À vélo, cet étudiant traverse la France, l'Espagne et l'Italie pour sensibiliser à la transition énergétique

À 23 ans, Antoine Schereffer enfourche son vélo avec un but précis : sensibiliser les gens sur notre mode de consommation d’énergies. En France, en Espagne et en Italie. Pendant près de cinq mois, l'étudiant, originaire de Laneuveville-devant-Nancy, sillonne les pays à la rencontre de belles initiatives, en n’oubliant pas d'initier la jeune génération.

Un long périple à vélo pour lutter contre la surconsommation énergétique. Voilà près d’un mois qu'Antoine Schereffer est parti, à bicyclette. Un départ symbolique à Nancy le 8 avril 2024 et un réel départ à Marseille le 10 avril. Il n’en est qu’à ses débuts. Actuellement dans le Lot, le jeune homme a prévu, pour son projet Virage, un parcours de près de 6 000 km : “Je suis parti de Marseille puis je suis remonté jusqu'à Toulouse mais pour le documentaire, j’ai été contraint de remonter vers Cahors. Je suis là pendant une semaine environ et une fois que ce sera fini, je redescends vers les Pyrénées, vers Pau puis vers Biarritz”, précise l’étudiant à l'école d’ingénieur ISAE-SUPAERO, à Toulouse.

Un documentaire en préparation

Si Antoine parle de documentaire, c’est parce que le jeune homme compte bien filmer son aventure : “J’ai un projet audiovisuel. Pendant mon voyage, je vais rencontrer des gens qui portent des initiatives en faveur de la transition énergétique, notamment des acteurs de la société civile, des associations, des coopératives et des entreprises sociales et solidaires. Je veux documenter cela. L’objectif, c'est d’avoir, dans mon documentaire, une succession de moments de vie avec des personnes que j’interviewe d’un point de vue scientifique”, explique le jeune homme.

Et pour sensibiliser un maximum de personnes à cette cause, l’étudiant, en année sabbatique, donne une place importante à l’éducation des plus jeunes : “Je vais dans des classes et je fais des conférences pour des écoliers allant de la primaire à la terminale. C’est une grosse partie de mon aventure. Je suis vraiment surpris de voir à quel point j’ai le droit à l’attention des élèves. Généralement, c'est une armée de main levée et j’en suis content car j’essaie de les captiver au maximum. Étant jeune, je sais ce qu’il faut faire ou non pour les intéresser. C’est important, car c’est un impact éducatif direct”, souligne Antoine, qui n’a pas toujours été éveillé sur le sujet.

“C’est pendant un stage chez EDF que j’ai pris conscience de l’ampleur de la croissance de la consommation d’énergie. Je me suis rendu compte qu’une réponse durable et viable pour notre environnement ne pouvait pas être trouvée dans une consommation exponentielle d’énergie”, argumente-t-il.

Sensibiliser mais aussi voyager

Féru de vélo depuis l’enfance, il a alors une idée. Partir à bicyclette, visiter les quatre coins de la France, de l'Espagne et de l’Italie, avec un fil conducteur : allier rencontres, voyage et sensibilisation. “Je fais des rencontres spontanées extrêmement agréables. Je dors chez l’habitant donc je vois l'hospitalité des gens. C’est une expérience personnelle forte que je n’aurais pas pu avoir si je n’avais pas réalisé mon projet seul par exemple. Le côté négatif quand on est seul par contre, c’est quand on est sous la pluie et le vent et qu’on remet en question son voyage car personne n'est à côté de nous pour nous soutenir”, raconte-t-il.

Pour le cycliste, pas question d’abandonner : “J’espère emmener les gens avec moi. J’aimerais que plus de personnes réalisent ce genre de projet ou même qu’ils pratiquent des activités moins impactantes, comme le vélo”.

C’est possiblement la première d’une grande histoire.

Antoine Schereffer

L’étudiant va encore devoir pédaler jusqu’au mois d'août et découvrira deux pays : “Je vais passer par l’Espagne, ensuite, je rejoindrais Rome en ferry puis je reprendrai mon vélo. Ce n’est que le début de l’aventure pour l’instant. C’est vraiment l'occasion d'aller voir comment les gens se positionnent sur l’enjeu de la transition énergétique”. Et si son projet est clair, il n’en oublie pas l’amusement et l’assume : “L’objectif, c’est avant tout de se faire plaisir”.

Fort de ses expériences, passées et à venir, Antoine débutera à la rentrée prochaine une alternance au sein de l’entreprise de réseau de transport d’électricité français. À l’avenir, le jeune homme n'exclut pas de retenter l’expérience : “L’aventure est tellement satisfaisante et je me sens tellement bien dans ma peau de journaliste documentaire, que c’est possiblement la première d’une grande histoire”.

Vous pouvez suivre son aventure étape par étape ici.