Incendie de la pizzeria de Juvigny : la piste criminelle privilégiée

La Pizza Croq après l'incendie du 19 mars dernier / © Céline Lang / France 3 Champagne-Ardenne
La Pizza Croq après l'incendie du 19 mars dernier / © Céline Lang / France 3 Champagne-Ardenne

Plus de 100m² partis en fumée et des tags racistes. C'est ce qu'il reste ce jeudi 22 mars de la pizzeria de Juvigny, dans la Marne. Les enquêteurs privilégient la piste criminelle.
 

Par FM avec Céline Lang

Des décombres. En tout, 100m² sont partis en fumée, et avec eux, de gros dégâts matériels. Mais pas seulement. La pizzeria "Pizza croq", créée il y a 11 ans par un couple d'une commune voisine, était un lieu de vie pour le village de Juvigny, dans la Marne. L'incendie a beaucoup marqué Léa Oakes, commerçante, installée juste à côté : "Cela déprime, je comprends pas comment on peut en arriver là. C'est horrible de détruire une vie comme ça."
 
 

Vive émotion à Juvigny

Le feu a pris vers 23h30 dans la nuit de mardi à mercredi, après le départ des deux gérants. Les pompiers sont intervenus 3h30 durant, utilisant lances plein-pied et lance sur échelle, essayant de contenir l'incendie. La mairie, propriétaire des murs, a immédiatement été prévenue. Chantal Choubat, la maire de la ville, se rappelle : "Il y aurait eu 22 pompiers qui ont commencé par sécuriser les alentours pour que les deux commerces évitent d'être touchés."
 
Les dégâts matériels ont été très importants lors de l'incendie de la pizzeria de Juvigny, dans la Marne / © Céline Lang / France 3 Champagne-Ardenne
Les dégâts matériels ont été très importants lors de l'incendie de la pizzeria de Juvigny, dans la Marne / © Céline Lang / France 3 Champagne-Ardenne

Au petit matin, le village stupéfait a découvert le sinistre et surtout des tags, recouverts depuis par la gendarmerie, comme "Sale harabe", "Gros lar", orthographiés de façon aléatoire. La maire n'avait pourtant eu écho d'aucun conflit avec les restaurateurs.

"Nous sommes choqués de l'importance des dégâts et de la suspicion d'acte criminel. Par ailleurs, les tags sur les murs sont très violents."
- Chantal Choubat, maire (SE) de Juvigny

L'enquête a été confiée aux compagnies de gendarmerie de Courstisols et Châlons-en-Champagne. La piste criminelle est privilégiée par les enquêteurs.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus