Comment se déplacer pendant la grève ? Mobicoop, une alternative à Blablacar, née et gérée depuis Nancy

Aire de covoiturage. / © Isabelle Piroux/MaxPPP
Aire de covoiturage. / © Isabelle Piroux/MaxPPP

A l'approche de la grève du 05 décembre 2019 -et éventuellement des jours suivants-, les sites de covoiturage sont très sollicités. Parmi eux, Mobicoop, lancé il y a an, propose un modèle de voyage sans commission pour le covoitureur.

Par Mayeul Aldebert

Blablacar en 2019 c'est 70 millions d'utilisateurs. Que pèse Mobicoop -application née à Nancy- et ses 400.000 utilisateurs face au géant du covoiturage?
 
Lancé le 23 novembre 2018, la société prend la suite de Covivo et Covoiturage Libre sous la forme d'une coopérative gérée par un peu moins de 1.000 membres sociétaires. Chacun d'eux peut avoir un regard sur la gouvernance de la coopérative. La plateforme propose entre autres activités un service de covoiturage à l'échelle nationale. Alors que la grève générale annoncée ce jeudi 05 décembre 2019 risque d'impacter lourdement les transports, elle présente son service comme "moins coûteux que Blablacar". 

Pas de commission

Le covoitureur ne paie en effet pas de commission sur son voyage. Le prix indicatif suggéré au conducteur qui propose un trajet est calculé à 6 centimes le kilomètre. L'entreprise réalise un chiffre d'affaire autrement. Elle vend ses services aux collectivités locales et aux entreprises: diagnostic, mise en place d'un système de covoiturage, suivi technique etc. La région des Hauts-de-France ou d'Auvergne-Rhône-Alpes en ont bénéficié par exemple.

Le siège de Mobicoop est à Nancy. En Lorraine, la coopérative a lancé Mobilclic dans les Vosges, une plateforme web qui rassemble l’ensemble des propositions et initiatives de mobilité. D'autres projets sont en cours dans la région notamment autour de l'axe nord/sud arrivant au Luxembourg.

Alternative "solidaire et conviviale"

La coopérative se veut donc plus conviviale et solidaire que commerciale et propose en plus de trajets occasionnels et de trajets réguliers partagés, la possibilité de créer des événements. L'objectif  est de "faire de la mobilité partagée un bien commun plutôt qu’un commerce sur le dos des utilisateurs" rapporte Madeleine Canavesio en charge de la vie coopérative.

Faire de la mobilité partagée un bien commun plutôt qu’un commerce sur le dos des utilisateurs
- Madeleine Canavesio, chargée de la vie coopérative

Pour la grève du 5 décembre par exemple, ceux qui voudraient se rendre aux manifestations pourront faire des trajets groupés en cherchant les covoiturages disponibles dans les événements de leurs choix. Le directeur général de Mobicoop, Matthieu Jacquot, invité du JT de 12h de France 3 Lorraine lundi 2 décembre explique comment la coopérative prépare la journée de grève.
 

Une appli début décembre

L'application Mobicoop est disponible en ce début de mois de décembre.
En attendant, c'est sur le site internet qu'il faut réserver ses covoiturages ou sur l'ancienne application RoulezMalin.
La grève du 05 contre la réforme des retraites devrait amener beaucoup de français à privilégier d'autres moyens de transport et notamment le covoiturage. 
La SNCF a déjà prévenu 150 000 voyageurs que leurs trains seraient supprimés sur les 5, 6, 7 et 8 décembre.
La plateforme de covoiturage, Blablacar, a enregistré un nombre d'inscriptions multiplié par dix ces derniers jours.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus