Reims : Ils aiment leur quartier et le dessinent

A la médiathèque Croix-Rouge, une dizaine de participants ont dessiné les lieux préférés de leur quatier / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne
A la médiathèque Croix-Rouge, une dizaine de participants ont dessiné les lieux préférés de leur quatier / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne

Une dizaine d'enfants, dont certains accompagnés de leurs parents, étaient réunis pour un atelier création inédit à la médiathèque Croix-Rouge de Reims ce 13 février.
 

Par Florence Morel

Tout commence dans le silence. Une petite dizaine de bambins, et les adultes, boivent le récit de Myriam, la conteuse du jour. Elle leur lit l'histoire de Madlenka, une petite fille qui vient de perdre sa dent (de Peter Sis, édition Grasset). La princesse veut en aviser tout son entourage et pour ce faire, elle parcourt son quartier joliment illustré, d'une technique très inspirée de la cartographie, par l'auteur tchèque.

Un auteur qui n'a pas été choisi par hasard assure Myriam Mandacit, animatrice de l'atelier :

Peter Sis a beaucoup travaillé sur les quartiers et le multiculturalisme, deux thèmes qui nous sont chers. Dans cet album, Madlenka arpente son quartier à New York et rencontre un boulanger français, un fleuriste indien.

Un atelier une histoire à la médiathèque Croix-Rouge


Tiana, Salma, Cassie ou encore Léo vont eux-aussi parcourir leur quartier à travers un atelier artistique. Après 20 minutes de lecture, à leur tour de passer à l'action.

Ils confectionnent, certains avec leurs parents, le plan de leur quartier. Qu'ils viennent des Châtillons, Croix-Rouge ou Jean Jaurès, ils sont attachés à leur école, sauf Léo qui trouve que "tout y est pourri", à la boulangerie, où Salma y déguste des roses des sables parce que "c'est trop bon" après un entraînement de judo, ou encore à leur maison dans lesquelles la plupart joue à la tablette.

Retrouvez les dessins de Peter Sis sur son compte Facebook :

Les animatrices ont prévu des plans de Reims, qu'elles ont percés au niveau de leur quartier. A travers le trou, elles y font passer un fil auquel est attaché un morceau de papier avec un bonhomme dessiné, que les enfants personnalisent. Et les parents aussi. "Ça tombe bien, parce que maman elle sait pas dessiner", sourit Florence Bompart à côté de sa fille Cassie, qui "adore créer" (voir photos ci-dessus).

Autour de la table ronde, adultes et enfants se concentrent. Ruban adhésif double face et tubes jaunes en main, ils collent des petits carrés représentant chacun un de ses lieux au verso du plan, sur lesquels ils dessinent leurs activités préférées. Ornella, avec Lya sur les genoux, prend plaisir à griffonner des nounours pendant que sa fille colorie aléatoirement tout ce qu'elle trouve.

A leurs côtés, l'aînée Tiana et son compagnon Gaël s'attèlent à la tâche. La famille est venue au complet depuis le quartier Jean Jaurès. "On adore les bibliothèques et ce qui est manuel, explique Ornella. Depuis qu'on a assisté à l'atelier sur les tampons, on n'en rate plus un."
 

"Il n'est pas très joli, mais j'aime mon quartier"

Cassie, qui "adore créer" ne s'arrête plus. Elle aime vivre aux Châtillons, car elle y a ses amis, son école à 50 m, même si elle ne le trouve "pas très joli". Quand on lui demande si elle se plaît dans cet atelier, elle répond, dithyrambique :

J'ai direct dit oui. Je dessine, je peins, je crée des voitures en carton à la maison.

A ses côtés, sa mère assure qu'elle aussi, elle apprécie les Châtillons. Par comodité d'abord, et parce qu'elle n'a jamais eu de problèmes particuliers. "C'est vrai qu'il a mauvaise réputation, mais j'avoue ne pas trop comprendre pourquoi. Certes, ce n'est pas très joli, mais dans le bloc dans lequel j'habite, les voisins sont gentils et il y a des parcs pour que Cassie puisse jouer." Un atelier qui prend tout son sens à l'occasion des 50 ans du quartier Croix-Rouge et du festival Les Urbanités qui aura lieu à partir du mois de mars.

A travers ces ateliers, Myriam Mandacit remporte ses premières victoire. Elle sait qu'en les amenant dans la médiathèque aussi jeunes, elle les retrouvera plus tard. "On les perd à l'adolescence, mais on sait qu'on les retrouvera à l'âge adulte", analyse-t-elle.

Pour l'aider dans cette lourde tâche, deux jeunes adultes en service civique l'aident une fois par semaine. Leur mission de service civique est d'amener les enfants vers la lecture. L'inverse fonctionne aussi, car Madlenka n'a pas seulement conquis le coeur de Cassie et ses petits camarades.

A lire aussi

Sur le même sujet

Quentin Bigot

Les + Lus