Champagne : fin de l'appellation en Russie depuis le 1er janvier, "le dialogue se poursuit"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Noémie Saferis
Le Comité Champagne avait demandé, début juillet, aux vignerons de cesser toute expédition vers la Russie "jusqu'à nouvel ordre".
Le Comité Champagne avait demandé, début juillet, aux vignerons de cesser toute expédition vers la Russie "jusqu'à nouvel ordre". © Alexander Nemenov/AFP

La guerre du champagne entre la France et la Russie connait un nouveau tournant en ce début d'année. La législation russe impose désormais aux vignerons champenois d'utiliser l'appellation "vin effervescent" et non plus "champagne", réservé aux producteurs russes.

C'est une décision prise cet été par le gouvernement de Vladimir Poutine qui a fait grand bruit dans la profession. Le terme "champagne" ne sera plus traduit en alphabet cyrillique sur les bouteilles à destination du marché russe. Seule la mention "vin effervescent" est désormais retranscrite en cyrillique au dos de la bouteille, reléguant le champagne au même rang que les autres vins. Désormais, seuls les vins effervescents provenant de Russie pourront utiliser le terme "shampanskoe", au grand dam des producteurs. Une mesure qui a scandalisé la profession et refroidi les relations diplomatiques entre les deux pays.


 

Un moratoire qui s'est arrêté au 1er janvier

Pour laisser le temps aux producteurs français de s'adapter, un moratoire avait été obtenu à la fin de l'été pour adapter les exportations aux nouvelles règles russes pour quelques mois supplémentaires comme le détaille Charles Goemaere, directeur général du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CVIC). "Le moratoire a permis aux opérateurs champenois de mettre leurs étiquetages en conformité avec la loi et les exportations ont repris normalement."

Des exportations qui s'étaient interrompues après des mesures prises en réaction à la décision russe. Entre juillet et septembre, certaines grandes maisons de Champagne avaient décidé de stopper les ventes de leur champagne avant de les relancer le 15 septembre. Une décision du CVIC en signe d'apaisement et d'ouverture au dialogue.

Le dossier n'est d'ailleurs pas clos et si le champagne a changé de nom en Russie depuis le 1er janvier, le CVIC continue de défendre son appellation: "Le dialogue franco-russe se poursuit, les Champenois le suivent avec attention et restent mobilisés pour obtenir la pleine reconnaissance de leur appellation en Russie", rappelle Charles Goemaere.

Un pays loin d'être le plus gros consommateur de champagne

Si la décision de la Russie a créé beaucoup de remous chez les professionnels du secteur, les effets sont à relativiser, notamment par sa faible proportion dans le commerce extérieur du Champagne. Le pays n'est qu'au quinzième rang des exportations de Champagne. Selon les chiffres du Comité Champagne, en 2020, cela représente un peu plus de 35 millions d'euros et un peu plus d'1,8 millions de bouteilles. Des chiffres loin derrière ceux des premiers exportateurs comme les Etats-Unis ou le Royaume-Uni, en tête du classement. La Russie fait toujours partie des pays qui ne reconnaissent pas l'appellation champagne.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.