• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Reims : un Marnais fait le pari fou d'aller de la cathédrale de Reims à la tour Eiffel en courant

Yohann Dos Santos récolte des fonds pour l'association Imagine for Margo en courant de la cathédrale de Reims à la Tour Eiffel / © Document remis
Yohann Dos Santos récolte des fonds pour l'association Imagine for Margo en courant de la cathédrale de Reims à la Tour Eiffel / © Document remis

Courir de la cathédrale de Reims jusqu’à la tour Eiffel, c’est le défi que s’est lancé Yohann Dos Santos. Une course qui lui permettra d’aider l’association Imagine for Margo, pour les enfants atteints de cancer.
 

Par Flore Caron

Il y a un an, après avoir participé au Marathon des Sables (Maroc), le Marnais Yohann Dos Santos s’est lancé un défi : aller de la cathédrale de Reims et jusqu’à la Tour Eiffel en courant. Il partira vendredi 9 août 2019 à 17h du parvis de la cathédrale.

Les deux lieux ne sont pas choisis au hasard. « Je savais que les gens allaient se dire : " Le gars est fou !" et que ça allait faire parler de ma course », raconte Yohann. Car l’objectif n’est pas seulement sportif. Le coureur de 37 ans profite de la course et de son écho médiatique pour récolter des fonds qui seront reversés à l’association Imagine for Margo, dédiée aux enfants atteints de cancer. Il représente cette association depuis plusieurs années en portant des t-shirts à son effigie lors de ses courses mais, cette fois, il veut aller plus loin en collectant des fonds. 
 


Père d’une petite fille de 9 ans, il se sent d’autant plus concerné par cette cause. Déjà 800 euros ont été versés : un exploit pour le sportif qui n’attendait pas plus de 500 euros. L’argent servira notamment à financer la recherche européenne sur le cancer.


Première course en solo

Yohann aime se lancer des défis - il sort d'ailleurs tout juste de l'Half Ironman des Sables d'Olonnes (113,1 km) – mais c’est la première fois qu’il organise sa propre course et, qui plus est, sur une si grande distance (150 km). Pour éconimser son énergie et tenir la distance, il a trouvé une petite technique : 4,5 km de course puis 500 m de marche et éventuellement deux ou trois micro-siestes de 10 minutes. 

L'homme qui a toujours été hyperactif ne découvre le marathon qu'à 32 ans, presque par hasard, au départ pour perdre du poids. « Je trouvais que je devenais gras », rigole-t-il. En 2014, il se met au sport et se prend au jeu.

Un hyperactif

Natation, vélo, course et renforcement musculaire... Yohann pratique le sport environ 10 heures par semaine. Des heures qui s'ajoutent à un emploi du temps déjà bien chargé. Tous les jours, il se lève à 4h du matin pour se rendre à son travail, conducteur d'engins. Il s'investit aussi dans la musique, sa deuxième passion. Depuis ses 14 ans, ce sportif est aussi rappeur. Il écrit ses textes et compose. Il est d’ailleurs en pleine préparation d’un nouvel album.
 

Tout cela nécessite un « emploi du temps millimétré » et une capacité à dormir peu. Cinq heures par nuit lui suffisent. « Pour moi, dormir sept heures, c’est une grasse matinée », plaisante-t-il.
 
Pendant la course, il sera accompagné de cinq personnes : une en voiture pour, entre autres, transporter le ravitaillement, deux personnes à vélo dont sa compagne et la dernière qui se chargera de la photo et de la vidéo. Une partie essentielle puisque Yohann et sa compagne Chloé aiment partager en image leur passion commune. Ils postent notamment de nombreuses photos sur leur compte Instagram et sur leur page Facebook. Pas seulement pour leur viralité mais aussi pour l'aspect artistique que le coureur chérit. 

Yohann espère effectuer sa course en moins de 24 heures. Vendredi, il se rendra sur place un peu plus tôt pour échanger avec ses supporters. Après, prévient-il, « je ne parle plus à personne ».
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Écuroduc Vandoeuvre-lès-Nancy

Les + Lus