Dossier Nancy : La révolution métropolitaine

Le 1er juillet, la Communauté Urbaine du Grand Nancy deviendra l'une des 15 métropoles françaises. Une évolution logique tant la coopération intercommunale est ancrée dans la culture politique de l'agglomération. Retour sur une déjà longue histoire et focus sur l'avenir de cette métropole.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

En septembre dernier, c'était le Préfet de Meurthe-Moselle flanqué du Pdt du Grand Nancy, André Rossinot (PR-UDI)  du Maire de Nancy, Laurent Hénart (PR-UDI), mais aussi du Président du Conseil Départemental 54, Mathieu Klein (PS), et du député du Toulois Dominique Potier (PS) qui donnait le coup d'envoi de la démarche : Faire de la Communauté Urbaine du Grand Nancy une métropole. L'image qui est renvoyé alors est celle d'une union sacrée, gauche et droite réunie, preuve que l'enjeu tournant autour de cette nouvelle collectivité dépasse les clivages politiques.

L'exception nancéienne

Pour les protagonistes de ce dossier, il s'agit en fait de prendre rapidement le train de la loi MAPTAM pour Modernisation de l'Action Publique des Territoires et Affirmation des Métropoles. 

Pour devenir Metropole, le Grand Nancy a bénéficié d'une prodécure d'exception. N'ayant pas la taille critique exigée, la communauté urbaine a cependant bénéficié dans sa candidature de la longue tradition de coopération intercommunale sur le territoire de l'agglo.
Le Grand Nancy est ainsi la structure intercommunale qui possède la plus forte intégration fiscale de France (0.661 de coefficient d'intégration fiscale : source CUGN). En termes moins techniques, le Grand nancy est la Communauté Urbaine de France qui exerce le plus de compétences. De fait, à quelques exceptions près, la CUGN possédait déjà toutes les caractéristiques d'une métropole.

Autre élément, et non des moindres, en faveur du dossier nancéien, la volonté du gouvernement d'emmener le plus de candidats possibles vers la création de la nouvelle entité metropolitaine. 

Pour Nancy, ce sera chose faite le 1er juillet prochain, date à laquelle prendra effet le décret gouvernemental portant création de la métropole du Grand Nancy

"Une métropole d'équilibre dans le Grand-Est"

Au-delà des nouvelles compétences (cf. encadré ci-dessous), l'enjeu majeur pour la métropole sera celui du développement économique. Les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) avec le Label French Tech, LorN Tech mais aussi, le projet Grand Nancy Thermal, et plus largement, l'urbanisme, l'aménagement du territoire et l'économie seront au coeur du projet métropolitain.

Retour sur près de 60 ans de coopération intercommunale à Nancy ©France 3 Lorraine
Dans la grande réorganisation des territoires, alors que les nouvelles grandes régions se taille la part du lion dans ces domaines, créer une metropole permet ainsi de réévaluer ses compétences et donc le dialogue avec les Conseil Régionaux.

Brièvement résumé, cela va permettre à André Rossinot de discuter d'égal à égal avec le Président du Conseil Régional Philippe Richert (LR). D'où, pour qualifier la nouvelle collectivité territoriale, le vocable souvent entendu dans la bouche d'André Rossinot de "Metropole d'équilibre dans le Grand-Est". Avec la création de la métropole, Nancy entre donc dans la cour des grands.
Il ne s'agirait pas que Strasbourg et son Eurométropole soit la seule à pouvoir rayonner au-delà de la grande région et à tirer son épingle du jeu de la réforme territoriale... 
 


La Métrople, plus de compétences et plus de pouvoirs
Plus de compétences, plus de pouvoirs

Concrètement, le Grand Nancy voit ses missions renforcées. Certaines compétences du département vont migrer vers la métropole. Il en sera ainsi des routes départementales situées sur le territoire métropolitain ou de missions concernant le logement, les jeunes ou l'emploi selon l'article L5217-2 du code général des collectivités territoriales.
Par délibération de l'ensemble des 20 communes, la métropole gérera également :
- L'animation et la promotion des technologies de l'information et de la communication
- Le thermalisme et activités et produits en découlant ;
- Le soutien sous forme de subventions aux clubs sportifs professionnels ou aux associations sportives formant des joueurs professionnels ;
- La création et la gestion d'une fourrière automobile d'agglomération ;
- La capture d'animaux errants et l'activité de fourrière, gestion d'un chenil-chatterie destiné à accueillir les animaux en pension ;
- L'éclairage public.