Coronavirus : l'Académie de Reims propose des défis ludiques pour les enfants de la maternelle à la 6e

Un jour, un défi : pendant le confinement lié à l’épidémie de coronavirus covid-19, le rectorat de l'Académie de Reims met en place un exercice ludique pour les enfants de la maternelle à la 6e et les familles. Une manière de conserver le lien avec l'école tout en étant confinés.
Aujourd'hui, c'est musique. Ecouter une chanson en cliquant sur la capsule vidéo, la chanter en l'enregistrant pour ensuite l'envoyer à sa maîtresse ou son maître. Sous un aspect ludique, rapide et interactif, l'académie de Reims et ses enseignants proposent des défis pour que l'école à la maison continue au-delà des cours à proprement parler. Et ça marche ! Plus de 3.000 vues pour chaque capsule vidéo depuis que ce dispositif est mis en ligne.
 

Stimuler l'enfant

"Le défi est un moyen ludique pour apprendre et stimule tout le monde", explique Christine Leroy, conseillère pédagogique départementale maternelle, rattachée à l'académie de Reims.

Un défi par jour, du lundi au vendredi, avec des thèmes différents : musique, lettres, numération, sciences etc toutes les matières se déclinent à travers un petit jeu en ligne et interactif. "Ce sont des choses qui se faisaient déjà en classe", précise Chrisine Lecoyer.

Ces défis sont souvent utilisés pour comprendre les sciences : "comme faire rouler une boule sans la toucher en classe pour comprendre comment un objet se déplace" par exemple. Ce moyen suscite beaucoup de plaisir chez l'enfant et son adhésion est systématique.

De quoi s'amuser également avec les frères et soeurs car d'autres niveaux sont proposés jusqu'à la 6ème. "Nos capsules vont jusqu'à la 6ème car ce cycle (dit de consolidation ndlr) est compris dans celui des CM1, CM2 et pour eux ces défis amènent une pause ludique".
  

La fracture numérique

Il a fallu une semaine pour pouvoir mettre en place ce projet pédagogique. Il a d'abord fallu identifier par mail tous les interlocuteurs, c'est à dire les parents, mais aussi leurs capacités à pouvoir participer à ce projet. "Tous n'ont pas d'ordinateur à la maison et une idée qui nous paraissait bonne le matin, était abandonnée en fin de journée", confie Christine Leroy.

L'aspect financier s'est avéré être un frein car toutes les familles n'ont pas d'ordinateur, de tablette ou de smartphone. Parfois certaines familles n'ont pas de forfait MMS donc les enseignants ont du abandonner des options pour finalement proposer un site accessible et qui demande une connexion sur un laps de temps court. Une autre version est accessible sur le site facebook du Rectorat donc il n'est pas utile d'avoir un compte facebook car  "il est interdit de créer un compte sur ce réseau social lorsque l'on a moins de 13 ans" pour y accéder d'autant comme le rappelle l'académie.
 

Un atelier enfant-parent

Sur chaque vidéo, les enseignants proposent aux parents les outils pour bien réussir cette activité ensemble. Tout a été pensé avec les enseignants pour que ces défis soient réalisables pour tous. Par exemple pour le défi numération, les parents peuvent choisir de compter avec des petits jouets, des petits jetons, même des petits morceaux de papier.

En mettant en place ces petits challenges, l'idée est de donner des conseils aux parents et des consignes aux enfants sur un support assez court car rappelons que les touts petits ne doivent pas être exposés trop longtemps devant les écrans.
Les capsules durent en moyenne moins de dix minutes.

 


Un appel hebdomadaire aux parents

Il est important que les enfants ne décrochent pas dès tout-petits. L'instruction étant obligatoire à partir de 3 ans,
Une fois par semaine, les enseignants appellent les enfants et les parents pour qu'ils conservent un lien avec l'école.
"Pour les enfants, c'est important d'entendre leur maîtresse", rappelle Christine Leroy, "et il faut que l'accompagnement des familles puisse servir aux apprentissages des élèves."

L'académie de la Marne compte 17.982 enfants inscrits en maternelles, âgés de deux à cinq ans. Pas de capsule pendant les vacances. "Comme l'a précisé le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, il faut que les vacances soient des vacances."

Enfants et parents pourront donc faire autres choses. Christine Lecoyer rappelle que les enseignants n'hésitent pas à suggerer des activités ludiques à faire en famille : comme des recettes de gâteaux ou des idées d'activités manuelles.
 

Préparer la reprise

Les premiers défis ont été postés à la fin de la première semaine de confinement. C'est important que tous les enfants puissent publier leur participation quelque soit leur production. L'essentiel est de valoriser le travail de tous.
Cela nous servira à préparer la reprise.

Je tiens à souligner l'extraordinaire inventivité des enseignants. Ils sont en train de créer une véritable école du numérique. Ces capsules notamment sont toujours réalisées avec beaucoup de bon sens et de chaleur humaine.
Agnès Walch Mension-Rigau, rectrice de l'académie de Reims


"Pour nous, ces travaux sont la continuité de l'école et il n'est pas question de ne pas prendre en compte le travail de nos enfants surtout lié à cette période de confinement." Pour les enseignants et les professionnels pédagogiques, leur défi : réfléchir à la reprise des apprentissages après cette période de confinement.

Car pour eux aussi c'est une situation inédite. Pas question d'imaginer tout de suite le prolongement de cette situation.
"On verra après les vacances", pour l'instant, on préfère parler d'un retour à l'école.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : école à la maison covid-19 santé société éducation