Ligue 1 : pourquoi les stades du Grand Est attirent plus de supporters que la saison dernière

Les chiffres d'affluence moyenne des stades de Ligue 1 par rapport à la saison dernière sont sortis ce mercredi 27 mars, et ils dévoilent une hausse de fréquentation chez les trois représentants du Grand Est : Metz, Reims et Strasbourg.

Il fait bon vivre dans les stades du Grand Est ! Ce mercredi 27 mars, Ligue1 Stadium a dévoilé sur X, anciennement Twitter, le classement des évolutions d'affluence moyenne des stades de Ligue 1 par rapport à la saison passée. Un classement qui met la région à l'honneur, puisque le FC Metz et le Stade de Reims occupent respectivement la deuxième et quatrième place sur dix-huit. Le RC Strasbourg, lui, se contente d'une onzième place, qui n'est en rien inquiétante malgré tout, puisque synonyme d'une augmentation d'affluence de 0,2 %.

Pour le FC Metz, on parle d'une hausse exceptionnelle de 47,6 %, explicable en grande partie par la montée du club en Ligue 1, lui qui évoluait encore en Ligue 2 la saison passée. "Il y a eu un engouement très surprenant sur les deux derniers matchs décisifs la saison dernière. Le club a surfé sur cette vague grâce à une campagne d'abonnement à bas prix qui a attiré à peu près 16 000 abonnés, ce qui est énorme. Même dans les années 90-2000, on n'avait jamais vu ça", se réjouit Xavier Schmitt, supporter du club depuis une quarantaine d'années.

La dynamique actuelle du championnat français a aussi joué son rôle, pour le plus grand bonheur du public : "aujourd'hui, la Ligue 1 a au moins dix équipes attractives sur dix-huit. Samedi, on accueille Monaco et ce sera à guichets fermés. Il ne faut pas se voiler la face : contre Paris, Marseille, Lille et les autres grosses équipes, les gens ne viennent pas que voir jouer Metz. On a des supporters qui viennent de Belgique, du Luxembourg", affirme le Messin.

Cette évolution extraordinaire, les supporters ne s'attendent toutefois pas à la voir se pérenniser au vu de leur actuelle avant-dernière place au classement de Ligue 1 : "il y a eu une grosse cassure entre le club et les supporters il y a un mois, notamment avec des incidents au stade. On attendait tous le maintien, et nous sommes tous déçus par la gestion du club et du mercato d'hiver. Si le club redescend, le nombre d'abonnements redescendra sûrement à la moyenne, entre 10 000 et 12 000", prévient Xavier Schmitt.

L'effet Will Still à Reims

Du côté du Stade de Reims, la hausse d'affluence de 13,4 % s'explique surtout par un engouement autour du groupe formé par l'entraîneur Will Still. "Sur le terrain, le contenu est plus valable que ce que l'on avait avant. On s'ennuie moins que par le passé au stade, même quand on perd ! On sent que Will Still est une personne extraordinaire, qui a su former un entourage compétent", analyse Daniel Wargnier, président du Groupement officiel de supporters du Stade de Reims.

" En cas de dégringolade, tout peut s'en aller aussi vite que c'est venu. C'est aussi ça le football "

Daniel Wargnier, président du Groupement officiel de supporters du Stade de Reims

Derrière cette affluence croissante se cachent aussi des espoirs de coupe d'Europe, le Stade de Reims n'étant qu'à 5 points d'une cinquième place qualificative pour la Ligue Europa. "Les supporters sont en phase avec le club. Forcément, quand il y a des résultats satisfaisants comme le match nul contre le Paris Saint-Germain, ça ramène du monde. Ce sera pareil si on gagne à Lyon ce week-end. Mais, en cas de dégringolade, tout peut s'en aller aussi vite que c'est venu. C'est aussi ça le football", tempère le Rémois.

L'engouement ne devrait pas s'estomper tout de suite pour autant selon lui, du moins "tant que les éléments cadres et l'entraîneur restent". Il faut dire que cette année, les supporters sont dévoués : "quand je vais voir les entraînements, il y a toujours du monde. Ce n'était pas le cas par le passé. Du point de vue des supporters, on vit peut-être la plus belle période du club", s'enthousiasme Daniel Wargnier.

Hors du Grand Est, la première place du classement des évolutions d'affluence revient au Havre, aussi promu de Ligue 2 la saison passée, avec une impressionnante évolution de 73,5 %. Brest, actuel deuxième du championnat, vient compléter le podium avec 14,1 %. Paris, Rennes, Nantes, Marseille, Lyon et Clermont, au contraire, sont les six seules équipes à avoir vu leur affluence baisser cette saison.