Reims : les étudiants en médecine offrent un spectacle aux enfants malades de l'hôpital américain

Pierre Simon, à droite, incarne Toc, un lutin farceur qui a conquis les enfants de l'hôpital américain de Reims ce samedi 21 décembre / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne
Pierre Simon, à droite, incarne Toc, un lutin farceur qui a conquis les enfants de l'hôpital américain de Reims ce samedi 21 décembre / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne

Ce samedi 21 décembre, le père Noël a de l'avance pour les enfants à l'hôpital américain de Reims. Cadeaux, spectacles… les étudiants en médecine ont animé leur après-midi.

Par Florence Morel

Une trentaine de petits yeux sont rivés sur Sapinou, un sapin de Noël vivant, le père Noël et ses lutins. Dans le hall de l'hôpital américain de Reims, les enfants hospitalisés ne perdent pas une seconde de la pièce de théâtre donnée par les étudiants en deuxième année de médecine de la faculté de Reims.

Un premier contact avec le milieu hospitalier

"Tout m'a plu", s'enchante Elio, 7 ans, venu rendre visite à sa petite sœur de quelques mois, "qui a la maladie des muscles", explique-t-il. A côté de lui, Manon, 10 ans, affiche aussi un large sourire, même si elle se sent encore fatiguée de son opération. Il y  a quelques jours, la jeune Rémoise a eu une crise d'appendicite. Rien de grave, mais il fallait bien un spectacle et des cadeaux pour retrouver le sourire.
 
Elio, à gauche, assiste au spectacle de Noël donné par des étudiants en médecine de la faculté de Reims / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne
Elio, à gauche, assiste au spectacle de Noël donné par des étudiants en médecine de la faculté de Reims / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne

Pour les apprentis médecins qui ont participé au spectacle, cette représentation est aussi un moyen pour eux d'être "confrontés à la réalité des patients". "On avait un peu peur qu'il se passe quelque chose, qu'un des enfants fasse une crise", concède l'une d'eux. Pour ces étudiants rémois, le premier contact avec le milieu hospitalier en tant que soignants n'aura lieu qu'en juillet prochain, à l'occasion de leur premier stage. "C'est aussi pour le côté social", lancent-ils à l'unisson.

Pendant notre examen ce n’est que de l’intellectuel, on ne voit aucun patient. Même là on est très peu confronté aux malades.
- Pierre Simon, étudiant en médecine. 


"Je suis là pour les aider"

Parmi eux, Pierre Simon n'est pas là par hasard. S'il ne doit pas encore faire son choix cette année, il pense opter pour l'option pédiatrie. "J'adore les enfants, beaucoup disent que c'est une spécialité difficile, mais je trouve ça d'autant plus beau de s'engager comme ça, dit-il, enthousiaste. Je suis, pour l’heure, dans l’optique de les aider, plutôt que de me dire oh les pauvres." Lui ne redoutait pas le spectacle, mais la distribution des cadeaux dans les chambres d'hôpital. 

J'avais hâte de jouer devant eux. Une petite fille qui avait un masque sur le visage était très heureuse de nous voir, elle riait tout le temps. On lui a offert une poupée de la Reine des neiges... c'était exactement ce qu'elle voulait. C'est pour ce genre d’émotion que j'ai voulu faire ce spectacle.
- Pierre Simon, étudiant en médecine à Reims.

Une fois le spectacle terminé, les futurs médecins ont arpenté l'hôpital américain pour distribuer plus de 400 cadeaux. L'année prochaine comme depuis cinq ans, d'autres étudiants en deuxième année prendront le relais, pour un nouveau spectacle.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus