Covid 19 : des collégiens viennent en aide aux étudiants face à la crise sanitaire dans la Marne

La crise sanitaire, avec ses contraintes, ses confinements, a plongé de nombreux étudiants dans la détresse morale, et parfois dans la précarité alimentaire. Les initiatives se sont multipliées pour leur venir en aide. La dernière en date vient de collégiens à Verzy dans la Marne. 

Les collégiens de Verzy comptent sur vous.
Les collégiens de Verzy comptent sur vous. © Grégory Theron.

Les associations caritatives peuvent en témoigner, les étudiants, frappés par la crise, sont de plus en plus nombreux à faire appel à leurs distributions de denrées alimentaires. Les initiatives de différents commerçants l'ont prouvé également. Pour une part de pizza, un kebab, gratuits, les étudiants ont fait la queue. Des réalités qui ont probablement ému les collégiens du collège Paul Eluard de Verzy, situé sur la Montagne de Reims, dans la Marne.

Noa Hulin a 15 ans. Très touché par un reportage télévisé sur les étudiants en manque de produits d'hygiène, de nourriture aussi, il fait partie de ces collégiens qui ont décidé de se mobiliser. Zoé Vallet, 14 ans, avait vu, elle aussi, le reportage. "On a trouvé qu'il fallait faire quelque chose. On trouvait normal d'agir. D'ailleurs, tout le monde dans la classe a voulu participer". Pour la logistique, c'est Gregory Theron, assistant d'éducation, qui prête main-forte aux élèves.

Les collégiens se sont rendus à la Banque Alimentaire de la Marne.
Les collégiens se sont rendus à la Banque Alimentaire de la Marne. © Grégory Theron.

Dans quelques années, on sera à leur place, c'est donc génial d'aider les étudiants actuels.

Noa Hulin, élève en 3ème 2, au collège de Verzy.

Les villages du secteur répondent à l'appel

Le collège Paul Eluard accueille des jeunes de 12 villages alentour, aussi, très tôt, les collégiens se sont organisés, pour y faire connaître leur opération. Pour l'appel aux dons, il fallait un tract. "Toute la classe s'y est mise", raconte Noa. "On est passé dans toutes les classes, pour expliquer notre projet, donner des tracts, afin qu'ils soient distribués partout. Maintenant, tout le collège est au courant. Tous trouvent ça génial d'aider les étudiants".

Depuis, dans les boîtes à lettres, chez les commerçants du secteur, la population informée, a commencé à répondre en apportant de nombreux produits au collège. Plusieurs cartons de 30 kilos sont pleins, avec, entre autres, des conserves de légumes et des plats préparés. Cela avance vite, pour cette initiative validée par la principale du collège Nathalie Chapier. "Les gens sont réceptifs à cette opération", indique l'assistant d'éducation, Gregory Theron, "car ils savent que ça concerne les étudiants de Reims".

Conserves, produits d'hygiène, plats préparés, les besoins sont importants.
Conserves, produits d'hygiène, plats préparés, les besoins sont importants. © Grégory Theron.

Pour le parcours citoyen

En classe de troisième, les élèves préparant le Brevet des Collèges, doivent présenter une action réalisée dans l'année. C'est le parcours citoyen, qui figure sur le bulletin scolaire du troisième trimestre. C'est donc cette action caritative qui servira aux collégiens de 3ème 2. "C'est notre projet", insiste Noa, dans cet établissement qui compte quatre classes de troisième. "Dans quelques années, on sera à leur place, c'est donc génial d'aider les étudiants actuels"

Cette opération, les collégiens la mettent en place avec la Banque alimentaire de la Marne. Les 23 élèves du collège Paul Eluard, sont d'ailleurs allés la découvrir. "Ils se sont montrés très intéressés", raconte Joseph Guillem. Il est responsable de l'organisation de la collecte, à la Banque Alimentaire du département de la Marne. "Ils ont tourné une vidéo, posé des questions". Un engagement qui a touché Joseph Guillem, alors qu'il constate une augmentation de 15% des demandes d'aides, depuis le début de la crise sanitaire. La Banque Alimentaire intervient auprès de 35 à 37 associations caritatives, où les demandes ne cessent d'augmenter.

Les entrepôts de la Banque Alimentaire de la Marne, ont plus que jamais besoin de se remplir.
Les entrepôts de la Banque Alimentaire de la Marne, ont plus que jamais besoin de se remplir. © Grégory Theron.

On a trouvé qu'il fallait faire quelque chose. On trouvait normal d'agir. D'ailleurs, tout le monde, dans la classe a voulu participer.

Zoé Vallet, élève de 37ème 2, au collège de Verzy.

Destination les épiceries sociales

Une fois les denrées alimentaires et les produits d'hygiène récoltés, c'est vers les deux épiceries sociales, installées sur les campus du quartier Croix-Rouge et de celui du Moulin de la Housse, qu'ils seront livrés. "Nous irons les déposer, symboliquement, dans l'une de ces épiceries, dans l'idéal, avec deux ou trois élèves", indique Joseph Guillem. "Les initiatives comme celle-là, sont rares. Le collège Saint-Michel, à Reims,  en a déjà une à son actif, mais celle du collège de Verzy part vraiment des élèves".

"Même si des choses ont été mises en place, la situation est compliquée, pour les étudiants. Ils n'ont plus leurs petits jobs. Certains ont pratiquement abandonné leurs études. On l'a constaté, quand des étudiants de l'I.U.T.  de Reims ont voulu organiser une collecte. C'était compliqué. Ils étaient en distanciel, ils ont finalement eu recours aux réseaux sociaux pour mener à terme leur projet ".

Les denrées commencent à arriver au collège.
Les denrées commencent à arriver au collège. © Grégory Theron.

La communication est leur affaire

Les collégiens de Verzy sont à cette occasion devenus de véritables professionnels de la communication. Quatre radios de Reims, un reportage de Champ TV, sur Facebook, ont rendu compte de leur initiative. France Bleu Champagne les a déjà reçus et s'apprête à diffuser un nouvel entretien enregistré avec Adrien et Julie. Résultat, "plein de personnes qui n'ont pas de lien avec le collège, vont participer à notre opération", dit, avec fierté, Noa Hulin.

"On aurait besoin de plus de produits d'hygiène, comme des brosses à dents, du dentifrice ou des serviettes hygiéniques", précise Zoé Vallet. Dans ce collège de la Montagne de Reims, où les élèves de 37ème 2, ont choisi, en plus de leurs heures de cours, de prendre une option, course d'orientation, cet engagement va marquer un tournant dans leur parcours éducatif. Les collégiens ont décidé de réaliser un reportage, sur leur opération. "Tout le monde l'aura. Ca va rester au collège", s'enthousiasme l'assistant d'éducation, Grégory Theron.

D'ici au 9 avril, ils vont donc s'impliquer pour venir en aide aux étudiants de Reims, touchés comme beaucoup d'autres, par cette crise sanitaire. "Nous avons besoin de vous", concluent-ils dans leur tract.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société solidarité covid-19 santé vie associative université