• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Une centaine de sépultures découvertes sur un chantier de fouilles archéologiques

Une centaine de sépultures découvertes sur un chantier de fouilles archéologiques / © France 3 Champagne-Ardenne
Une centaine de sépultures découvertes sur un chantier de fouilles archéologiques / © France 3 Champagne-Ardenne

"C'est une belle découverte". Les archéologues rémois qui travaillent sur ce chantier depuis la mi-mars sont heureux du résultat de leurs recherches : une centaine de tombes, datant entre le moyen-âge et la Révolution, a été découverte au pied de la basilique Saint Remi de Reims.

Par L.M.

Les archéologues du Grand Reims et de l'INRAP ont découvert il y a quelques jours plus d'une centaine de sépultures avec les squelettes. Elles sont dans un parfait état de conservation et n'ont jamais été pillé. C'est justement un fait rare, car pendant la révolution, les cimetières, au pied des édifices religieux, ont été déplacé et bien souvent saccagé. Ici, au pied de la basilique Saint Remi de Reims, le site est intact.
Fouilles archéologiques au pied de la basilique Saint Remi de Reims / © France 3 Champagne-Ardenne
Fouilles archéologiques au pied de la basilique Saint Remi de Reims / © France 3 Champagne-Ardenne

Il reste maintenant à déterminer la datation de ces sépultures. D'après les premiers éléments visuels, les archéologues fournissent une période allant de l'an 500 jusqu'à la Révolution française (1789). Par endroit, plusieurs niveaux de tombes ce qui tend à prouver que le site a été un cimetière durant plusieurs centaines d'années.
Le chantier de fouilles prendra fin en janvier 2019 / © France 3 Champagne-Ardenne
Le chantier de fouilles prendra fin en janvier 2019 / © France 3 Champagne-Ardenne

Les premiers repérages réalisés en 2016 et 2017 ont fait état de près de 500 sépultures. Mais lorsque les archéologues ont commencé à fouiller le site, ils ne s'attendaient pas à un tel état de conservation.
Les fouilles vont durer jusqu'en janvier 2019 pour ensuite laisser place aux pelleteuses pour le réaménagement du parvis de la basilique Saint Remi de Reims.

Sur le même sujet

Estac : Benjamin Nivet annonce la fin de sa carrière

Les + Lus