Reims : de mystérieux escargots partout dans la ville

Publié le Mis à jour le

Des escargots sont apparus ces dernières semaines sur les murs dans les rues de Reims. D’où viennent-ils ? Qui sont-ils ? Qui en est l’auteur ? Vont-ils être plus nombreux ?

Les riverains les ont vus apparaître petit à petit dans les rues de Reims, sur les murs, sur les locaux poubelles, les boîtes aux lettres, etc. Des escargots petits ou grands dessinés au feutre.

Certains passants sont intrigués, s’arrêtent pour les observer quand d’autres passent devant sans se retourner. Ils émettent des hypothèses : "les escargots sont-ils un message pour dénoncer le réchauffement climatique ?" La réponse n'est pas évidente à première vue, même pour les professionnels.



Anne-Marie Bonnouvriée, guide conférencière en street art à Reims n’a pas encore identifié l’auteur de ces gastéropodes. "J’ai relevé les initiales, mais je n’ai pas trouvé qui c’était, ni compte Facebook, ni compte Instagram, rien sur les réseaux. Escargot et street art ne donne rien non plus. On verra si quelqu'un les revendique à l'avenir. Et pour le message, c'est pareil. Pour le moment, je n'ai pas de réponse."

"C’est aussi le jeu du street art, tout est dans le mystère autour de l’auteur des dessins, l’identité est souvent cachée. Là, nous sommes dans la phase où on se questionne, on le recherche, on voit comment ça prend, le nombre de personnes touchées. Et peut-être plus tard, on aura plus d'info sur le ou les auteurs de ces escargots. Pour moi, c'est une chasse au trésor, on va attendre, on va essayer de trouver des indices. Le chasseur street art, c'est son jeu favori, trouver qui est l'auteur", complète Anne-Marie Bonnouvriée.

"Ces escargots sont différents des dessins habituels. Normalement, le street art, quand on se balade et qu'on passe devant, on a le message tout de suite. Qu'il s'agisse de phrase, de portrait de personnes connues. Là, les escargots... le message ne me paraît pas évident", conclut la jeune femme.

Une question que se pose également les internautes qui ont relevé eux aussi les initiales et ont même créé un compte Instagram pour retrouver le mystérieux dessinateur  : "ou_est-emu". Un compte où sont répertoriés les œuvres similaires comme deux chats en skateboard dessinés en face des fameux escargots, dans le même style. 



Ce type de chasse dans le milieu du street art est répandue, et même une fois l'auteur connu. Par exemple, en avril 2017, le graffeur havrais Jace avait fait une chasse aux gouzous, ces petits bonshommes jaunes sans visage créés en 1992, à l'occasion des 500 ans du Havre. Il fallait en retrouver 50, un jeu de piste géant auquel les habitants s'étaient prêtés.