Des archéologues mettent au jour le vestige d'un temple romain, "c'est une très belle découverte"

400 kg, c'est le poids de cette pièce imposante et importante que des archéologues de l'INRAP ont découvert en intervenant sur des travaux du réseau de chaleur de Toul, près de Nancy. Il s'agit d'un morceau d'un temple datant de l'époque romaine. Une découverte qualifiée de "remarquable".

C'est à l'occasion de travaux sur le réseau de chaleur de ville de Toul (Meurthe-et-Moselle) que des archéologues de l'INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) ont fait une découverte qualifiée de "remarquable". "Il s'agit d'un édifice majeur de l'époque romaine, un temple magnifiquement orné, rappelant la splendeur de la Maison Carrée de Nîmes. Cette découverte offre un aperçu précieux de l'histoire et de l'importance de Toul dans l'antiquité romaine" s'enthousiasme la ville dans un communiqué de presse publié le 18 avril 2004.

La pièce date probablement du 1er siècle, elle prouve que Toul était bien une capitale romaine d'importance

Alde Harmand, maire de Toul

Le morceau de temple pèse environ 400 kg. "Les travaux sur le réseau s'étalent sur 11 km" explique Alde Harmand, le maire de Toul, au micro de France 3 Lorraine, "et il y a toujours des fouilles. Pour le coup, c'est une très belle découverte. Précisément, un entablement d'un temple romain". Il s'agit de la partie située au-dessus des piliers d'une construction qui était largement utilisée dans l'architecture gréco-romaine, notamment dans tous les temples. "La pièce date probablement du 1er siècle" précise le maire, par ailleurs historien, "elle prouve que Toul était bien une capitale romaine d'importance. On avait déjà retrouvé des statues ou des poteries mais jamais d'éléments de bâtiments civils. La sculpture est très détaillée et d'une grande qualité".

La découverte s'est déroulée en centre-ville, "sur une extension de la ville en 1700 par Vauban. On est au pied du rempart romain. C'est un élément qui a été réutilisé au IVᵉ siècle quand le rempart a été consolidé. C'est à cette époque qu'on a rasé les temples païens, quand le christianisme est arrivé".

Le vestige, parfaitement préservé, sera transporté à Metz, à la direction régionale du Grand Est de l'INRAP, où il sera soumis à une étude approfondie par des experts avant son retour à Toul.

Une fois de retour, il sera exposé au Musée d'Art et d'Histoire Miche Hachet, "offrant ainsi à tous l'opportunité de contempler ce trésor du passé" précise la ville.