INSOLITE. Des street artistes de Reims participent à une fresque géante dans un centre commercial

Plusieurs artistes de Reims participent avec des talents reconnus du street art, à l'élaboration de gigantesques fresques à l'extérieur d'un centre commercial en Seine-et-Marne en six jours, une prouesse artistique. L'art à portée de chariot. 

Les artistes rémoises Mat et Zekky, en haut de leur nacelle face à leur fresque en Seine-et-Marne.
Les artistes rémoises Mat et Zekky, en haut de leur nacelle face à leur fresque en Seine-et-Marne. © Gérard Lemarié

Perchée à 8m de haut sur une nacelle de chantier, devant la façade d'un centre commercial, la "street-artiste" rémoise Zekky, raconte le projet artistique démesuré auquel elle participe en cette dernière semaine de mai 2021 avec enthousiasme. Il s'agit de réaliser des fresques géantes. Une dizaine d'autres artistes de renommée nationale, peignent sur les murs du "Clos du Chêne", un immense centre commercial situé en Seine-et-Marne. Le duo féminin Mat et Zekky crée leur oeuvre sur un mur de 8m de haut et 6m de large. "Ce sera un tableau mythologique". À ses côtés, d'autres artistes réalisent différents tableaux géants, qui seront vus par 11 millions de personnes chaque année. Privées de lieux d'exposition depuis des mois à cause du covid-19, ces artistes revivent. 

"On est de Reims, complète Zekky, une opération comme ça, c’est notre premier festival, avec des gens à la renommée importante, dans des conditions de travail particulières. Peindre une fresque en six jours, c’est une vraie découverte. On échange avec eux, on vit ensemble cette semaine, on discute, cela nous offre une super opportunité. Dans ce projet, les artistes ont un mur dédié, les directeurs artistiques ont sélectionné des emplacements sur le site commercial et ils ont dédié un mur selon nos techniques. A 8 m de haut".

Une fresque géante sur un centre commercial en Seine-et-Marne.

Le bip de la nacelle retentit, tandis qu'elles terminent leur travail. Le temps presse, car l'engin élévateur quittera le chantier samedi 29 mai. "On fait de la fresque depuis juin 2018, et on diffuse sur des murs dédiés. On essaye différentes techniques, mais là c’est une première. Ce sera un tableau sur la mythologie, nous allons publier un livre en septembre sur ce thème. A Reims, on est pas loin d’ici, c’est à notre portée". Les artistes trentenaires sont également connues du milieu à la friche artistique de Reims, qui leur libère une place.

Avec l'artiste Céz'Art, le groupe se connaît bien. "On forme la team de Reims. Avec le groupe Frey, on avait fait un expo ensemble en janvier 2021. Mais elle a très peu été vue à cause du covid, précise Zekky. Ici, avec le nombre de visiteurs, on aura une forte visibilité, et en période de covid ça fait du bien. Car les lieux où l'on peut consommer de l’art sont fermés. Exposer sans passer par un lieu adapté à l'art, ça pose la question des lieux dédiés : on  peut voir un travail artistique en allant faire ses courses, c’est covid compatible, après des mois sans expo, ou des expos reportées. On a une visibilité auprès d'un public qui n'aurait pas forcémment franchi le pas d’une exposition".

Les artistes devant leurs fresques.
Les artistes devant leurs fresques. © Gérard Lemarié

"Embellir les centres commerciaux"

A l'origine de ce projet original, Gérard Lemarié. Philosophe rémois et promoteur de talents, il s'est associé avec le groupe Frey pour cette opération XXL. Entre lundi et samedi 29 mai. "On tente l’expérience, avec la volonté d’embellir les sites commerciaux que ce groupe possède, j’ai pris l’option du street art et on va vers l’art tout court. On n'élimine pas le street, mais on va vers un graphisme conceptuel, des murs peints par des artistes. Cette année, tous les participants sont enclins à devenir artistes à part entière, à exposer dans des galeries renommées".

L'artiste rémois Cézart a réalisé cette fresque au Clos du chêne pour la 3e édition du festival d’art urbain. 
Elle mesure 10m x 3m et a été réalisée en 4 jours.
L'artiste rémois Cézart a réalisé cette fresque au Clos du chêne pour la 3e édition du festival d’art urbain. Elle mesure 10m x 3m et a été réalisée en 4 jours. © Céz Art

Une toile de Hopare qui peint cette semaine, se vend par exemple plus de 30.000 euros en galerie. Hox vend aussi beaucoup. Rero, a également une renommée certaine. "J’ai voulu faire participer aussi des artistes de Reims, ajoute Gérard Lemarié. Tout le monde peut visiter, de nombreux bus de région parisienne viennent admirer cette fresque. Certains exposent sur 120m3, c’est énorme". Et ici, pas de tickets d'entrée. L'art part à la rencontre des citoyens. 

Les autres artistes présents sur ce "festival" sont très variés sur le plan graphique. "On a un support identique le mur, mais il y a la richesse de nous tous, s'extasie Zekky. Italiens, Espagnols, on est 12 entités artistiques. Chacun peut être accompagné d’assistant, et nous ne sommes que trois filles. Les clients du centre commercial passent devant nous et sont surpris de nous voir sur des engins de chantier. Une dame a même demandé si c’était normal qu’on soit en haut de la nacelle. En 2021..."

Gérard Lemarié avec l'un des artistes.
Gérard Lemarié avec l'un des artistes. © GM

A partir de samedi 29 mai, les 18 fresques seront terminées. Elles sont amenées à durer. Le groupe Frey souhaite répéter ces opérations sur d’autres sites en France.

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture