Reims : pourquoi le premier meeting de MMA arrive à l'Arena en février 2022

Publié le Mis à jour le
Écrit par Léo Seux
Alexis Fontes et Ruslan Valiev en plein combat pendant leur entraînement quotidien à l'Europe Top Team de Reims.
Alexis Fontes et Ruslan Valiev en plein combat pendant leur entraînement quotidien à l'Europe Top Team de Reims. © France Télévisions

Le MMA, ce sport de combat en trois lettres, pour arts martiaux mixtes, s’invite à Reims à l'Arena, la nouvelle salle de spectacles, en 2022.

Une cage octogonale, des athlètes internationaux et un maître de cérémonie, tous les éléments seront réunis pour un spectacle un peu particulier. Les arts martiaux mixtes, plus connus sous l’abréviation MMA s’installeront le temps d’une soirée à Reims, le 26 février 2022 dans la nouvelle Arena, située près du complexe aqualudique. La compétition sera retransmise à la télévision.

Une "date historique" pour ce sport de combat qui est aussi un spectacle, "un vrai show à l’américaine", explique Jérôme Pourrut, le président d’Hexagone MMA, l'organisateur de la compétition. Et les réservations pour le 26 février "partent de la meilleure façon", poursuit-il. Parmi les duels à l’affiche, Aymard Guih, un combattant de Côté d’Ivoire affrontera Gaël Grimaud, l’actuel champion du monde Hexagone MMA, catégorie poids moyen. La combattante Laetitia Blot sera également de la partie.

Un "événement doublement inédit", souligne Arnaud Robinet, le maire de Reims. Première manifestation sportive pour la salle de Reims Arena et surtout première compétition française de MMA hors de Paris. L’édile s’est dit honoré de voir sa ville être "une rampe de lancement pour le MMA" en France.

D’autant que la discipline en est à ses débuts dans l’hexagone, où elle a longtemps souffert d’une image négative. Et pour cause, sa légalisation date d’il y a tout juste deux ans, en janvier 2020. Désormais encadré par la Fédération française de boxe, le MMA compte déjà près de 40 000 licenciés. "Nous voulons transmettre l’esprit de ce sport en France, le sens de l’effort, du respect, ce sont des gens humbles", soutient Chahine Fazel, le directeur de développement d'Hexagone MMA.

Faire connaître la discipline

La date de Reims marque le début d’un tour de France pour ce sport en 2022. Des compétitions sont notamment prévues à Nice, Toulouse et Lyon. Un moyen de "présenter la discipline à plus de Français" et de rappeler que le MMA est un sport "codifié avec de nombreuses règles" insiste Jérôme Pourrut.

Un sport codifié, qui nécessite un apprentissage long y compris pour des athlètes venus de disciplines proches. A 29 ans, Alexis Fontes peut en témoigner. En passant au MMA, ce vice-champion du monde de grappling (une sorte de lutte au sol) a dû "réapprendre et repartir de zéro. Il y a un vrai show, on doit en mettre plein les yeux à ceux qui viennent regarder. Certains peuvent travailler leur entrée en scène, mais sinon c'est naturel. C'est différent des sports olympiques où l'ambiance est plus martiale".

Alexis Fontes ne cache pas son impatience, "ça va être mon premier combat de MMA en France, et c'est dans la ville où je vis. Avant je combattais à l'étranger. Ce qui attire en MMA, c'est le côté spectacle et le côté argent. On peut rapidement gagner un peu d'argent dans ce sport." Pour sa participation le 26 février, il bénéficiera d'une prime de combat plus intéressante que ce qui peut être gagné dans d'autres disciplines.

Et s’ils font le spectacle dans la cage, ces combattant n’en sont pas moins des sportifs accomplis. "Pour moi, plus qu’un combat, c’est une grande fête, explique Damien Losco Remy, un des compétiteurs. Mais nous sommes de vrais athlètes de haut niveau, avec parfois des entrainements deux fois par jour"

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.