édition 2020 incertaine après l'interdiction des rassemblements de plus de 5.000 personnes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Schmitt et Grégoire Schott
Au Capitole en Champagne, l'installation de la Foire de Châlons a débuté.
Au Capitole en Champagne, l'installation de la Foire de Châlons a débuté. © France Télévisions / Edwige Réaux

La Foire de Châlons-en-Champagne est en pleine installation. Pourtant, le Premier ministre Jean Castex aannoncé ce mardi 11 août le prolongement de l'interdiction des rassemblements de plus de 5.000 personnes jusqu'au 31 octobre. La Foire de Châlons espère obtenir une dérogation préfectorale.

Au Capitole de Châlons-en-Champagne, l'installation de la Foire est en route. Ouvriers, manutentionnaires, exposants et direction technique de la Foire commencent à construire les stands et à mettre en place tout ce qui pourra attirer le chaland. La Foire de Châlons, qui a compté près de 270 000 visiteurs en 2019 doit se tenir du 4 au 14 septembre 2020.

Pourtant, le Premier ministre a annoncé ce mardi 11 août la prolongation, jusqu'au 30 octobre, de l'interdiction des rassemblements de plus de 5.000 personnes en France, alors que cette interdiction devait être levée dans le courant du mois d'août. Cette annonce gouvernementale met donc en danger la bonne tenue de la Foire, mais aussi la survie des entreprises qui y participent. Roberto Voto, par exemple, tient un restaurant à la Foire, qui emploie une vingtaine de personnes. L'évènement chalonnais représente 70% de son chiffre d'affaire annuel. 
 

Si la Foire de Châlons ne se tient pas, si elle est caduque, on dépose le bilan dès le lendemain matin.

Roberto Voto, restaurateur sur la Foire de Châlons


"Ne pas jouer à se faire peur"


La Foire de Châlons-en-Champagne attire en moyenne 20.000 visiteurs chaque jour. Pour Bruno Forget, commissaire général, appliquer une jauge de 5.000 personnes ne serait pas viable pour les 760 exposants, qui investissent notamment pour aménager leurs stands. En l'état actuel des choses, il ne voit surtout pas la pertinence d'un tel resserrage de vis en Champagne-Ardenne. "Ici, le taux de contamination n'a pas changé depuis le déconfinement, il a même un peu baissé. On ne va pas jouer à se faire peur", lance-t-il. Une affirmation à nuancer : le taux d'incidence du virus pour 100 000 habitants dans la Marne est bien quasiment revenu à son niveau du 19 mai, mais en revanche, il est en hausse constante depuis le début du mois de juillet, après n'avoir fait que baisser depuis le déconfinement.


Seule possibilité désormais pour sa Foire, une dérogation préfectorale. Si de son côté, la préfecture est restée silencieuse, Bruno Forget donne quelques pistes. "J'ai eu le préfet de la Marne (Pierre N’Gahane), il m'a dit qu'il attendait les conclusions précises du conseil de défense (qui s'est tenu ce mardi 11 août) puis qu'il y aurait une harmonisation entre les préfets sur la réponse qui sera apportée puisqu'il y a quatre foires qui sont concernées dans le Grand Est. Donc pour l'instant, pour moi, rien à signaler", veut croire, optimiste, le commissaire général de la Foire, en vacances actuellement hors de Champagne-Ardenne mais dont le téléphone a sérieusement chauffé ce mardi 11 août après-midi. "On veut démontrer que nos évènements rendent compatibles la nécéssaire relance de l'économie pour l'emploi, nos jeunes et nos entreprises, avec des conditions sanitaires optimum", ajoute Bruno Forget.

Pour Dominique Vatel, conseiller municipal d'opposition PCF, le maintien de la Foire serait à la fois irresponsable d'un point de vue sanitaire et contre-productif, du point de vue de la prévention. Il se demande comment expliquer à la population qu'il puisse y avoir deux poids deux mesures, si la Foire est maintenue alors que de plus petits évènments sont annulés pour cause de rassemblements trop importants.
 

Je pense qu'il n'est pas raisonnable de tenir cette foire cette année, avec tout le manque à gagner et la tristesse que cela représente. La Covid se moque de l'importance économique de notre foire. Mais réunir 15 000, 20 000 personnes par jour, même en faisant attention, c'est prendre des risques pour la population.

Dominique Vatel, conseiller municipal d’opposition (PCF) de Châlons-en-Champagne

 

Et pour les concerts ? 


Du côté des normes de sécurité, si Bruno Forget pense "qu'il faudra peut-être faire quelques adaptations", il maintient donc pour l'instant en l'état son dispositif avec "billetterie en ligne, contrôle de température à l'entrée, gel à disposition, masques obligatoires" etc. Un protocole validé par l'Agence régionale de santé, sans jauge donc. Tout en précisant "nous aurons un service de sécurité pour faire appliquer les consignes sanitaires et les gestes barrières mais c'est à chacun de faire preuve de civisme".

Un référent Covid de poids a même été sollicité puisque c'est la Protection civile, formée en brigades, qui devrait être en charge de faire respecter les mesures barrière au sein de la Foire. Le directeur technique, Mickaël Lagler, ajoute qu'un système de comptage précis va être mis en place pour éviter que la foule n'envahisse les allées.

A chaque entrée, à chaque sortie, le système nous permettra de savoir combien de personnes se trouvent sur la Foire à l'instant T.

Mickaël Lagler, directeur technique de la Foire de Châlons

Concernant les concerts en plein air organisés chaque soir, la problématique sera la même que pour les allées du Capitole en Champagne : il faudra respecter les recommandations sanitaires. 

La Foire poursuit donc son installation, personne ne semble pour le moment imaginer une annulation de l'évènement. Le sort d'une des plus grosses foires agricoles de France, souvent synonyme de rentrée politique, reste donc suspendue à la décision de la préfecture de la Marne. 


 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.