Législatives 2024 : "Donnons un avenir aux enfants blancs", l'affiche polémique a été retirée, le parquet ouvre une enquête

Plus sur le thème :

Une affiche crée la polémique à Neuves-Maisons en Meurthe-et-Moselle. Signée du Parti de France elle soutient Pierre-Nicolas Nups candidat dans la 5ᵉ circonscription de Meurthe-et-Moselle. Le maire de la commune a porté plainte auprès du procureur de la République de Nancy qui a décidé d'ouvrir une enquête. Le candidat du "Rassemblement de la droite nationale" ne voit pas matière à critiques.

Décidément, la 5ᵉ circonscription de Meurthe-et-Moselle aura eu son lot de rebondissements dans la campagne express des législatives 2024. Il y a d'abord eu la surprise d'y voir apparaître trois candidats de la droite, dont un, Louis-Joseph Pecher, investi sous l'étiquette "À droite avec les amis de Ciotti" fruit des accords RN/LR. Ce dernier s'est vu rapidement renié par les deux partis pour des propos "antisémites, homophobes et orduriers". Et voilà que Pierre-Nicolas Nups, le candidat qui se présente sous la bannière "Rassemblement de la droite nationale" crée la polémique avec une affiche de soutien aux accents racistes, bien que l'auteur s'en défende.

Cette affiche frôle l'innommable

Pascal Schneider, maire de Neuves-Maisons (PS)

Une plainte déposée

Sur cette affiche du "Parti de la France", celui de Pierre-Nicolas Nups, un petit blondinet aux yeux très bleus sur fond de paysage rural, et un slogan choc : "Donnons un avenir aux enfants blancs". Une affiche qui a fait réagir de nombreux parents de Neuves-maisons où ces affiches étaient placardées.

Tous les enfants ont droit à un avenir quelle que soit leur couleur de peau

Sylvie, parent d'élève

C'est le cas de Sylvie* jointe par téléphone : "Je l'ai découverte hier matin à proximité de l'école, j'étais horrifiée, j'ai eu la chair de poule. Mon enfant est lui-même blond aux yeux bleus et il a de la chance de vivre dans la diversité. Le racisme de l'affiche saute aux yeux, tous les enfants ont droit à un avenir quelle que soit leur couleur de peau", et de s'interroger sur le lieu choisi près d'une école "ça ne doit pas être un hasard, on instrumentalise les enfants. Je le vis comme une digue qui commence à céder".

Suite à de nombreux coups de fil de ses administrés et à sa propre indignation, Pascal Schneider, le maire de Neuves-Maisons, a décidé de porter plainte auprès du procureur de Nancy pour "provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à caractère raciste". 

Joint par téléphone, il nous donne son sentiment :

"Cette affiche frôle l'innommable. Elle se trouve devant toutes les écoles de la ville, imaginez le choc des élèves et des parents. En tant que maire responsable, j'ai signalé ces propos qui tombent sous le coup de la loi. Je ne m'exprime pas en tant que maire socialiste qui soutient Dominique Potier mais en tant que garant des valeurs républicaines". 

Cette affiche fait suite à l'assassinat de Thomas à Crépol, tué parce qu'il était blanc

Pierre-Nicolas Nups, candidat "Rassemblement de la droite nationale"

Pierre-Nicolas Nups a réagi à cette polémique, interviewé dans nos locaux, il a affirmé qu'il fallait remettre cette affiche dans son contexte : "Cette affiche a été réalisée dans le cadre des élections européennes en soutien à la campagne de Madame Maréchal Le Pen. Elle fait suite à l'assassinat de Thomas à Crépol. Tué parce qu'il était blanc et la semaine dernière une gamine juive qui se faisait passer pour musulmane pour avoir la paix s'est faite violée et torturée parce que juive et blanche, voilà pourquoi je veux que les enfants blancs de ce continent aient un avenir".

Le candidat estime qu'il y a une interprétation malveillante du maire de Neuves-Maisons qui s'inquiéterait pour son avenir avec le score des partis d'extrêmes droites aux dernières élections. Il récuse également tout rapprochement avec des affiches du régime nazi où les enfants blonds étaient utilisés sur les affiches de propagande, "ça représente mon père" a t-il évoqué dans l'interview, "l'affiche a été réalisée par une IA avec des photos que j'avais à disposition." En conclusion, il assène "ça va bien se passer Monsieur Schneider, prenez un xanax" à l'encontre du maire qui a porté plainte. 

Ancien membre du GUD de Nancy (organisation étudiante d'extrême droite dont Gérarld Darmanin demande la dissolution), Pierre-Nicolas Nups, a été condamné en 2017 à six mois de prison avec sursis et cinq ans d'inéligibilité pour incitation à la haine homophobe. Il était déjà candidat aux législatives de 2017, sous la bannière "Comités de Jeanne", le mouvement de Jean-Marie Le Pen et s'était fait remarquer en accueillant Eric Zemmour à Nancy en 2023 en chantant "Maréchal, nous voilà".

En ne lui attribuant pas son soutien, le RN lui-même l'a jugé infréquentable, mais le candidat ne compte pas se taire. La prochaine affiche du parti de la France "Qu'ils retournent en Afrique" est déjà prévue à l'impression et ça n'est pas une blague.

À Neuves-Maisons, les affiches polémiques collées sur des panneaux publics de la ville ont été recouvertes. Pour les affiches des panneaux officiels, la mairie a mis en demeure le candidat de les retirer, ce qui était fait ce mardi 25 juin au matin. Les faits ont également été signalés à la préfecture.

Le maire ne compte pas en rester là : "face à une parole si libérée, on ne peut pas rester sans rien faire". En fin de journée le parquet de Nancy nous annonçait qu'il avait décidé de confier une enquête à la brigade de recherches de Nancy du chef de provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à raison de l'origine ou de l'appartenance ou la non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.

La 5ᵉ circonscription de Meurthe-et-Moselle compte cinq autres candidats :

  • Dominique Potier, DVG
  • Quentin Vinot, LR
  • Louis-Joseph Pecher, Divers extrême droite
  • Miriam Aubert, Lutte ouvrière
  • Mathieu Edouard, SE

*Le prénom a été modifié pour garantir la confidentialité des propos.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité