Marne : après les intempéries, plus d’un million d’euros de dégâts sur le site de Terrasolis

Publié le Mis à jour le

Le violent orage qui s’est abattu sur Reims, samedi 19 juin en fin d’après-midi, a provoqué d’importants dégâts sur le site de Terrasolis, près de Reims. L’ex-BA112 venait d'accueillir les Culturales. Des tentes ainsi que du matériel vidéo et audio ont été endommagés.

Xavier Gautier est le responsable de la communication chez Arvalis, l’institut du végétal, la société qui organise les Culturales près de Reims. Il n’en revient pas, "95% des installations ont été touchés".

Le salon a fermé ses portes aux professionnels jeudi 17 juin à 18h. Sur le site de Terrasolis, ex-BA112, le démontage des installations provisoires avait commencé depuis deux jours. Une équipe d’une dizaine de personnes en a la charge. Samedi, vers 20h, après la journée, "l’équipe était en train de dîner sur le site lorsque l’orage est arrivé. Ils ont pu rapidement se mettre à l’abri dans un lieu sécurisé." Mais ils n’ont rien pu faire pour sauver les installations. En quelques minutes, les tentes se sont envolées, les bâches ont été arrachées. L’orage a été particulièrement violent, avec des vents allant jusqu'à 120km/h localement.

Entre 1 et 3 millions d’euros de dégâts

Quelques minutes après le passage de l’orage et des vents violents, l’équipe présente sur place ne peut que constater les dégâts. "C’est difficile de donner un chiffre aujourd’hui, mais cela peut aller de 1 à 3 millions d’euros." En effet, dans les tentes, beaucoup de matériel vidéo, comme des écrans géants ou des caméras, ont été totalement détruits par la pluie et le vent. Mais les dégâts concernent aussi les structures métalliques installées sur le site. "C’est un prestataire avec qui nous travaillons régulièrement. Il a tout perdu."
 


Les Culturales, qui se déroulent tous les deux ans, ont bien failli ne pas voir le jour cette année. "Les conditions sanitaires ont amené énormément de contraintes sur l’organisation du salon. L’événement s’est réalisé dans la difficulté, confie Xavier Gautier. On s’est battu pour ce salon et là, c’est un coup de massue, c’est difficile."