Coronavirus. Ma vie de télétravailliste. Episode VI. L'évaluation

Le moment est venu de mesurer nos compétences de télétravailleurs. / © Michaël Martin. France Télévisions
Le moment est venu de mesurer nos compétences de télétravailleurs. / © Michaël Martin. France Télévisions

Tribulations d'un journaliste échoué à son domicile. "Ce qui ne peut être évité, il faut l'embrasser", disait Shakespeare. Alors j'embrasse ce qui m'arrive. Je travaille dans mon salon.
Mardi 31 mars 2020. Jour 15 du confinement en plein Covid-19.

Par Michaël Martin

Comme toute grande entreprise qui se respecte, France Télévisions a diffusé lundi 30 mars 2020 à ses salariés une fiche mémo pour aider ses salariés à "travailler à distance en période de confinement". Un document de six pages qui invite les personnels à être soucieux de leur hygiène de vie, de leurs liens professionnels et de leur santé physique et psychologique. Pour cela, une trentaine de conseils sont dispensés dans ce petit fascicule aux couleurs chatoyantes.
Aujourd'hui, je vais donc vérifier quels conseils je suis attentivement, et quelle note sur 33 je vais pouvoir obtenir.

Chapitre 1: Poste de travail

Cette partie a largement été évoquée dans l'épisode 2 de cette chronique, mais, je dois l'admettre, il reste des petites subtilités que je n'avais pas encore abordées.
Les deux premiers points nous demandent de nous installer dans un espace dédié et sur une table à bonne hauteur, et je présume qu'une table encastrée dans un coin du salon et collée au meuble TV est un espace dédié. La table est à 75,3cm de haut, je présume également que c'est ni trop haut ni trop bas. Je marque 2 points.
Le bureau doit être à la hauteur. / © Michaël Martin. France Télévisions.
Le bureau doit être à la hauteur. / © Michaël Martin. France Télévisions.
On me précise d'avoir une chaise. Un point facile.
Selon la consigne n°4, il est préférable d'être installé "avec la fenêtre sur le côté pour ne pas être ébloui". C'était pas calculé mais c'est bon. Une baie vitrée, ça marche aussi, non ? Ça devrait même donner un point bonus...
Il me manque une lampe de bureau. La lampe de chevet sert déjà dans la chambre. Pas grave, j'arrête de travailler quand il fait nuit. Je peux?
On me demande d'utiliser un ordinateur. Encore un point. Vraiment facile ce jeu.
Là, ça devient sérieux. "Je préserve ma santé", propose la prochaine étape. Aussi dois-je me lever toutes les heures, m'étirer et porter mon regard au loin régulièrement. Alors autant je me lève très régulièrement parce que je ne tiens pas en place, autant je ne m'étire pas, même au bureau, et c'est pas à la maison que je vais commencer. Et alors "regarder au loin"? Dans mon appartement, je vais avoir bien du mal à regarder plus loin que 10 mètres! Promis, je vais essayer, mais je ne peux pas valider ce point aujourd'hui.
Le bilan est donc plutôt positif pour cette première partie.

Chapitre 2: Hygiène et sédentarité

Au cas où on aurait décidé de se trimballer tout nu chez soi (vous avez parfaitement le droit, nous ne vous jugerons pas), France Télévisions nous invite à nous habiller le matin avant de commencer le travail. Une étape à laquelle, s'il fallait encore le prouver, je n'ai jamais dérogé. 
On arrive au point délicat: éviter de grignoter. Gros ratage en perspective. On passe au point suivant.Je ne suis pas fumeur, mais je suis incité à veiller à ma consommation de tabac. Je ressortirai mes cigares birmans parfumés à l'anis une autre fois. Attention, pas bon pour la santé.
Fumer tue, surtout si ce sont des cigares birmans. / © Michaël Martin. France Télévisions.
Fumer tue, surtout si ce sont des cigares birmans. / © Michaël Martin. France Télévisions.
Après ma chronique n°5 sur le rythme à adopter en télétravail, je pense que j'ai largement rempli le critère suivant: "je respecte un rythme journalier avec des horaires réguliers (repas, pause, temps personnel)". Pour les pauses, je gère à l'aise. Quand il est midi douze, je m'arrête pour manger. Comme Obélix.
Les douze travaux d'Astérix

Pour éviter d'être trop sédentaire, je me lève pour préparer une boisson chaude (un Earl Grey avec de la menthe du jardin, c'est pile poil).
Je marche en téléphonant (c'est recommandé, je vous dis). Attention, visuel non contractuel.Et, contre toute attente, j'ai un programme d'entrainement sportif. Ma petite séance de billard sur mon mini-billard. Quelques minutes par jour. Il faut bien que j'entretienne mon bras. On a essayé de me forcer à suivre un programme de renforcement musculaire. J'ai tenu... 1 jour. Je m'en moque, je marque le point quand même.

Entrainement snooker en télétravail


Mais ne vous inquiétez pas: nous aurons l'occasion de parler télétravail et snooker dans une future chronique.
Bilan pour ce chapitre: c'est presque un sans-faute.

Chapitre 3: Je garde le contact

Les points de ce chapitre ont largement été évoqués lundi 30 mars 2020 dans l'épisode 5. Je vais donc en cocher plusieurs d'un coup.

Il est important de rester en contact avec ses collègues et sa hiérarchie, "travailler chez soi peut donner un sentiment d'isolement et de désorganisation", affirme le document de france.tv.

Comme le recommande le mémo, j'ai démarré ma journée avec un café virtuel.
Le café virtuel (c'est censé être humoristique). / © Michaël Martin. France Télévisions.
Le café virtuel (c'est censé être humoristique). / © Michaël Martin. France Télévisions.
Vraiment bof, ce café, mais je marque quand même le point. Hâte d'être de retour devant la machine à café au boulot.
Et, si ça devait encore se démontrer, j'ai su me rendre utile auprès de mes collègues. J'ai aidé à préparer un article et une story sur un chien, star d'Instagram. Et hop, j'engrange encore un point.
Seul point négatif: je ne reste pas ouvert aux autres, surtout pas mon voisinage et ma voisine du dessus qui fait tomber ses cendres de cigarette sur nos fraisiers.

Chapitre 4: Zen et serein.e

Pas trop mal pour ce dernier point. En même temps, je ne peux pas limiter les écrans en passant la journée sur le web et en préparant le point jeu vidéo de ma chronique.

Bilan: 25/33

A priori, je suis dans une bonne moyenne. Vous aussi, amusez-vous à faire le test comme moi, et partagez votre score.

Le point jeu vidéo

Quand j'ai annoncé que je parlerais du document interne sur le télétravail dans ma chronique, le chef du web a doublé d'attention ("Va falloir que je relise attentivement!"). Attention aux dérapages donc. C'est pourquoi je vous propose de (re)découvrir Mario Kart (dérapage, kart: meilleure transition du monde!). Et pas n'importe quel opus. Le dernier, Mario Kart Tour, sorti le 9 mars 2020 sur smartphone. Vingt-huit ans après le premier de la série, Super Mario Kart, sorti en 1992 sur la Super Nintendo, deuxième console de salon du constructeur japonais. 
Evolution de Mario Kart
Depuis, le jeu s'est renouvelé une bonne paire de fois et est toujours aussi apprécié des joueurs. C'est un jeu qui se joue facilement à plusieurs, en famille, et c'est la garantie d'une bonne soirée.
Pour les joueurs plutôt solo, l'application Mario Kart Tour est donc disponible depuis moins d'un mois sur Ios et Android. Je l'ai donc téléchargée sur le smartphone du boulot (c'est du boulot). C'est assez difficile de jouer avec l'écran tactile quand on a l'habitude du confort d'une manette. Mais on s'y fait vite. J'ai même gagné ma première course. Petit bémol, il a forcément une version payante, mais une grande partie du jeu est accessible gratuitement.
Il y a donc trois modes de jeu:
  • course standard: pour se mesurer aux joueurs du monde entier sur l’un des 33 circuits
  • course privée: défiez vos amis et les joueurs à proximité de vous
  • course dorée: réservée aux abonnés du Pass Or, les courses dorées 200c permettent de se mesurer aux meilleurs et de faire plus rapidement évoluer son grade

Découverte Mario Kart Tour 2020

Mon travail du jour

Le travail de mes collègues du web

A demain

J'éteins l'ordinateur jusqu'à demain, je traverse le séjour et m'affale dans le canapé. L'abîme de l'ennui me guette. Je vous laisse, je dois aller nettoyer ma machine à café virtuelle. Bonsoir.
 

A propos de l'auteur

Journaliste à France 3 Lorraine, basé à Nancy.
Quand je n'ai pas de caméra ou de micro dans les mains, je joue au snooker. Si vous ne savez pas ce qu'est le snooker, je ne peux plus rien pour vous. 
Essaie d'être féministe et écolo.
Twitter: @michaelmartinf3
Instagram: @michaelmartinf3

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus