Canicule et Covid dans le Grand Est : un été meurtrier selon l'Insee, "ces chiffres de mortalité toutes causes confondues sont très élevés"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Yves Quemener .

En Lorraine et dans la région Grand-Est, on constate une hausse des décès importante cet été : +4% entre juin 2019 et juin 2022, +8% en juillet comme en août. Une situation en partie liée aux fortes chaleurs, mais aussi au Covid. Analyse des chiffres avec Sylvie-le-Minez, responsable de l’Unité des études démographiques et sociales à l’Insee.

Cet été, du 1er juin au 15 septembre 2022, l'agence sanitaire estime que le nombre de décès est en hausse en France. Un excès de mortalité estimé à 10.420 décès (+6,1%). C'est le bilan de l'été publié mardi 22 novembre 2022 par Santé publique France.

Un chiffre qui va dans le sens d'une étude de l'Insee publiée au mois de septembre, plus de 11.000 décès supplémentaires du 1er juin au 22 août par rapport à la même période en 2019, année de référence avant le début de la pandémie de Covid-19.

Selon l'Insee, cette surmortalité peut s’expliquer par la vague de chaleur.  Ainsi, la région Grand Est a été concernée par trois épisodes de fortes chaleurs survenus successivement mi-juin, en juillet, puis au début du mois d’aout.   

Les décès apparaissent particulièrement élevés dans le Bas-Rhin (+11%), en Moselle (+9%), dans le Haut-Rhin (+8%) mais un peu moins dans les Vosges (+5%). Plus 12% en Meurthe-et-Moselle.

Sylvie-le-Minez, Unité des études démographiques et sociales à l’Insee.

"C’est impressionnant, ces chiffres de mortalité toutes causes confondues sont très élevés", commente Sylvie Le Minez, responsable de l’Unité des études démographiques et sociales à l’Insee. Les 75 ans et plus ont été les plus touchés pendant les trois épisodes canicules. Analyse et décryptage.

Des canicules à répétition

Les chiffres de la mortalité de juin à août 2022 sont en très nette hausse en Lorraine. Est-ce une hausse importante ?

Oui, la hausse est vraiment importante, notamment sur le mois de juillet : un peu plus de 6.000 décès en juillet 2022 par rapport à juillet 2019 (soit + 13%) ; et elle sera importante en août également : du 1er au 22 août, avec des données encore provisoires car tous les bulletins d’état civil n’ont pas encore été remontés à l’Insee, on constate déjà 3.400 décès de plus qu’en août 2019 sur la période du 1er au 22 août (soit +10%). En juin 2022, la hausse est plus modérée (+4%).

Une part de la surmortalité est "vraisemblablement due à une exposition à de fortes chaleurs". Par exemple, dans les Vosges ou le Bas Rhin, on constate une hausse de 9,5%, par rapport à 2019, avant le Covid. Là aussi, qu’en pensez-vous ?

Dans la région Grand-Est, on constate également une hausse des décès importante : +4% entre juin 2019 et juin 2022, +8% en juillet comme en août, selon ces données provisoires. J’ai regardé plus précisément les chiffres de quelques départements de la région (l’Insee a mis à disposition des données sur les décès par départements, mais le commentaire national ne porte que sur la France et donne quelques éléments très rapides au niveau des régions seulement).

Ainsi, sur le mois de juillet, les décès apparaissent particulièrement élevés au regard de ceux de juillet 2019 dans le Bas-Rhin (+11%), en Moselle (+9%),  dans le Haut-Rhin (+8%) mais un peu moins dans les Vosges (+5%).

La hausse des décès était sensible dès le mois de juin dans le Haut Rhin (+10%), encore plus dans le Bas Rhin (+13%). Et les données encore incomplètes et provisoires sur les 22 premiers jours du mois d’août laissent entrevoir des décès en fort excédent dans le Haut Rhin (+10% à ce jour) et en Meurthe et Moselle (+12%).

Un été 2022 meurtrier

Dans le journal Le Monde vous dites que les chiffres sont sous-estimés. Pourquoi ?

Parce que les données d’état civil sur lesquelles s’appuient l’Insee remontent avec un certain délai. Dès vendredi 30 septembre, lors de la nouvelle mise à disposition des chiffres sur insee.fr, le nombre de décès survenus du 1er au 22 août sera était révisé à la hausse. 

Pour les pistes d’explication, il faudrait connaître les dates précises des vagues de chaleur dans ces départements en 2022, mais aussi lors de l’été 2019. Et il serait aussi important de connaître les conséquences de la 7ème vague de Covid dans ces territoires.

L’Insee a communiqué sur ce point dans un billet de blog (notamment  https://blog.insee.fr/statistiques-sur-les-deces-le-mode-demploi-des-donnees-de-linsee-en-7-questions-reponses/). 

L'été 2022 reste marqué par trois vagues de chaleur et un nombre record de 33 jours de canicule. Des épisodes de chaleurs plus intenses et plus fréquents en raison du changement climatique. (Entretien réalisé au mois de septembre 2022).

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité